Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Un viol en Égypte : c'est pour la journée des violences faites aux femmes ? | Page d'accueil | e-reputation, ebuzzing s'invite dans la cour des grands ! »

samedi, 26 novembre 2011

J'ai trouvé un gisement de 250 000 offres d'emploi !!!

La CGPME, vous connaissez ? C'est la Confédaration Générale des Petites et Moyennes Entreprises. Il existe à Pôle Emploi plus de 250 000 emplois qui demeurent non pourvus. La CGPME s'en est aperçue, et, du coup, elle a décidé de prendre les choses en mains. Ses unions territoriales se sont mobilisées pour créer une plate-forme d'offres d'emploi.

A vrai dire, la CGPME a une autre idée en tête : en s'appuyant  sur une enquête à propos des besoins en main d'oeuvre réalisée par le CREDOC en 2011, elle a constaté que près d'un tiers des emplois proposés demeuraient non pourvus faute de candidats et que près de 7 chefs d'entreprise sur 10 jugeaient leur recrutement difficile estimant faire face à une pénurie de candidats. Elle compte s'appuyer sur AGEFOS-PME, un organisme de formation professionnelle.

Elle met à disposition des PME un numéro vert, le 0800 315 315 et a ouvert une page facebook et un compte twitter. Très pratique, le compte twitter : j'y suis allé, c'est un fil ininterrompu d'offres d'emploi de toutes sortes : par exemple, les trois dernières propositions ? Un ingénieur électronique, un ophtalmologiste, un électro-mécanicien et un commercial ! Ces propositions d'emploi, qui sont tous des CDI, ont moins de 24 heures !!!

J'imagine la tête que Pôle Emploi doit faire...

Cela dit, cette pénurie n'est pas nouvelle : pour ce que j'en connaissais, toutefois, il me semblait que c'était dans les métiers de bouche (boulangerie, boucherie en particulier) ou dans le bâtiment qu'on manquait particulièrement de mains. Mais d'après le CREDOC, les industries manufacturières et métallurgiques ainsi que le secteur du commerce (mais lequel, précisément ?) seraient particulièrement affectés. 

A considérer le nombre de licenciements dont les médias font régulièrement état dans l'industrie, c'est trop bête s'il y a des emplois à pourvoir au point de pouvoir évoquer une pénurie.

Après, sur les 250 000 emplois, je demande à voir leur structure : s'agit-il d'emplois en dur ou d'emplois précaires mi-temps et CDD ? J'espère en savoir prochainement plus, et, si c'est le cas, cela fera l'objet d'un billet supplémentaire.

J'attends d'en savoir plus avant de me prononcer, mais, il me semble que cette manière de procéder pour diffuser l'emploi est fort proche de ce que le MoDem, par exemple, propose dans son approche économique. Pour avoir participé au projet parisien du MoDem en 2008 avec Marielle de Sarnez, j'ai le souvenir très clair d'avoir vu circuler des idées de ce type, avec en surplus la pensée que la ville (ou l'État) avait vocation à jouer un rôle de facilitateur face à ce type d'initiatives.

Ainsi, pour cet exemple précis, il conviendrait pour Pôle Emploi non de chercher à rivaliser avec le projet de la CGPME mais au contraire de s'y adapter et de viser une coopération de qualité.

In fine, peut-être est-il impossible de couvrir complètement les besoins en emploi, comme s'il s'agissait là d'une sorte de marge de manoeuvre incompressible. 

En tout cas, l'initiative de la CGPME n'en mérite pas moins d'être saluée et relayée, ce que je fais :-)

09:53 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : cgpme, emploi, modem |  Facebook | | |

Commentaires

il y a aussi un moteur de recherche d'emploi qui centralise toutes les annonces des autres moteurs et des sites de recherche d'emploi en éliminant les doublons :
http://jooble-fr.com/m/

Écrit par : Isabelle | samedi, 26 novembre 2011

Salut Isabelle
Oui, mais je pense que la CGPME ne se limite pas à une seule collection d'offres d'emplois.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 26 novembre 2011

Bonjour, oui en effet.

On a quand même de gros soucis avec l'organisation de l'offre/demande d'emploi...très bien que ton article le relève.

Peut-être aussi une autre fois aborder le problème de la formation ? Pourquoi envoie-t-on encore des jeunes vers des filières bouchées, en leur apprenant parfois avec des moyens obsolètes ?

Écrit par : Isabelle | samedi, 26 novembre 2011

J'ai plusieurs témoignages de la même difficulté à recruter dans l'industrie ou le transport de marchandises.

Écrit par : FrédéricLN | samedi, 26 novembre 2011

C'est bien pour trouver une annonce qu'on aurait loupé, mais je reste dubitatif dans l'ensemble.

J'ai vu trop d'offres d'emploi demandant diplôme(s) + expérience(s) payé le SMIC pour penser qu'il s'agit uniquement d'un problème de communication.

Écrit par : melianos | dimanche, 27 novembre 2011

Salut Melianos
J'attends d'en savoir un peu plus et je produis un second billet.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 27 novembre 2011

En fait, je pense que la multiplicité des sites d'emplois nuit à la recherche d'emploi de manière générale. Aujourd'hui, pour mon domaine (l'informatique), il y a au minimum 2 sites où le passage est "obligatoire", l'APEC, Monster, généralistes, plus toute une tripotée d'autres sites.

Au final, on passe plein de temps à retrouver les mêmes offres les 3/4 du temps sur plein de sites différents.

Je pense qu'il serait largement plus efficace de se concentrer sur le site officiel (ici l'APEC ou l'ANPE), et d'oublier les autres qui sont "accessoires".

Tous ces sites, c'est un peu comme la technologie maintenant. On a rendu indispensable ce qui était inutile.

Sur un autre sujet, ça me fait penser aux aides sociales. Il y en a également tout plein, et au final les ayants droits ne savent en général pas à quoi ils ont droit (et les administrations non plus).

Écrit par : melianos | dimanche, 27 novembre 2011

Les commentaires sont fermés.