Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 4000 postes en collège ? Mais pour quoi faire ? | Page d'accueil | Pas d'alternative pour le MoDem »

samedi, 07 décembre 2013

Le MoDem a déjà soutenu une fois NKM.

NKM a des défauts et des qualités, mais s'il y a une chose qui m'agace, ce sont les petits slogans à deux balles dont elle fait l'objet auprès de certains aficionados des réseaux sociaux parce qu'ils ne supportent pas qu'elle soit de droite et que le MoDem s'allie avec la droite.

Alors on va faire une mise au point.

L'insulte préférée, c'est "sarkozyste" parce qu'elle a été la porte-parole de Sarkozy pendant sa campagne présidentielle. 

Remettons les choses à leur place : savez-vous que NKM est sur la liste noire du Front National ? Pourquoi ? Parce qu'elle a déclaré nettement et clairement qu'en cas de duel FN-PS au second tour, elle votait sans hésitation PS. Cela ne me paraît pas si fréquent que cela à droite, non ?

Et maintenant, un petit flash-back : revenons au mois de juin 2012. NKM affronte un candidat socialiste au second tour des législatives. J'ai une devinette : qui soutenait le PS, qui soutenait NKM ?

La réponse est ici, sur une archive du Parisien. Le MoDem a soutenu NKM aux législatives et le FN le candidat du PS. Soyons juste, ce fut au grand dam de ce dernier qui ne souhaitait pas d'un tel cadeau empoisonné, mais du coup, cela renvoie dans les cordes tout ce que je lis depuis quelque temps à propos de NKM sur les réseaux militants de plusieurs partis.

Je ne dis pas que je suis un soutien inconditionnel de NKM, et je pense même qu'il y avait la place pour une liste indépendante de l'Alternative au premier tour à Paris. Il ne faut pas pour autant repousser une alliance de premier tour avec elle pour de mauvaises raisons.

Pour l'instant, je vois qu'elle cherche à faire du ménage en rejetant les Thénardier de l'Hôtel de Ville Tibéri dans le 5ème. Au niveau de la moralisation de la vie publique, cela me paraît une bonne chose. *

Il y a les individus, bien sûr, mais ensuite, les programmes : je crois que c'est là-dessus qu'il faut juger avant toutes choses la pertinence des alliances ou non. C'est en tout cas là-dessus que Marielle de Sarnez a fait son choix. C'est pour ma part ce que je m'attache à analyser depuis plusieurs mois et j'attends avec impatience d'autres précisions sur conséquences de l'accord programmatique entre UMP, UDI et MoDem à Paris.

Alors trêve d'anathèmes à deux balles, j'attends des arguments des opposants à cette alliance, pas des slogans dignes des derniers Politburo de feue l'URSS...

10:32 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : nkm, modem |  Facebook | | |

Commentaires

N'ayant jamais attaqué NKM sur ses accointances Sarkozystes, je ne me sens pas visé par ce texte mais je tiens à dire que je trouve cet article particulièrement fallacieux car il se concentre sur un aspect mineur des critiques contre cette alliance de premier tour (celles liées à la personne de NKM) et ne fait que survoler (et on comprend bien pourquoi) le vrai fond du problème.

Le vrai problème dans toute cette histoire c'est que dans une ville comme Paris, capitale de la France, extrêmement symbolique d'un point de vue politique, le centre (je commence à détester le sens politique de ce mot du fait de son hypocrisie) est incapable de présenter des listes autonomes pour porter ses propres valeurs...

A quoi cela servait il que Bayrou et Borloo jouent les stars américaines sur tous les medias en nous expliquant qu'avec l'alternative, le centre allait enfin avoir les moyens de ses ambitions pour finalement se rallier piteusement et dès le premiers tour aux listes UMP à Paris ?

NKM n est que la tête de gondole UMP et derrière il y a 20 têtes de listes d 'arrondissement avec pléthore de colistiers donc focaliser votre article sur elle dans le cadre des municipales est illogique.

On aurait fait alliance dès le premier tour avec Hidalgo, j'aurais critiqué de la même manière pour les mêmes raisons et aussi parce que je n'ai pas plus confiance dans le PS que dans l'UMP.

Quant aux programmes, pour ce que j'en ai lu d'un côté comme de l'autre, nous avons beaucoup de promesses et de grands principes (avec bien peu de chiffrage) donc difficile de se prononcer pour le moment...


Dans cette histoire, l'alternative vient de démontrer son manque de courage politique... Il semblerait que de ce point de vue, c'est l'UDI qui a imprimé sa marque à l'ensemble...

Par peur de se prendre une dérouillée au premier tour, le MoDem a choisi le confort d'une alliance de premier tour avec l'UMP , allant ainsi à l'encontre de sa propre doctrine qui voulait faire vivre une force démocrate indépendante (je préfère le terme de démocrate à celui de centriste)...

En politique, au premier tour on se compte et au second on rassemble... sinon on n'existe pas...


Le MoDem n'existe virtuellement plus au niveau national...

Il continue d'exister en local par la volonté de militants qui essaient de faire vivre notre spécificité mais je crains que malheureusement ils se retrouvent bien vite confrontés aux choix de nos dirigeants de faire de la droite dite républicaine notre partenaire politique naturel.

Les premières conséquences de cette nouvelle stratégie se voient jusque dans les blogs comme celui ci...
Le pacte qui existait au sein du MoDem entre adhérents de sensibilité de gauche et ceux d'une sensibilité de droite, est en train de voler en éclat, chacun retrouvant le chemin de ses anciennes amours...

Il reste malgré tout un espoir.. En politique comme ailleurs, la nature a horreur du vide et peut être une nouvelle force indépendante émergera t elle pour reprendre le flambeau... on peut toujours rêver...

Écrit par : serge92 | samedi, 07 décembre 2013

Bonjour Serge,
J'ai juste fait une mise au point sur NKM.
Pour le reste, moi aussi j'étais favorable à une liste autonome, mais ce n'est pas le choix qui a été retenu.
Je ne pense pas que l'Alternative se serait prises une dérouillée au premier tour. Là, au contraire, on va perdre des électeurs qu'on aurait pu récupérer (tous ceux qui veulent châtier Hidalgo sans ouvrir la porte à l'UMP).
En ce qui concerne le centre-gauche, bon...les incessantes leçons de morale sur les réseaux sociaux sont vraiment très fatigantes. J'en viens à me dire qu'il est pire que le PS.
Cela dit, je me doute qu'on va très vite se retrouver face à une situation difficile :
Sarkozy se prépare pour 2017. Je n'imagine pas Bayrou le soutenir. Du coup, je ne sais pas ce qu'il va se passer avec certains de nos alliés. Mieux vaut ne pas trop y penser...

Écrit par : l'hérétique | samedi, 07 décembre 2013

@l'hérétique:

Vous avez raison sur le fait que la dérouillée n'était pas certaine du tout...
c'est bien pour cela que j'ai parlé de "peur de se prendre une dérouillée"...

Et cela rend ce choix d'alliance au premier tour encore plus navrant... Il y avait un coup à jouer à Paris mais le Modem et l'UDI ont préféré assurer des sièges...

Pour ce qui est de 2017, il y a quelques indices, comme par exemple dans l 'article suivant, et cela ne laisse rien présager de bon sur le positionnement de l'udi:

http://www.rtl.fr/actualites/info/politique/article/ump-pour-borloo-sarkozy-va-revenir-7767630443

Écrit par : serge92 | samedi, 07 décembre 2013

vous pensez vraiment, Serge, que les militants et sympatisants UDI vont se laisser prendre pour des idiots par Sarkozy ?

Car au final, ce sont bien les VOTES qui comptent, pas les accords electoraux.

Écrit par : Le Parisien Libéral | samedi, 07 décembre 2013

@Serge
Vous mettez le doigt où ça fait mal...Je suis en effet perplexe. On verra bien le moment venu de toutes façons.
@Parisien
Tout à fait.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 07 décembre 2013

@Le Parisien Libéral

Les militants et sympathisants de l'UDI ? je ne sais pas...
Mais vous savez, dans un parti de notables type udf comme l'est l'udi, les simples militants et adhérents ne doivent guère avoir voix au chapitre...
Nous autres au MoDem, savons de quoi nous parlons... Nous venons d'expérimenter le concept du parti de notables avec un changement de stratégie venu d'en haut sans réelle consultation des adhérents...

Par contre, si on se souvient de la période 2007-2012, il est tout à fait envisageable que des élus et plus généralement des huiles de l'udi puissent être séduits par un Sarkozy avec de jolies promesses de portefeuilles et de fauteuils...
Me contredirez vous sur ce point ?

Écrit par : serge92 | samedi, 07 décembre 2013

Ahem, Serge, vous semblez oublier le vote du collectif national sur la charte de l'Alternative.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 07 décembre 2013

@l heretique:

Soyons sérieux cher hérétique... il n y a en aucun cas eu consultation des adhérents avant la prise de décision... pourtant avec internet, il était possible de facilement informer et recueillir les avis...

Quand au vote au conseil national, ce n'était qu'une procédure d'enregistrement d'une décision déjà prise, ficelée et annoncée sur les médias suite à une négociation de plusieurs mois à haut niveau dont ont été exclus les adhérents...

Cela s'appelle la politique du fait accompli... c'est tout ce qu'on veut, sauf de la démocratie...

D'ailleurs en tant qu'adhérent, je n'ai reçu aucune information sur la teneur des échanges en conseil national hormis de vagues infos glanées çà et là sur internet...


Une comparaison intéressante concerne les entreprises privées.
Dans les entreprises d'une certaine taille, la loi prévoit que les décisions un peu importantes soient soumises, avant toute mise en application, à consultation des représentants du personnel avec obligation de fournir toutes les informations nécessaire pour qu'ils puissent émettre un avis motivé et éclairé... Moi qui suit représentant du personnel dans mon comité d'entreprise, je peux vous dire qu'en cas d'irrespect de cette procédure, la société s'expose à être condamnée pour délit d'entrave...
Et parfois même, la justice peut obliger l'entreprise à annuler tout ce qui a déjà été mis en œuvre...
Les entreprises n'étant pas des démocraties, l'avis (sauf exception) reste consultatif mais cela démontre l'importance qu'il peut y avoir à associer aux décisions ceux qui vont être impactés...

Un mouvement comme le notre fait de la démocratie interne un élément essentiel, on devrait donc être en capacité de faire mieux ou au moins aussi bien...

Or, on s est bien gardé de demander l'avis des adhérents et de les faire participer à la réflexion...

A un moment donné, il faut arrêter de se raconter des histoires et regarder la réalité en face...

Écrit par : serge92 | samedi, 07 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.