Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Où Nicolas Sarkozy va-t-il trouver ses milliards ? | Page d'accueil | L'excellence socialiste : virer le grec et le latin... »

mardi, 17 mars 2015

Encéphalogramme plat au centre...

François Bayrou a fait observer à plusieurs reprises qu'à brandir sans cesse le FN on le plaçait au centre du jeu politique aux prochaines échéances électorales. Il dit également souvent que l'on ne gagne pas contre le programme d'une force politique mais sur le sien. Je le suis sur ces deux analyses, mais, là où le bât blesse, c'est que je n'entends absolument plus rien en provenance du centre, en tout cas, du MoDem, ma formation politique. Le problème n'est pas qu'il est inaudible, j'ai de grandes oreilles, mais bien qu'il ne dit plus rien. J'écoutais Marine Le pen défendre avec vigueur la persistance des départements ce matin sur France info. Je suis contre ce maintien et je le dirai après pourquoi, mais cela me frappait de constater qu'elle avait été la seule, jusqu'ici, à présenter un programme spécifique aux cantonales alors que les autres forces politiques se perdent en banalités ou en spéculations sur les échecs probables ou non de leurs adversaires.

J'aurais aimé que le MoDem développât une réponse électorale sur la question du département. Marine Le pen faisait observer ce matin qu'elle était hostile à la disparition du département parce que ce serait des intercommunalités et des très grosses collectivités municipales ou territoriales qui en feraient leur beurre, laissant une fois de plus pour compte les "petits".

Je me méfie du "Big is beautiful" contre lequel Bayrou mettait déjà en garde aux prémisses de la réforme actuelle. Je conchie l'intercommunalité, monstre bureaucratique sans aucune légitimé démocratique et machine à dépenser des sous alors qu'elle avait vocation à mutualiser pour faire des économies. Je me défie des métropoles, vraies chausses-trappe à démocratie.

Parce que le vrai problème, dans cette histoire, c'est bien celui-là : l'expression démocratique.

Si, une fois de plus, la technocratie, bien abritée derrière la sphère politique, parvient à imposer au petit peuple ce dont il ne veut pas, ce déni de démocratie finira par mal tourner et engendrer des crises qui provoqueront l'effondrement du paysage politique tel que nous le connaissons. Le FN prospère sur ce déni-là.

J'avais bien aimé le projet initial de Bayrou qui était de fusionner les Conseils Généraux dans les Assemblées régionales. De cette manière, les compétences existantes n'étaient pas perdues et les doublons prenaient fin progressivement. Évidemment, les départements auraient ainsi disparu, mais pas de manière brutale. Et Bayrou proposait d'élire le Président de Région au suffrage direct, et, dans le même temps, de désigner les représentants de l'Assemblée régionale à la proportionnelle intégrale.

La dalle d'Épidaure chère à François Bayrou autrefois n'émet plus le moindre écho. Qui parle des départementales au MoDem ? Personne. Et encore, ce que j'évoque ci-dessus relève d'un programme général. Les Départements ont encore un certain nombre de compétences à ma connaissance. Pourquoi n'y a-t-il presqu'aucun débat sur ce qu'ils doivent financer ou non au sein de la classe politique ? Ils interviennent dans les collèges, gèrent les ressources en eau, ont la charge des CAF, allouent des aides aux personnes âgées pour les aider à rester à domicile, aménagent les routes, s'occupent des bibliothèques, bref, la liste est longue.

Bien sûr toutes ces compétences ont un coût et se répercutent en impôts. Cela pourrait faire l'objet d'un débat. Faut-il les garder toutes ? 

Je trouve que Thomas Guénolé résume assez bien ce que valent les actuelles professions de foi en les assimilant à des Lettres au Père Noël. Je ne vois pas les choses autrement, et j'avoue que de tels programmes ne m'inspirent aucune confiance.

En tout cas, sur le site du Mouvement Démocrate, à l'heure actuelle, sur les départements, il n'y a rien. Il y avait dans le programme de Bayrou de 2012 une réflexion sur la gestion des territoires avec quelques mesures que le MoDem a fait siennes. Je me serais imaginé que la réflexion aurait pu continuer sur cette base, mais apparemment, elle s'est arrêtée là et les compteurs sont bloqués depuis.

 

00:08 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : départements, modem |  Facebook | | |

Commentaires

@L'héré,
C'est tout à fait logique...Pasque (presque tous à donf derrière AJ le nouveau messie...) Pas compliqué à comprendre, tout comme pour les élections de 2012...
Voila, ou nous en sommes, à présent!
Je partage votre opinion d'encéphalo, plat plus que plat, ra-plaplat du centre.
ps: pas compris, le pourquoi du "chère martine" de certains de vos commentateurs soudainement après les: "t'es schizo"d'autrefois, émanant de cette meme personne, quand il y a multitude de Martine candidate de tous bords. :p

Écrit par : Martine | mardi, 17 mars 2015

Mon pauvre Hérétique, la gestion du Modem pour ces départementales, c'est vraiment du grand n'importe quoi :-(
Notamment dans le 92 (Et oui, encore nous :-) )

En plus, il y a une mention spéciale à Nanterre!!!!!!!

Écrit par : Phil | mardi, 17 mars 2015

Bien sur qu'elle a du se sentir interpelée la cocotte ou canard qui savait bien qui vous lieait à une époque, et voui avais eu la faiblesse de la renseigner à ce sujet, mais si vous avez tout bien suivi, mon 06 lui est désormais inaccessible.
Bah, si je me souviens bien, elle suggérait à FB, le vrai, de ne pas etre candidat à Pau, mais de se présenter aux européennes.
Bien heureux soit-il d'avoir fait un choix différent.

Écrit par : Martine | mardi, 17 mars 2015

Le Modem pour moi c'était un parti neuf qui voulait être un parti de militants et pas un parti de notables et qui avait choisi un positionnement au service de l'unité des français et de l'intérêt général et pas un positionnement camp contre camp. En se déportant à droite il a perdu toute originalité. Quant à devenir un parti de militants... il aurait déjà fallu construire une vraie démocratie interne capable de les retenir. Sa seule chance de survie aurait été de lui aussi mettre en place des primaires pour désigner ses candidats et d'en présenter à chaque premier tour pour concurrencer udi et ump. Mais j'ai bien peur qu'il n'y ait plus assez de militants pour légitimer ces candidats si tant est qu'il y en ait des bons et plus d'argent pour les soutenir...Quant au projet...reste en gros comme grandes lignes le désendettement, le soutien aux PME et à l'éducation, Plus d'Europe et un mode de scrutin mixte. Mais en parlant de démanteler les 35 heures et le droit du travail le modem redevient un parti classiquement de droite. Pour les leaders FB a fait le vide autour de lui. Sarnez continue à parler creux, Fesneau n'a aucun charisme, lassalle est un marginal politique, wehrling ne se fait pas entendre et rochefort fait le technicien de service. Ca fait râler de voir où ce parti en est. 50 binômes autonomes et 300 duos avec la droite, tout ça sur 2000 cantons ça frise la désespérance...

Écrit par : zapataz | mercredi, 18 mars 2015

@ L'Hérétique

Non seulement il n'y a pas de propositions, mais en plus cette élection est l'occasion pour le MoDem de se couvrir de ridicule en s'alliant à la "Droite forte" de l'UMP, en assignant devant les tribunaux ses propres militants... et en perdant son procès.

C'est vraiment le naufrage.

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 18 mars 2015

Elles ne servent pas à grand chose, ces départementales où les compétences des départements peuvent changer à court terme

http://leparisienliberal.blogspot.fr/2015/03/pas-delections-cantonales-paris.html

Écrit par : Le Parisien Libéral | mercredi, 18 mars 2015

Sinon, comme tu dis, c'est dommage qu'on entende pas plus les centristes. Bayrou (pour peu qu'il représente encore le centre ...) avait pourtant un bon début d'analyse de la situation

http://leparisienliberal.blogspot.fr/2015/03/fn-bayrou-raison.html

Écrit par : Le Parisien Libéral | mercredi, 18 mars 2015

En effet, on observe peu de propositions intéressantes venant du centre. A une semaine des départementales, c'est très décevant !

Écrit par : pinguinalité | jeudi, 19 mars 2015

j'avoue que j'ai voté PS,uniquement a cause du fait que l'UDI et le MODEM se sont alliés dès le premier tour avec un parti(UMP) qui n'a pas une position claire vis a vis du FN..... le ni/ni favorise le vote FN

C'est le problème du centrisme mou qui négocie maladroitement........juste pour quelques postes!!!!!!

Écrit par : Europium | lundi, 23 mars 2015

@zapataz
Bravo, je n'aurais âs pu mieux dire.....

Écrit par : paulo40 | dimanche, 05 avril 2015

@paulo,
Ne comprends pas trop ou trop bien...
Il ne sert à rien d'essayer de me ré-animer, surtout via zapataz que j'ai croisé chez le crapaud du marais ou dr Benji.
C'est maladroit.

Écrit par : Martine | mardi, 07 avril 2015

@Martine
Moi je ne te comprends pas tu tout. Je ne pensais pas à toi, Ma Chère, ni à personne d'autre en applaudissant le post de Zapataz que je connais pas d'ailleurs.
A te lire

Écrit par : paulo40 | mercredi, 08 avril 2015

Les commentaires sont fermés.