Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Majorité pénale, le gros écran de fumée de Fillon... | Page d'accueil | Prémices du programme de Macron »

vendredi, 17 février 2017

Affaire Théo, pas moyen de connaître la vérité

L'inconvénient avec les médias qui sont les nôtres, c'est qu'on sait qu'ils ne font plus depuis longtemps un travail d'enquête et de vérification sérieux. La plupart du temps, ils se prêtent aux interprétations idéologiques selon leur sensibilité politique.

Dans l'affaire Théo, je n'arrive pas à déterminer tous les tenants et les aboutissants. 

J'ai quand même l'impression que le garçon dont il est question a bien été victime d'un policier qui est loin de faire honneur à sa profession. Ce gars-là a été déjà pincé auparavant pour des faits similaires. Si ce que dit Théo est vrai, il doit être destitué.

Cela dit, on oublie aussi que le fameux Théo s'est interposé de manière violente et qu'il cherchait à couvrir la fuite de quelqu'un qui devait être arrêté.

On a d'un côté des témoignages de jeunes de ces quartiers qui disent qu'ils sont sans cesse contrôlés. Mais quand on s'y rend, dans les quartiers en question, on est en permanence sous la menace d'une agression, et, pour les filles, d'un viol.

Les bobos, intellectuels et artistes des quartiers branchés s'y entendent à dénoncer les violences policières. Sauf que...le quotidien des policiers c'est aussi ce que décrit celui qui leur a fait une réponse publique chez Marianne (à lire ici)

Le problème, c'est que l'expérience que j'ai des quartiers sensibles, parce que j'y ai vécu par le passé, elle ressemble à ce que décrit le policier de Marianne, pas à ce que disent les jeunes qui assurent être harcelés.

Je suppose que j'ai une vision partielle, partiale même, de la vie des "quartiers", comme on dit avec des guillemets. 

En tout cas, la délinquance endémique, les agressions incessantes, ce n'est pas du fantasme, je peux le garantir au moins pour les zones dans lesquelles j'ai évolué.

Et pour ce qui est des policiers, j'ai vu de mes propres yeux une horde haineuse suivre une voiture de police en caquetant, une autre encore plus nombreuse se rassembler avec des armes devant un hyper-marché.

Il faudrait que tous ceux-là, ils cessent de se faire passer pour des pauvres victimes parce que ce n'est pas exactement le souvenir qu'ils m'ont laissé.

00:37 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : théo, délinquance |  Facebook | | |

Commentaires

bonjour
Tout à fait d'accord avec cet article.
De plus en plus les médias ont cette tendance que je qualifierai de malsaine à faire passer les délinquants, les voyous ou les casseurs ......pour des victimes !!
c'est le monde à l'envers en France, hélas.
Même si le policier n'avait pas à utiliser sa matraque etc ..il n'en demeure pas moins vrai que la violence est déclenchée par ces jeunes voyoux.
De plus en plus les forces de l'ordre refusent d'aller dans les quartiers difficiles car devenus incontrolables par des bandes de jeunes, organisés et hyper violents.
On fait vraiment passer ce Théo pour une oie blanche, respectable, gentille, etc....en vérité dangereux et d'une extreme violence, et malin (devant les médias).
Enfin je partage aussi votre analyse concernant ces pseudo artistes qui prennent devant les médias la défense des délinquants, ....vraiment quelle honte !!
Enfin, une fois de plus notre beau pays sera la risée des pays voisins.

Écrit par : Emmanuel | vendredi, 17 février 2017

Quoi qu'ait fait ce Theo, il est quand même fort peu probable qu'il se soit introduit la matraque tout seul.

Écrit par : melianos | dimanche, 19 février 2017

@melianos
Je pense qu'il n'y a pas de doutes sur ce point. En revanche, laisser croire que d'un côté il y a des méchants policiers qui humilient le peuple des banlieues et de l'autre de pauvres jeunes martyrisés, c'est juste un mensonge éhonté.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 19 février 2017

oui exactement l'Hérétique.

les quelques bavures policières qui existent ne sauraient cacher l'essentiel : il existe bien sur notre seul des jeunes très violents et sans scrupules qui sèment la terreur dans leur quartier. Ils ne veulent pas travailler et se complaisent dans le trafic et la terreur.

Écrit par : collin | samedi, 25 février 2017

Les commentaires sont fermés.