Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 09 février 2008

Bayrou Dassault, la vérité sur Corbeil

Rétablissons la vérité : un candidat communiste à Crobeil a laissé entendre que François Bayrou avait menti en direct en déclarant ne pas soutenir Serge Dassault, parce que le Mouvement Démocrate avait investi Nathalie Boulay.

Certes, le MoDem a investi Nathalie Boulay, mais le MoDem ignorait alors que Nathalie Boulay rejoindrait par la suite Serge Dassault, et elle n'avait pas fait part de ses intentions en la matière.

François Bayrou veut, je le crois, éviter d'exclure des cadres du MoDem, désormais, ce qui explique sans doute que cette histoire n'ait d'abord pas fait grand bruit, et puis aussi, il lui faut composer avec le reste de la commission d'investiture du MoDem. Mais il ne faut pas non plus compter sur lui pour cautionner ce qu'il n'escompte en aucun cas cautionner.

Il y a eu certainement des tractations pour la faire revenir sur sa décision, et probablement un certain flottement, ce qui est compréhensible, mais, au bout du compte, les choses sont revenues  dans l'ordre. Par ailleurs, François Bayrou a fait le choix aussi de faire confiance aux équipes locales, et il essaie d'éviter de s'ingérer dans leurs affaires, sauf quand les choses vont trop loin. Cela peut également expliquer qu'il n'ait pas immédiatement réagi. C'est en tout cas chose faite, désormais, et Serge Dassault ne pourra plus revendiquer le soutien de François Bayrou.

 

François Bayrou ne soutient pas Nathalie Boulay à Corbeil-Essonnes

Le président du Mouvement démocrate, François Bayrou, s'est désolidarisé samedi de la chef de file locale de son mouvement à Corbeil-Essonnes, dans la banlieue parisienne, qui figure sur la liste UMP pour les élections municipales des 9 et 16 mars.

Nathalie Boulay-Laurent se retrouve ainsi colistière du maire sortant Serge Dassault, par ailleurs sénateur UMP, grand industriel et propriétaire du quotidien Le Figaro.

"Je n'entre pas dans ce genre de collusion-là", a déclaré François Bayrou sur France-Info. "Le mouvement démocrate a sa propre vision, elle n'est pas résumable à une liste UMP dans cette ville". Prié de dire, en conclusion, s'il ne soutenait pas la liste UMP, il a répondu : "Vous avez bien compris".

"Je crois au centre indépendant, (...) je ne veux pas du centre qui soit dépendant, qui soit une roue de secours, qui soit un strapontin, je déteste cette idée qu'il faille constamment aller dans la servilité pour se faire entendre dans la politique ou pour faire son chemin", a ajouté le président du Modem, pour qui "il n'est pas vrai que le XXIe siècle va se dérouler avec les mêmes repères que le XXe siècle qui est fini depuis bientôt dix ans".

Voilà, c'est dit, et tant mieux ! Merci François ! On ne peut pas faire n'importe quoi en se réclamant du MoDem.