Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 09 août 2013

Exaspération

Je me suis fait bloquer sur twitter, il y a deux jours par deux comptes : ceux d'une journaliste et d'un juriste. Et vous savez pourquoi ? La journaliste déplorait qu'un gars se soit pris une balle dans la tête pour refus de priorité : je réagis en pariant sur un nouveau méfait d'une racaille et j'écris «encore de la racaille, à tous les coups». Et me voilà bloqué par mes deux offusqués...

Je suis depuis les premiers moments la marche de Jean Lassalle, le député du MoDem qui a choisi de parcourir la France à pied pour rencontrer les gens ordinaires. C'est instructif d'y lire ses cahiers de l'espoir.

Les élites, nos pseudo-élites, me font gerber. Elles ne supportent pas la merde. Elles n'admettent pas le discours ordinaire du populo esquissant une grimace de dégoût dès qu'elles y sont confrontées.

Des premiers témoignages de Lassalle, je retiens le constat étonné du député : les gens, les Français, détestent, abhorrent leur classe politique et journalistique. Ils ne supportent plus les mines dégoûtées de ceux qui ne viennent leur serrer les mains que lorsqu'ils ont besoin d'eux.

Je pense que pour mes deux twittonautes de la haute, je dois puer un peu. Pensez-vous ? J'use d'un vocabulaire peu châtié pour désigner les «exclus» des cités (ou d'ailleurs, au demeurant).

Ce que ne comprennent pas ces gens arrogants et prétentieux, c'est que tout va leur péter à la gueule, tôt ou tard, et ils continueront à ne pas comprendre pourquoi. Ils n'admettent pas que l'on parle crûment, que l'on exprime clairement ce que l'on ressent. Il faut être contenu, bien comme il faut, et dans la pensée unique médiatico-politique, bien sûr.  Alors matraquer de la racaille, pensez-vous, ma bonne dame, l'hérétique doit être un militant du FN ou au moins de la frange droitière de l'UMP...

Je suis centriste et libéral, plutôt modéré dans l'ensemble, mais, pour ces gens-là, je suis un réac, un facho; ils ne comprennent pas, ces imbéciles, que je suis simplement un Français ordinaire. Exaspéré par l'insécurité et le sentiment d'y voir des réponses laxistes. Je n'ai aucune accointance avec le racisme mais je suis agacé par les concentrations ethniques dès lors qu'elles débouchent sur de l'insécurité, des comportements et des modes de vie qui sont incompatibles avec mon éthique humaniste et les valeurs fondamentales de la démocratie.

Il est évidemment plus facile de se dire qu'un centriste vire facho que de se demander pourquoi son exaspération croît de jour en jour. C'est ainsi que naissent les soubresauts de l'Histoire qui emportent tout sur leur passage, généralement, plutôt pour le pire que le meilleur, hélas.

Si la classe politique suscite la rage des Français, quelques thèmes, je le crois, sont largement sous-estimés...sauf par le FN, hélas ! L'immigration, l'insécurité et Bruxelles qui concentre sur son seul nom toute la détestation d'une population en proie à des baisses de pouvoir d'achat ou à une précarité croissante.

Aucune force politique n'est capable d'apporter une réponse sur ces trois thèmes : soit elles imitent (très mal) le FN, soit elles versent dans la vertueuse et dégoûlinante indignation de la pensée bobo-bien-pensante.

Sur l'immigration, la solution est pourtant simple : Bayrou l'a tracée et Sarkozy plus ou moins approchée. Il ne s'agit plus de se soumettre à des obligations juridiques que nous n'aurions pas choisies mais de déterminer au Parlement le nombre d'immigrés que nous acceptons sur notre territoire chaque année et de s'y tenir. C'était un peu l'idée de Sarkozy avec son immigration choisie mais le principe en a été très mal présenté et enrobé d'une dose de populisme parfaitement inutile.

Sur la sécurité, c'est très simple : il faut réprimer, nous ne le faisons pas. Réprimer et garantir la sanction. Cela suppose plus de prisons, plus de surveillants et l'assurance de la punition, particulièrement en prison où les caïds doivent avoir peur au lieu de répandre la terreur.

Pour l'Europe, cela va être plus difficile : je crois que c'est une très belle idée qu'il faut défendre, mais pas en se cachant du peuple comme la classe politique européenne le fait depuis deux à trois décennies. Il faut rendre l'Europe aux Européens car l'Europe ne leur appartient plus. Pour cette raison, il faut imposer la transparence et la démocratie à tous les étages de l'Europe. Cela suppose une révolution démocratique pour donner le pouvoir au Parlement Européen et chasser les fonctionnaires de Bruxelles en dissolvant purement et simplement toutes les commissions. Une fois ce préalable posé, on pourra commencer à faire des propositions dans les différents domaines de la vie sociale, politique et économique, définir nos relations avec l'OMC, les pays émergents, ce que doit être notre protection sociale, et cetera. Tout cela doit être fixé par voie parlementaire et par référendum, pas par d'osbcurs commissaires à la solde d'instances internationales encore moins démocratiques que nos commissions.

Le parti politique qui portera ce projet pourra sauver l'Europe. J'espère que ce sera le MoDem.

En attendant, je conchie tous ceux qui me crachent à la gueule avec leurs mines dégoûtées propres sur elles. Ben oui, je pue, mes lascars, mais mieux vaut vous habituer parce que bientôt, ça va être les écuries d'Augias et Héraklès n'y suffira plus.

10:56 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : élite, fossé |  Facebook | | |