Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Trop drôle de voir le PS s'aligner sur une proposition de Bayrou... | Page d'accueil | Thatcher ? Une caricature de libéralisme... »

lundi, 08 avril 2013

J'imagine mal Bayrou devenir 1er ministre de Hollande

Comme d'habitude, une partie de la presse bave sur les intentions de François Bayrou. C'est aux titres crétins et aux délires abracadabrantesques qu'on y lit qu'on comprend que le projet de Bayrou (ni sa personne, au demeurant) n'a jamais été compris par tout ce monde là.

Si Hollande devait proposer à Bayrou de devenir Premier Ministre, ce serait reconnaître de sa part et de toutes ses troupes que son projet présidentiel ne tenait pas la route et que les mises en garde de Bayrou à ce sujet avaient été exactes.

Ce serait aussi reconnaître que le projet présidentiel de Bayrou était le seul valide en 2012 (comme en 2007).

Même si ces conditions étaient réunies, je n'imagine pas les Socialistes dans leur ensemble accepter une telle décision. Et malheureusement, le MoDem de Bayrou est encore largement en convalescence. Jusqu'à nouvel ordre, nain politique dans l'opinion et à l'Assemblée, nous n'avons pas de dot à apporter au marié...

Le temps d'un tel bouleversement n'est pas venu.

Pour que le MoDem puisse accéder au pouvoir, il doit faire ses preuves électorales. S'appuyer sur une majorité qui ne vous représente pas, c'est se condamenr à l'impuissance.

La seule chose que Bayrou accepterait, ce serait de diriger un vrai gouvernement d'union nationale avec des hommes de la trempe de Fillon, Baroin ou Juppé à l'intérieur, ou encore des femmes comme Valérie Pécresse, NKM, Rama Yade, et, bien sûr des personnalités de gauche de premier ordre de l'autre côté.

Si nous devions en arriver là, la situation serait très grave.

Par ailleurs, j'ai de fortes préventions face aux unions nationales et républicaines de toutes sortes : elles laissent le champ libre aux extrêmes pour devenir la seule opposition.

De telles unions ne doivent pas durer longtemps car elles sont contre-nature, et, en leur sein, chacun doit conserver son identité.

Pour ce qui me concerne, j'ai juste le désir de voir l'actuel gouvernement modifier profondément sa ligne économique. Écouter Bayrou est un premier pas. Il n'y a pas de fatalité, seulement de l'impuissance et de la velléité politiques.

Si les Français changent d'avis et commencent à penser que les solutions de Bayrou et du Modem sont les meilleures, qu'ils le fassent savoir dans les urnes lors des prochaines élections, d'autant que ce que nous disons à l'échelle de l'Europe et de la commune est souvent une déclinaison locale de notre programme national. 

08:59 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : hollande, bayrou | |  Facebook | | | |

Commentaires

"Par ailleurs, j'ai de fortes préventions face aux unions nationales et républicaines de toutes sortes : elles laissent le champ libre aux extrêmes pour devenir la seule opposition."

Il n'y a pas encore d'union nationale et pourtant le FN a déjà l'air d'être la seule opposition. La popularité du FN ne fait que croître jour après jour. Vu que les extrêmes ont déjà le vent en poupe, autant rapidement profiter des avantages d'une union nationale. Il est d'ailleurs consternant que la classe politique se soit bornée à éliminer Bayrou du 1er plan au cours des 10 dernières années. Avec sa justesse, ses convictions, sa vision, il mérite d'être en responsabilité. Il aurait dû être soutenu depuis longtemps, très largement. C'est clair qu'il aurait fallu qu'il pense un peu stratégiquement à se doter de troupes, et ne pas imaginer que le statut de "messie" suffit à gagner les élections. Ça a peut-être marché pour De Gaulle, mais bon, c'était une autre époque.
Quand à la compatibilité des programmes, Hollande ne fait pas du tout un programme socialiste. Si Bayrou y incorpore son programme, ça ne pourra qu'améliorer la politique actuelle. La refondation de toute la fiscalité pourrait être un bon début.

Écrit par : MaxF | lundi, 08 avril 2013

@ L'Héré

Début du 4e paragraphe : "si ces conditions étaient réussies" au lieu de "réunies".

Intéressant, le lapsus. ;-)

Écrit par : Ch. Romain | lundi, 08 avril 2013

@Christian
Caramba ! Merci pour la correction. Je ne parviendrai jamais à écrire un billet correct du premier coup (sanglots) :-(

Écrit par : l'hérétique | lundi, 08 avril 2013

"La seule chose que Bayrou accepterait, ce serait de diriger un vrai gouvernement d'union nationale avec des hommes de la trempe de Fillon, Baroin ou Juppé à l'intérieur, ou encore des femmes comme Valérie Pécresse, NKM, Rama Yade" ça ressemble plus à un gouvernement de droite que d'Union nationale !

Écrit par : orange sanguine | lundi, 08 avril 2013

@orange
mais non : on ajouterait Valls, Sapin à gauche et quelques autres : Fleur Pellerin par exemple.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 08 avril 2013

Merci orange sanguine d'avoir posé la question.
La réponse de notre ami hérétique est rassurante ...
J'avoue avoir été parfaitement effarée par sa suggestion.
Il me semble que si Bayrou devait accepter d'être 1er ministre, il pourrait aussi demander à faire venir les hommes et femmes qui l'entourent au modem un Rochefort aurait parfaitement sa place et d'autres.
Mais ceux cités à droite ? Jamais ils ne viendront. Beaucoup trop d'ambitions personnelles pour le futur.
Avez-vous tous signé la pétition de Bayrou ?

Écrit par : signora | lundi, 08 avril 2013

Sauf dissolution, les prochaines élections législatives n'auront lieu que dans quatre ans...
Et rien ne dit que l'exaspération poussera les citoyens vers la bonne solution... Comme le dit la sagesse populaire, la colère est mauvaise conseillère...

A un moment donné, il faut être capable de prendre ses responsabilités et arrêter d'atermoyer...

Dans les discours de Bayrou, l'un des fondamentaux est la nécessité de rebattre les cartes de la politique française et de faire travailler ensembles des gens de talents qui ne sont séparés que par des sigles et des dogmes...

Alors, s'il y a une chance, même faible d'y arriver, il faut la saisir...

De toute façon, si Bayrou devait devenir premier ministre et constituer un gouvernement de grande coalition (et non d'union nationale puisqu' il me parait clair que ni le fn ni le fdg ni la gauche du ps ou la droite de l'ump ne s'associeraient à un tel mouvement), il devrait en passer par un vote de confiance à l' assemblée nationale.

Là, il y aurait deux possibilités:

Soit il rassemble une vraie majorité de députés et dans ce cas, la machine sera lancée.
Soit il est mis en minorité et dans ce cas il démissionne sur le champ, en se positionnant néanmoins en recours crédible devant l'opinion publique.

Dans les deux cas, il aura démontré qu'il était prêt à prendre ses responsabilités et gagnera en crédibilité.

Ce qui est clair par contre, c'est qu'avant d'accepter une telle charge, il devra avoir carte blanche pour mener une politique de redressement du pays et de moralisation comme il l'entend, sinon c'est le naufrage assuré.

Et s'il réussit à réunir toutes ces conditions favorables, il devra forcer un peu sa nature et foncer droit devant sans s'arrêter... ni retraite, ni reddition...
Je crois que François Bayrou est un homme de devoir et que de ce fait, il est capable d'aller au bout.

Mais pour l'instant, tout cela n'est que rumeurs, hypothèses et supputations...

Écrit par : serge92 | lundi, 08 avril 2013

Autre avantage qu'à François Bayrou pour être l'homme à même de mener une politique de transformation: Il n'est plus l'obligé de personne...

L'un des gros problèmes des politiques, c'est qu'ils sont constitués en réseaux dans lesquels ils sont les obligés de personnes qui les ont aidé à un moment de leur carrière et ont également aidé d'autres dans leur carrière en faisant eux même des obligés...Bref, ils sont englués dans cette toile qui les paralyse...

De façon assez ironique, la solitude relative de François Bayrou devient aujourd'hui une force.
Il s'est tellement fait taper dessus par les deux bords et a été tellement trahi, qu'au final, il ne doit plus grand chose à qui que ce soit.
Il s'est retrouvé isolé du troupeau et maintenant que l'on se rend compte à quel point le troupeau est malade, on se dit que ce n'est peut être pas un mal finalement.


Il y a une phrase qui dit: "Les défaites de la vie conduisent aux grandes victoires."

Qui sait ? peut être que de toute cette tourmente sortira du positif...
Croisons les doigts...

Écrit par : serge92 | lundi, 08 avril 2013

Entièrement d'accord avec tous les points de cette analyse...

Je rajouterai qu'on est en droit de se demander pourquoi Hollande "offrirait" ainsi Matignon à François Bayrou et pour quel gain politique ?
2 députés ? C'est difficilement crédible...

Il est malheureusement plus à craindre de la part d'Hollande qu'il cherche à faire plaisir à la frange la plus à Gauche de son électorat afin que "ses" députés ne mettent pas en minorité son gouvernement...

Écrit par : Alexandre Joly | mardi, 09 avril 2013

Écrire un commentaire