Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 20 décembre 2007

Nintendo, Schumpeter et la WII

On entend (et on lit aussi sur la Toile) beaucoup l'idée que Nintendo organiserait délibérément une pénurie de WII sa dernière console de jeu. A vrai dire, Schumpeter, au chapitre 8 de Capitalisme, Socialisme et Démocratie, s'est penché sur les pratiques monopolistiques afin de démontrer que la plupart du temps, il ne s'agit pas pour les entreprises de maintenir artificiellement prix et production dans un certain état afin de maintenir un profit assuré, c'est à dire de se créer une situation stable, mais, bien plutôt de se doter d'une couverture dans un temps limité pour se protéger de certains aléas du marché. Une telle attitude doit se comprendre à l'aune de ce que Schumpeter appelle la destruction créatrice, dont j'ai eu l'occasion de parler sur ce blog. 
 

Si, par exemple, un risque de guerre est assurable, personne ne reprochera à une firme de recouvrer le coût des primes sur les acheteurs de ses produits. Or, ce risque, même s'il n'existe aucun moyen de l'assurer, n'en constitue pas moins un élément du prix de revient à long terme et, dans ce cas, une stratégie des prix visant au même objet pourra donner l'impression d'impliquer des restrictions évitables et d'engendrer des profits excessifs. De même, si un brevet ne peut être pris ou si, au cas où il serait accordé, il ne procurerait pas une protection efficace, il peut être nécessaire de pren­dre d'autres dispositions aux fins de justifier l'investissement - par exemple, d'appli­quer une politique de prix permettant d'amortir plus rapidement qu'il ne serait ration­nel de le faire si les aléas commerciaux étaient moins élevés, ou encore de procéder à des investissements supplémentaires en vue de se ménager une capacité de production excédentaire, réservée à des fins offensives ou défensives. De même, si des contrats à long terme ne peuvent être conclus à l'avance, une firme qui procède à des inves­tis­sements considérables peut être amenée à imaginer d'autres procédés pour s'attacher solidement les clients présomptifs.

 J'écoutais ce matin sur BFM les explications de Pierre Cuilleret, le directeur de la société Micromania, qui distribue la WII en France, et son commentaire était édifiant : il expliquait très bien comment Nintendo ne cherchait pas sciemment à réduire sa production, mais rapperlait simplement que cette entreprise avait failli plusieurs fois couler en raison d'un sur-investissement dans un produit qui n'avait pas percé comme attendu. De ce fait, elle préférait, dès lors, miser sur un succès moindre, quitte à perdre du chiffre d'affaires. 

Cela me paraît tout à fait l'illustration de ce qu'écrit Schumpeter. 

Quand il analyse ces stratégies d'affaires d'un point de vue instantané, l'économis­te ou le fonctionnaire-enquêteur observe des politiques de prix qui lui semblent abusives et des restrictions de production qu'il assimile à un refus d'exploiter toutes les possibilités de vente. Mais il ne voit pas que les agissements de cette nature constituent, au milieu de « l'ouragan perpétuel », de simples incidents, souvent inévi­tables, qui encouragent, bien loin de le freiner, le processus d'expansion à long terme. Une telle affirmation n'est pas davantage paradoxale que celle consistant à dire : les automobiles parce qu'elles sont munies de freins roulent plus vite que si elles en étaient dépourvues.

Bon, il y a tout de même parfois des ententes sur les prix, objectivement. Mais, en effet, ces ententes n'ont sans doute pas pour objet de se garantir une rente, une attitude qui serait extrêmement dangereuse pour l'avenir, mais bien de couvrir des risques. Le gouvernement a vendu à des prix records les licences de téléphonie, sous le ministère de Jospin. Je sais qu'il y a des profits monumentaux à attendre de ces licences, mais les sommes demandées étaient tellement énormes, sans compter les investissements nécessaires dans le développement du réseau, que je me suis demandé si les entreprises des téléphonie ne prenaient pas des risques inconsidérés, a fortiori en considérant la nature éminemment concurentielle du marché. En tout cas, très probablement, pour revenir à notre WII, il n'y a pas de pénurie sciemment organisée. 

« Comme nous l'avons vu, de telles entreprises sont agressives par nature et manient l'arme de la concurrence avec une réelle efficacité. Certes, leur intrusion ne saurait manquer, sinon dans des cas très exceptionnels, d'accroître en quantité ou d'améliorer en qualité la production totale, soit directement, par l'application de la nouvelle mé­thode - celle-ci ne fût-elle à aucun moment pleinement exploitée -, soit par la pression qu'elle exerce sur les firmes préexistantes. Cependant les conditions dans lesquelles sont placés ces agresseurs sont telles que, pour atteindre leurs objectifs offensifs ou défensifs, ils ont besoin d'armes supplémentaires, à côté des avantages de prix ou de qualité - ceux-ci devant d'ailleurs être constamment manipulés dans une intention stratégique, en sorte que, à tout moment considéré, les firmes novatrices donnent l'impression de se borner à restreindre leur production et à maintenir des prix élevés. »

 C'est tellement explicite, que je ne vois pas quoi dire d'autre. Schumpeter a tout de même anticipé avec une impressionnante préscience les problèmes économiques de notre époque. Nous abordons souvent ces questions avec le regard consumériste qui caractériste l'immédiateté de notre société de consommation. Or, ce regard s'étend très peu dans le temps. On peut par exemple supposer, et c'est très vraisemblable, que l'apparition de "générations" de processeur est fallacieuse, en ce sens que l'on aurait pu bien plus vite accéder à de plus performants processseurs. Mais il faut peut-être songer que les profits engendrés par cette célérité moindre couvrent certainement une large part des dépenses de RD nécessaires pour les entreprises.