Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Marine Le pen stratosphérique ! | Page d'accueil | Qui va autoriser ou interdire les nouveaux aliments ? »

mercredi, 05 novembre 2014

Bayrou et le barrage de Sivens : le ton juste.

Ce que j'aime chez Bayrou, c'est qu'il ne me déçoit jamais. Depuis que je le suis je ne l'ai jamais entendu céder une seule fois aux sirènes de la démagogie ou à la facilité. Dans toutes les situations où il est tentant d'appuyer là où ça fait mal simplement pour mettre en difficulté l'adversaire, Bayrou, lui, choisit toujours d'élever le débat.

J'ai apprécié à sa juste valeur ses prises de position sur le barrage de Sivens. Il a jugé, à raison, indécent d'exploiter dans un sens ou dans l'autre le décès dramatique de Rémi Fraisse. Il a eu le courage de dire clairement que le Ministre de l'Intérieur ne pouvait être tenu pour responsable de ce décès et il observe, une fois encore avec hauteur que la plupart de nos précédents responsables à ce poste ont essayé de trouver un équilibre (et il n'est pas facile !) pour empêcher les désordres sans dégâts matériels et accidents humains. C'est aussi mon sentiment. 

Je ne connais pas vraiment la situation locale alors il m'est difficile de me prononcer, mais j'observe que tous les élus locaux des environs étaient favorables au barrage. 

Comme l'observe très justement Bayrou, il semble que des décisions politiques ne puissent plus s'exécuter sans générer automatiquement de la violence, fût-elle d'une minorité. Je le rejoins encore quand il analyse que « l’ensemble de nos mécanismes de décision et d’action est à revoir parce qu’il est désespérant pour le citoyen d’avoir des décisions jamais suivies d’effets sur aucun sujet». Mais j'y ajouterais autre chose : il y a un vrai problème de confiance. Décideurs, maîtres d'ouvrage et et bâtisseurs sont joints par des liens inextricables qui fleurent bon le conflit d'intérêt. Et quand des études d'impact sont réalisées, on a le sentiment qu'elles atterrissent dans la poubelle car elles ne sont suivies d'aucun effet. A quoi sert-il d'interroger les gens si c'est pour ne finalement pas tenir compte de leurs avis ?

Je me trompe peut-être, mais j'ai le sentiment que l'habitude de s'asseoir sur l'avis de ceux qu'on consulte finit par générer de l'énervement et des tensions. Ceci ne signifie pas que tout projet doit être bloqué à la moindre consultation, mais que les différents acteurs doivent jouer cartes sur table.

Commentaires

tu as lu cet article ?

http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/11/03/barrage-de-sivens-un-dossier-entache-de-conflits-d-interets_4517419_3244.html

Conflits d'intéret dans tous les sens

Écrit par : Le Parisien Libéral | mercredi, 05 novembre 2014

Salut Parisien Libéral,
J'ai lu ce qu'a dit Bayrou et l'article de wikipedia sur le barrage. J'avais vu en effet qu'il y avait de sacrés conflits d'intérêt dans cette histoire.
Après, méfiance, pas mal de furieux qui sont là-bas ne viennent pas du coin. Mais on peut comprendre que pour les locaux, se faire marcher constamment dessus par des élus corrompus finisse par les énerver un tantinet...

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 05 novembre 2014

Bof, il existe plein de soluces sans passer par ceux dont on parle le plus...
Expl: dans ma famille, une cousine n'a pas hésité à sacrifier certaines terres pour faire ses réserves en eau elle-meme.
Salut

Écrit par : Martine | mercredi, 05 novembre 2014

zéro derniers publics dans l'histoire, après chacun est libre de vivre sa vie, j'espère que cela durera.

Écrit par : Martine | mercredi, 05 novembre 2014

Les commentaires sont fermés.