Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Bayrou entre emploi et réarmement industriel | Page d'accueil | Tilt ! J'ai compris comment Bayrou efface le déficit de l'État ! »

jeudi, 02 février 2012

16 rafales en France seulement ???!!!!

J'ai entendu que Dassault était bien positionné pour livrer 126 rafales à l'Inde. Mais ce qui m'a fait halluciner, c'est d'apprendre que 16 de ces 126 rafales seront produits et assemblés en France. Le reste, ce sera des sous-traitants français qui fourniront des pièces détachées et l'aéronautique indienne assemblera.

Je n'en reviens pas. C'est tout ? Je me suis d'abord demandé si notre aéronautique militaire délocalisait (une criminelle issue si tel avait été le cas) mais non : d'une certaine manière, c'est pire que cela ! La France n'est tout simplement pas capable de produire plus d'un coup !

Sachant que la France a prévu de s'équiper de 11 appareils par an de son côté pour un total de 180 avions de combat, on voit les limites de notre appareil productif. 

Ouf, Bayrou va pouvoir ajouter une ligne supplémentaire dans son programme de réarmement industriel. Y'a du boulot.

La consolation, c'est que cette commande consacre les qualités d'un avion victime de sa réputation de looser (sur carnets de commande) et de son prix, mais qui dispose en réalité d'un large éventail de possibilités. Polyvalent, il est capable de missions de reconnaissance, d'interception et de frappes au sol.

Il ne fait pas de doute que l'intervention en Libye aura été une occasion de faire état de ses performances. Après, j'imagine qu'il y a aussi une dimension stratégique dans le choix indien. Avec la France en fournisseur unique, il y a peu à craindre d'un éventuel embargo en cas de conflit avec le Pakistan comme l'observait fort judicieusement Pierre Conesa chez Marianne2.

Dassault a des travers, mais il a aussi ses bons côtés, et notamment en ce qui concerne ses règles d'intéressement, il a comme principe immuable de reverser toujours un tiers de ses bénéfices à ses salariés. Si le contrat se concrétise, on va pouvoir sabler le champagne dans les usines du groupe...

11:02 Publié dans Economie, International | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : dassault, rafale |  Facebook | | |

Commentaires

J'allais rire du "sabler le champagne" en disant que pourtant le "l" est loin du "r", mais il s'avère que c'est bien sabler et non sabrer comme je le pensais. Ça m'évitera de passer pour un beauf aux réveillons ^^.

Écrit par : skunker | jeudi, 02 février 2012

En fait, les deux termes existent et n'ont pas la même signification. On sabre le champagne avant de sabler :)

http://www.maisons-champagne.com/encyclopedie/vignes_au_plaisir/sabler_sabrer.htm

Écrit par : Aurélien | vendredi, 03 février 2012

Il parait selon wikepia que nous possédions en 2010 93 rafales à 152 millions d'euros l'unité = Faîtes le compte
j'aimerais savoir où sont basés tous ces rafales - Peut être il y eu commande réglée mais pas livraison comme dan beaucoupe de choses ???

Écrit par : BOUANIGA | mardi, 07 février 2012

Les commentaires sont fermés.