Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Face au FN, l'art d'être contre-productif... | Page d'accueil | île de France : je sais bien quoi ne pas voter mais pas encore quoi voter... »

vendredi, 04 décembre 2015

Pour affronter le FN, les autres partis doivent changer.

Plus je lis Atlantico, plus j'apprécie ce magazine. C'est pour cela que j'ai renouvelé mon abonnement une année supplémentaire. Avec Slate, ce sont mes deux références.

Le webzine pose avec acuité et intelligence des questions pertinentes sur l'échec des partis traditionnels face au FN avec quelques constats bien sentis que l'on doit entre autres à Serge Federbusch, le taulier fameux de Delanopolis.

Première observation : les partis politiques ne doivent plus affronter le FN comme un parti de contestation mais comme un parti d'alternance car c'est ainsi qu'il apparaît aux yeux de son électorat désormais. Le vote qui le propulse est devenu un vote d'adhésion.

Deuxième observation : les partis politiques doivent changer et admettre devoir donner une réponse à des préoccupations récurrentes dans une part non négligeable de l'électorat :

- la souveraineté et le statut de l'Europe

- l'insécurité

- le chômage et le protectionnisme

- l'identité et avec elle, l'immigration ainsi que le développement du radicalisme islamiste dans les banlieues.

Sur le premier point, je connais le discours de ma famille politique : plus d'Europe. C'est une idée à laquelle j'adhère, mais, comme le disait un certain général, il ne suffit pas de sauter comme un cabri en clamant «l'Europe !, l'Europe !».

Je reproche à ma famille politique, les centristes et les libéraux modérés, d'accepter des concessions et des accords avec une institution dont l'arrogance et la technocratie sont devenues insupportables. Nous, Démocrates et Libéraux, ne devons plus admettre d'Europe autre que démocratique. Autrement dit, il faut récuser toutes les décisions venues des commissions, voter non à tout tant qu'un Parlement élu au suffrage universel et un président nommé de la même manière ne prendront pas la direction de l'Union Européenne. Cela suppose un radicalisme démocratique que seul Bayrou semblait avoir commencé à incarner en 2007 mais dans lequel il faut s'engager. Il faut ériger le principe de subsidiarité en principe directeur de l'Union et récuser les décisions et leçons de morale supra-nationales particulièrement insupportables. Cette Europe n'a pas à dicter aux peuples leur conduite car ils ne l'ont pas portée au pouvoir. Il faut donc des référendums partout et prendre acte des votes nationaux quitte à défaire ce qui doit être défait. 

L'insécurité, je l'ai largement évoquée ce sur blog. Incroyable qu'il faille l'État d'urgence pour avoir une police qui marche. Les juges laxistes doivent être récusés. Hollande a raison de vouloir constitutionnaliser l'État d'urgence, à condition d'y mettre des garde-fous. Il faut revoir nos lois et nos procédures de manière à ce que la justice cesse d'être laxiste et que la police puisse faire son travail. Ce n'est plus le cas depuis de nombreuses années.

Le développement des productions nationales est ce qu'il y a de plus pertinent tant d'un point de vue social qu'environnemental. C'est le principe du Made in France ou ailleurs, au demeurant. Il y a une vraie réflexion à mener à propos de ce que l'on appelle la concurrence libre et non-faussée. Les critères environnementaux doivent à mon avis être inclus dedans. Il faut réfléchir aux aspects sociaux. Le développement des labels éthiques est une alternative et une piste intéressante.

Pensons qu'il est de notre intérêt de travailler main dans la main avec nos amis européens et plus largement avec les démocraties dès lors qu'elles admettent les mêmes paramètres. De ce point de vue, l'attitude de la France et de l'Europe avec la seule démocratie du Proche-Orient, Israël est aussi odieuse qu'incroyable. 

Je maintiens que pointer du doigt l'Islam est une erreur. C'est le radicalisme qui s'est emparé de l'Islam et non l'inverse. Il y a des causes multiples mais il y en a au moins une qui ouvre grand le chemin au djihadisme c'est l'impunité incroyable offerte à la délinquance depuis de nombreuses années. Et ce n'est pas tout : c'est l'atmosphère dans les cités, la misogynie impunie, le mépris des forces de l'ordre, de tous les services de l'État qui permettent les déviances. Pas de droitdelhommisme larmoyant dans les cités, c'est là où la reprise en main la plus ferme et la poigne sont absolument requises.

Il n'y a pas tant un problème d'immigration que d'intégration. L'immigration vient grossir la plupart du temps les zones où la délinquance et la misère sont déjà fortes. Cela dit, nous devrions être intraitables, pour ceux qui viennent, avec l'égalité hommes-femmes. Elle est au coeur et à l'origine de toutes les dérives dès qu'elle est remise en cause. Dehors tous ceux qui veulent s'installer en France et ne la reconnaissent pas dans son intégrité.

11:59 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |

Commentaires

"Il n'y a pas tant un problème d'immigration que d'intégration. L'immigration vient grossir la plupart du temps les zones où la délinquance et la misère sont déjà fortes. Cela dit, nous devrions être intraitables, pour ceux qui viennent, avec l'égalité hommes-femmes. Elle est au coeur et à l'origine de toutes les dérives dès qu'elle est remise en cause. Dehors tous ceux qui veulent s'installer en France et ne la reconnaissent pas dans son intégrité."
Voilà, César, tout est dit et bien dit ! S'il y a intégration, il n'y a absolument aucun problème. Et l'intégration c'est certes la langue mais surtout le respect mutuel que nous avons obtenu en France.

Écrit par : Françoise Boulanger | vendredi, 04 décembre 2015

@L'héré,

En harmonie sur le paragraphe développement des productions... :)
Mais pas avec l'élection au suffrage universel direct, car le plus connu sera le plus médiatique qui ne sera pas obligatoirement le plus compétent^^^.
En revanche suis favorable via une assemblée fédérale: vote et du parlement européen et des élus représentants les différents états avec introduction de la proportionnelle dans le mode de désignation de ces derniers.
En ce qui concerne la réforme constitutionnelle, n'ai pas encore lu et j'espère que garde-fous il y a!
Sinon, en Israel plutot des tomographes, je trouve ca plus mieux^^^.
Bonne journée

Écrit par : Martine | vendredi, 04 décembre 2015

Moi toujours pas comprendre..

Un parti n'est pas là pour affronter les autres mais pour proposer et tenir un programme

Déjà je n'aime pas l'idée de parti, d'opposition etc..

Du coup, observer ces querelles pour les bonnes places, observer comme les électeurs cherchent à résoudre ces problèmes de coureurs de mandats, me donne l'impression que la majorité des électeurs sont des crétins qui entrent dans ces combats d'où ils sortent toujours perdants et.. Ils recommencent à chaque fois, sans comprendre.. Toujours plus, comme ici où l'on verbe

Écrit par : Passage | vendredi, 04 décembre 2015

Les commentaires sont fermés.