Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 10 décembre 2011

Guéant, tu fais honte à la France

En ce moment, quand je croise un étudiant étranger/une étudiante étrangère, j'ai honte, j'ai du mal à le/la regarder dans les yeux. Quand je pense que c'est mon pays, la France, qui le/la traite de cette manière, je dois déglutir un grand coup. Tiens, par exemple, à l'heure actuelle, le Canada accueille non seulement les étudiants insérés, francophones et formés qui ont étudié dans nos universités, mais en prime ses propres étudiants.

Guéant ayant donné pour consigne de les empêcher de travailler en France et de ne plus leur délivrer de papiers, tous ces étudiants se retrouvent du jour au lendemain sans ressources et marginalisés.

En fait, jamais un tel coup à la francophonie n'avait été porté : tous ces jeunes gens et ces jeunes filles ou jeunes femmes sont nos meilleurs ambassadeurs à l'étranger, et, même s'ils restent, portent haut l'exemple de l'intégration. De surcroît, ils ont développé des compétences utiles à notre pays.

Guéant, mais aussi tous ceux qui appuient imbécilement cette politique, à commencer par Fillon et Sarkozy, sont une calamité pour notre soft power : ce que nous avons gagné d'une main en Lybie, et plus généralement sur la scène internationale, par une politique adaptée et courageuse, nous le perdons de l'autre par des mesures intérieures stupides et inappropriées.

Avec cette étudiante canadienne qui va être expulsée sous peu, je me sens mal : moi qui adore le Québec, je me vois mal m'y rendre tant que la circulaire de Guéant n'aura pas été abolie. Je n'oserais pas regarder mes cousins Québecois dans les yeux...