« La racaille déferle une fois de plus dans le RER A | Page d'accueil | L'alliance UMP-Modem a plutôt bien fonctionné à Paris »

mardi, 25 mars 2014

Remanier ? Pour quoi faire ?

Il est beaucoup question de remaniement ministériel et même de changement de premier ministre depuis quelque temps. En cause, l'impopularité du couple exécutif et les tous récents résultats du premier tour des élections municipales.

Je n'en vois franchement pas l'intérêt. Ce que critique l'opinion, c'est la politique menée, par vraiment les figures politiques qui la conduisent. 

Les mesures prises par Hollande et Ayrault sont jugées mauvaises, mais personne ne remet en cause leur probité personnelle et, finalement, leurs images en tant qu'individus, pas en tant qu'acteurs politiques, ne sont pas atteintes.

Si Hollande changeait de Premier Ministre maintenant, il ferait même une erreur : les élections européennes réservent probablement au PS un échec cuisant. Si chaque claque électorale doit amener un nouveau premier ministre, nous allons finir avec un torticolis...

22:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : hollande, ayrault, remaniement | |  Facebook | | | |

Commentaires

Eh bien, c'est là que la politique quitte le champ du rationnel pour entrer dans celui du symbolique. Un changement de Premier ministre, c'est une mise à mort symbolique. Elle joue un double rôle : la manifestation tangible de la volonté présidentielle de changer quelque chose à la politique menée, et le sacrifice de la victime expiatoire sur lequel pourra se reconstituer l'unité de la collectivité (voir là dessus les travaux fort éclairants de René Girard). Après, est-ce que cette dimension symbolique est toujours opérante, on peur se poser la question. Il faut souhaiter que oui, sinon un outil essentiel de la fonction politique aura été perdu.

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 25 mars 2014

Effectivement au dela su symbole, remanier pour ne pas changer de politique, cela ne sert à rien, néanmoins il faut savoir "entendre" les electeurs;
Tu dis:
"Les mesures prises par Hollande et Ayrault sont jugées mauvaises, mais personne ne remet en cause leur probité personnelle et, finalement, leurs images en tant qu'individus, pas en tant qu'acteurs politiques, ne sont pas atteintes."
Je pense au contraire que le peuple de gauche (le vrai) au delà du mécontentement n'a plus confiance.L'image des deux qui nous gouvernent est totalement détériorée, en particulier celle de Flamby 1°.
Celui ci ne démissionnera pas, donc le pauvre J.M Ayrault laissé seul à la manoeuvre face à des ministres qui n'en font qu'a leur tête va sauter... ainsi va la vie en politique ,mais une fois Ayrault parti quelqu'en soit le moment le problème restera entier.puisque que Flamby restera!
C'est une erreur totale de casting!

Écrit par : paulo40 | mercredi, 26 mars 2014

Hollande pourrait choisir un 1er ministre un peu plus charismatique et médiatique (que lui et Ayrault), et en conséquence choisir de s’effacer du 1er plan, laissant le champ libre à son nouveau 1er ministre. Sarkozy n'a jamais eu à changer de 1er ministre car il occupait constamment le 1er plan et son "collaborateur" Fillon est toujours resté dans son ombre.

Écrit par : MaxF | mercredi, 26 mars 2014

Voila un sujet qui semble important tant il mobilise la sphère médiatique...
Eh bien, moi, non seulement je ne trouve pas cela important, mais j'estime que le "profil" Ayrault me convient parfaitement (je ne dis pas sa politique hein!) j'en au mare des histrions "très médiatiques" qui papillonent d'une tv à une autre. Qu'ils bossent! Ils ne sont pas des stars, pas des peoples...

Écrit par : Michel | mercredi, 26 mars 2014

Hollande est fragilisé, car son "premier collaborateur" ne fait le poids par rapport a certains ministres....

on voit ici apparaître les méfaits de la forte présidentialisation de notre système ou le premier collaborateur n'a pu de raison d'être......pourquoi ne pas lui rendre sa fonction première....quelqu'un à poigne et qui aurait plus de liberté...

De plus trop de reformes tue la réforme....le GVT devrait se focaliser sur 4/5 sujets avec un GVT restreint...

Écrit par : Europium | jeudi, 27 mars 2014

Un assez joli résumé des choses :

http://odieuxconnard.files.wordpress.com/2014/03/ocelectionsfrfinal3.jpg

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 27 mars 2014

Probité ?

Toute l'équipe est à la dérive, chacun faisant ce que bon lui semble dans son petit coin.

On se demande depuis le départ qui a pu avoir l'aplomb de rappeler Fabius aux responsabilités. On attend toujours que Moscovici s'explique sur son petit tour de passe passe avec Cahuzac. Taubira semble avoir l'irrépressible envie de casser les sceaux qu'elle est censée garder. Montebourg insulte le patronat avec lequel il est supposé négocier. On a découvert grâce à Dieudo que Valls était con comme une table.
etc ...

En tout cas on imagine facilement dans quelle atmosphère doivent se préparer les super tip top réformes qu'on nous a promises.
Espérons que Toumou arrivera à caser les problèmes du pays entre ses histoires de fesses et les intrigues du palais. Espérons.

Écrit par : skunker | samedi, 29 mars 2014

@toutes et tous, bonjour!!

Il n'y a bien que les médias classiques, et leurs supposés experts morts de trouille, qui ne disent pas qu'au delà de la situation économique et sociale désastreuse, de Sarkozy, d'Ayrault ,Etc... le vrai problème est l'incapacité à l'Elysée de gouverner et diriger une équipe.
Premier secrétaire (n'oublions pas ce que disait Martine Aubry et les autres) et Président de Conseil Général sont des choses, Président de la République une autre.
Il faut encore attendre 3 ans et souhaiter qu'il ne soit pas confronter à une crise majeure.

Écrit par : paulo40 | dimanche, 30 mars 2014

je ne suis pas assez "fan" pour sauter de joie à la lecture des résultats de ces municipales. Je suis sur que de nombreux maire sincèrement socialistes ont fait les frais du fiasco de leurs "leaders" et j'attends de voir les résultats des nouveaux elus pour pavoiser.
Je ne suis pas un supporter, loin de là, d'Hervé Morin, mais c'est le premier et un des seuls hier soir à avoir clairement pointé du doigt ce que les français ont rejetté: Francois Hollande, dit Flamby 1°.
Ce dernier, contraint de trouver des zones d'économies va rogner comme un fou les budgets des collectivités locales souvent gérées maintenant par la droite. Pour cette dernière c'est peur etre une victoire à la Pyrhus!

Écrit par : paulo40 | lundi, 31 mars 2014

tout à fait d'accord

Écrit par : charlotte | lundi, 07 avril 2014

Écrire un commentaire