Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 avril 2012

Le contrat de génération de Hollande ? Inefficace.

Il y a un débat sur Newsring, le site de Taddeï, sur le contrat de génération de Hollande. Comme j'ai publié là-bas, hop, autant copier ici :-)

Je ne pense pas que François Hollande obtiendra un quelconque résultat avec son Contrat de Génération et ce, pour deux raisons :

1. C'est une erreur d'appréciation que d'espérer qu'une mesure d'incitation fiscale agira sur l'emploi des Seniors et des Jeunes s'il n'y a pas une nécessité économique derrière. Pour espérer redonner des perspectives à ceux qui ne sont pas encore sur le marché du travail et à ceux qui aimeraient y rester, il faut agir sur l'offre d'emplois, c'est à dire, in fine, sur la production. C'est, me semble-t-il, le pari de François Bayrou, qui a, là-dessus, tout compris. Au final, tout ce à quoi peut s'attendre Hollande, c'est un effet d'aubaine, et rien d'autre. 

2. Outre l'aspect économique, il y a aussi un caractère culturel des plus désagréables dans la manière dont les Français traitent leurs jeunes et leurs anciens. Comme d'habitude en France, on navigue avec bonheur sur les eaux de la plus grande hypocrisie. Jeunisme d'un côté, exacerbation de bons sentiments pour les aînés, et de l'autre, des pratiques décomplexées pour les pousser sur les bas côtés. Ce n'est pas une mesure fiscale qui viendra à bout de ces habitudes bien ancrées dans nos mentalités.

Il faut à vrai dire admettre deux réalités : a) de fait, les jeunes travailleurs sont généralement moins efficaces que leurs collègues ou collaborateurs plus expérimentés. b) les aînés sont généralement moins souples que les plus jeunes. 

En ce sens, et sur ce point, je les suis, l'UMP et Xavier Bertrand n'ont pas tort de tabler sur le développement de l'apprentissage, et particulièrement de l'alternance, pour donner un caractère bien plus professionnalisant aux formations. Ceci ne devrait pas concerner exclusivement les certificats d'aptitude professionnelle  mais aussi les licences et autres masters des universités que l'on devrait aussi juger sur leur "employabilité".

Ceci ne signifie pas pour autant que l'on doive réduire l'offre de formation, mais plutôt revoir leurs composants en ce sens. Je me souviens que la Sorbonne, il y a une dizaine d'années, avait par exemple imaginé d'associer le latin et le grec, via la mythologie, à un module professionnalisant de publicité. Astucieux. Les lettres anciennes pas plus que la sociologie, n'en déplaise à Nicolas Sarkozy ne sont donc condamnées à fournir des légions de nouveaux chômeurs à la France.

Pour les Seniors, la difficulté reste entière : nous avons inscrit dans le déroulement de notre existence professionnelle que nos revenus devaient aller croissant jusqu'à notre retraite. Il faut donc faire en sorte que les Seniors constituent une valeur ajoutée croissante afin de justifier l'évolution de leurs revenus. François Bayrou dans un entretien à Notre Temps proposait de mettre en place une agence nationale de la formation professionnelle et de soutenir durablement cette dernière afin de permettre aux Seniors de demeurer au coeur des mutations de l'entreprise. C'est une piste. Je tends toutefois à penser que la gestion des ressources humaines ne sait pas forcément non plus, au sein de l'entreprise, valoriser les données de l'expérience et les savoir-faire accumulés au fil du temps. C'est un champ de réflexion qui demeure ouvert.