Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 10 mars 2009

Fou et un permis de tuer...

250px-357_Magnum.jpgJ'ai pris connaissance du fait divers qui a secoué Paris il y a deux jours : un forcené a tiré sur un passant avant de prendre en otage sa mère et se retrancher chez lui. Il a finalement été abattu par la police.

Le fait divers le resterait à mes yeux si quelques détails n'avaient pas attiré mon attention : l'individu était suivi en psychiatrie depuis un moment, inscrit dans un club de tir et titulaire d'un permis de port d'armes.

Y'a rien qui ne vous choque, vous, quand vous lisez ça ? Le type avait un 357 magnum chez lui ! Ce calibre est l'un des plus puissants qui existent et réservé en principe à la police. Déjà, je ne comprends même pas qu'un particulier soit autorisé à en posséder quelle qu'en soit la raison. Mais ce que je comprends encore moins, c'est que l'on délivre un permis de port d'armes à un gars suivi par un psychiatre et qu'un club de tir ne demande pas au minimum un certificat établi par un psychiatre avant d'autoriser quelqu'un à tirer avec du gros calibre. Je viens de jeter un oeil sur un récapitulatif de ce que dit la loi, et je note qu'il n'est nulle part fait mention de la santé mentale. Ce devrait pourtant être le premier critère avant toute forme de détention d'armes. Je m'étonne également que l'on puisse acheter comme ça un fusil à deux coups, sans autre forme de procès si ce n'est une déclaration à la préfecture a posteriori.

09:48 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : armes, psychiatrie, permis |  Facebook | | |