Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mourir d'amour... | Page d'accueil | Véritomètre, pifomètre ? »

samedi, 18 février 2012

Transition énergétique et menace nucléaire

François Bayrou a dit de l'énergie nucléaire qu'elle était une énergie de transition. Je partage cet avis. Le poblème, en revanche, c'est la transition vers quoi ? Nous savons désormais qu'une catastrophe nucléaire n'est pas impossible en France. Nous n'y sommes absolument pas préparés. Aucun plan d'évacuation n'existe pour les zones les plus nucléarisées. Que faire le jour où il faudrait évacuer la moitié de la population de la Manche en cas d'accident à La Hague ? Personne n'en sait fichtre rien.

Éric Besson et EDF ont choisi avec détermination la fuite en avant : nos centrales arrivent bientôt au terme de leur existence prévisionnelle. La réponse à ce coût ? Doubler le temps d'utilisation des centrales ! Il y a une floppée d'experts pour assurer que le risque est proche de zéro, mais, pour ma part, je tends naturellement à penser qu'utiliser un produit au-delà de sa date de péremption expose à des risques d'autant plus majeurs que le délai de grâce aura été dépassé.

Les Verts n'ont pas tort de faire du nucléaire un casus belli : le problème, c'est qu'ils ont mêlé à leurs considérations écologiques une espèce de bouillabaisse marxiste et morale qui les rend tout sauf crédibles. Ils ne savent que promettre de la sueur (à défaut de sang et de larmes) et de la décroissance. Ils ne veulent pas intégrer la gourmandise énergétique de notre société.

De ce point de vue, Corine Lepage offre un visage nettement plus raisonnable, mais ses louvoiements, ses atermoiements et ses retournements indignes m'ont rendu le personnage définitivement antipathique en dépit d'idées pourtant intéressantes.

La transition énergétique devrait être une cause nationale majeure, au même titre que la réindustrialisation de la France. François Bayrou a conscience de cette urgence. Mais comme toute la classe politique et même les experts en énergie, il ne sait pas comment faire. Il a, face à la gauche et à la droite, le mérite de ne pas se lancer dans des projections qu'il sait intenables.

Il n'en reste pas moins qu'à elle seule, cette question mériterait un forum. Dans son Vivre autrement, Corine Lepage avait imaginé un tel scénario, mais il demeurait entièrement à la charge de l'État. La question est à reposer de manière correcte : comment accomplir un tel objectif dans nos sociétés marchandes, démocratiques et libérales en un temps où les États sont à bout de ressources ?

Une électricité sans nucléaire coûterait trois fois plus cher d'après les calculs de l'OCDE que ce que nous payons à l'heure actuelle. Économiquement dévastateur.

Les écologistes ont tout de même le mérite d'avoir commencé à y réfléchir et il faudra certainement les associer à une grande réflexion nationale sur le sujet ; ainsi, l'auteur du blogue J'arrête le nucléaire a procédé à quelques calculs plutôt intéressants : pour un individu isolé, on peut envisager le passage à l'énergie verte, avec par exemple une fournisseur comme Planète Oui. Je ne sais pas comment ils se débrouillent, mais ils parviennent à une offre plus intéressante que celle d'EDF. Le problème, c'est de pouvoir alimenter toute l'industrie, et sur ce point, je ne vois pas d'offre de masse verte capable de répondre à une telle demande.

10:03 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : énergie, nucléaire |  Facebook | | |

Commentaires

Un forum sur ce thème? Une excellente suggestion.

Écrit par : Martine | samedi, 18 février 2012

Et qui a les moyens ?

Écrit par : skunker | samedi, 18 février 2012

Planete Oui, et autres opérateurs verts, ne peuvent qu'amener une demande. Si de plus en plus de gens s'y mettent, les solutions de transitions se trouveront en douceur pour satisfaire cette demande.
Et vu que nos factures (j'y suis) servent à financer les énergies renouvelables… wait and see… 

Écrit par : Ouame | mercredi, 22 février 2012

Personnellement, j'ai tendance à penser que le risque se situe dans l'incertitude quant à l’approvisionnement, d'autant que les ressources ne situent pas dans les pays les plus stables... Sans considération écologique, conserver une énergie à 80% nucléaire est une aberration stratégique.

Écrit par : Pas convaincu | vendredi, 24 février 2012

Bref, après une série de déclarations (sans aucune analyse de démonstration) contre le nucléaire, vous n'avez strictement RIEN à proposer en échange, si ce ne sont que quelques voeux pieux et mondains.
Cela montre bien l'impasse dans laquelle conduit l'esprit 1968 de contestation rien que pour le plaisir de contester....
Si vous ouvrez les yeux sur le monde entier (à l'exclusion de 4 pays figés dans un dogmatisme rigide, Allemagne, France, Autriche et Belgique totalisant 2% de la population mondiale)vous verrez que 69 centrales atomiques sont en construction. Difficile de considérer que 98% des dirigeants mondiaux sont stupides, corrompus, etc...

Écrit par : Hervé | jeudi, 03 octobre 2013

Bonsoir
Le problème, c'est en effet l'absence d'alternative solide. Le nucléaire n'en reste pas moins une énergie très dangereuse parce que mal maîtrisée pour l'instant.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 03 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.