Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Sarkozy et la Lybie à quitte ou double | Page d'accueil | Carrefour/Restos du coeur, soutenir ou pas ? »

samedi, 12 mars 2011

Fusion nucléaire et séisme légendaire au Soleil-Levant

Si j'étais au Japon, à l'heure actuelle, je pense que mon trouillomètre aurait fait exploser son couvercle depuis un moment. Un réacteur nucléaire menace d'entrer en fusion, et donc, en réduisant en charpie son enveloppe, de répandre ses vapeurs radio-actives dans l'atmosphère japonaise (et sans doute au-delà, au demeurant).

Comme Unhuman, je tends à penser que la construction de centrales nucléaires sur une zone sismique n'est pas exactement une chose souhaitable, même s'il faut évidemment prendre en compte les besoins énergétiques du Japon et la nécessaire diversification stratégique de ses sources.

En France, je fais partie de ceux qui ne sont pas résolument hostiles au nucléaire, tout en souhaitant une évolution progressive vers d'autres formes d'énergie beaucoup moins dangereuses (solaire, éolien, géothermie, par exemple). C'est grosso modo ce que défendent aussi Bayrou et le MoDem.

Mais quand on considère les risques encourus, finalement, on se prend à penser que le plus tôt sera le mieux. Le Japon est pourtant expert en risques sismiques, et d'ailleurs, s'il n'avait pas développé une compétence hors du commun dans ce domaine, nul doute que les conséquences du tremblement de terre (séisme le plus puissant jamais enregistré au Japon) seraient terrifiantes.

Quand on songe que seuls 3700 édifices sont tombés, après une telle secousse, on peut se dire que le miracle de la technologie le dispute à celui des cieux.

Il n'en reste pas moins que les dégâts sont très lourds et que des milliers d'êtres humains ont péri. J'avoue me sentir très désarmé, je ne sais pas quoi faire pour aider le Japon.

D'après un journaliste français vivant au Japon, le réacteur nucléaire n'aurait pas été touché par l'explosion. Encore faut-il que la pression ne monte pas ! Un autre blogueur francophone vivant là-bas assure que l'enveloppe aurait été remplie en une heure au lieu de cinq. L'efficacité japonaise. Toujours impressionnante. 

Il ne reste plus quà prier pour que les 10 000 disparus du port japonais ne soient pas 10 000 morts.

Il faut s'imaginer la puissance du cataclysme : il aurait déplace l'île, c'est à dire le Japon tout entier, de 2.4 mètres et désaxé l'actuel axe de rotation de la Terre de 10 centimètres !!!!

17:14 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook | | |

Commentaires

La réaction des Japonais est proprement impressionnante - au-delà du fait qu'avec la Californie, ce sont les mieux préparés à des séismes si lourds, la vidéo du parlement qui tremble violemment où le premier ministre se fait un devoir de rester impassible montre que ce n'est pas seulement une question d'infrastructure. Il ne faut pas que nous autres occidentaux nous y trompions : les dégâts matériels sont tellement immenses que ça pourrait être un coup dur pour l'économie du pays...


Pour ce qui est de la part du nucléaire en zone sismique, le Japon n'a pas vraiment le choix : on peut à bon droit concevoir qu'il y a dans ce pays un rapport compliqué au nucléaire depuis 1945, et pourtant c'est une source majeure pour eux. En fait la quasi-totalité de l'énergie utilisée au Japon est importée, et il faut bien qu'ils en produisent un peu chez eux ; à part le nucléaire, le reste est horriblement polluant pour l'air et l'eau.

En France, la question est toute autre, on se rend assez mal compte des atouts de notre territoire pour les sources dites alternatives. La position que vous citez est aussi la mienne.

Écrit par : A.A. | dimanche, 13 mars 2011

@A.A
Oui, c'est ce que j'ai pensé rapidement. La seule chose à faire pour les aider, c'est d'acheter japonais (à condition qu'il ne s'agisse pas de produits délocalisés...!).

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 13 mars 2011

Avant d'avoir lu ton billet, je viens d'écrire quasiment le même... en plus court, donc en y prenant moins de temps. Effectivement, construire des centrales nucléaires sur des zones sismiques semble suicidaire ou tout simplement surnaturel...

Écrit par : JF le démocrate | dimanche, 13 mars 2011

@JF
Oui, on a pensé la même chose. Le gros problème, c'est que la dette publique du Japon avoisine les 200% et que tout changer va coûter des centaines de milliards...

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 13 mars 2011

Ce qui est hallucinant c'est que les japonnais ont construit une centrale nucléaire en minimisant( l'ont-ils intégrés?) le risque de tsunami.

le problème de cette centrale est que les générateurs de secours ont été incapables de rentrer en action a cause leur inondation, d'ou ce qui arrive.


les japonais ont tout misé leur système de sécurité pour gérer un tremblement de terre , de ce coté la ils sont forts....

les tsunamis ont toujours existé, mais les augmentations de population font que les zones proches de la mer sont de plus en plus exploités car il faut bien vivre quelque part malgré les risques potentiels..... et cela n'ira pas en s'améliorant.....

Écrit par : Europium | dimanche, 13 mars 2011

Il y a eu aussi, il y a longtemps je crois, une politique de gains de terres sur la mer .

Écrit par : Martine | dimanche, 13 mars 2011

Cela étant, votre titre ne va pas du tout, un séisme "légendaire" étant, en bon français, un séisme imaginaire, qui n'a pas eu lieu. Or…

Écrit par : Didier Goux | dimanche, 13 mars 2011

@Didier
Je ne vous suis pas sur votre étymologie : légende vient de l'adjectif verbal latin "legendus", ce qui doit être dit. Donc, au contraire, ce séisme, par son caractère unique a vocation à devoir être dit, c'est à dire à devenir légendaire...

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 13 mars 2011

Ce qui ne va pas dans votre titre, en revanche, c'est "fusion nucléaire". La fusion du cœur d'un réacteur signifie sa "fonte" melting en anglais). À ne pas confondre avec la "fusion nucléaire" qui est ce qui se passe dans le soleil et les étoiles, c'est à dire la réunion en un seul de deux atomes légers. Dans les centrales, c'est la "fission" (cassage des noyaux d'atomes) qui est utilisée.

Écrit par : EC | lundi, 14 mars 2011

27 000 morts et disparus suite à un séisme/tsunami qui frappe le pays "le plus disposé" au monde pour faire face à ce genre de situation. Une centrale nucléaire détruite, un nuage radioactif qui se propage... Que le monde est fragile, cela en est effrayant. Et si les mayas avaient prédis vrai ?

Écrit par : indiana | dimanche, 03 avril 2011

Les commentaires sont fermés.