Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le Liban, ami d'Israël ? | Page d'accueil | L'écriture de Justine »

samedi, 19 février 2011

Sarkozy face au FN, populismes...

Il y a un truc que Sarkozy n'a pas compris avec le FN : 2007, c'est terminé. Il a fait une fois le coup aux électeurs et sympathisants de ce parti, mais là, c'est fichu après ses échecs patents. Sarkozy veut donc concurrencer le Front National en évoquant l'Islam ou la sécurité ? Ou encore l'immigration ? Le multi-culturalisme ? Il ferait mieux de se taire. Voilà un homme qui a naturalisé 200 000 étrangers par an depuis le début de son mandat, a continué à alimenter le regroupement familial, tout en chassant, dans le même temps, de braves gens aspirant vraiment à l'intégration : je me souviens encore de ce jeune garçon qui avait sauté du 1er étage pour échapper à la police et qui cumulait à l'école les premiers prix d'orthographe française. Incapable qui fait tout l'inverse de ce qu'il faudrait faire...

Marine Le pen se réjouissait hier de ce que l'UMP marche dans ses traces : en effet, le parti présidentiel va lui tracer un sillon inespéré. Je ne dis pas qu'il faut esquiver les sujets qui fâchent : il faut avoir des réponses claires, nettes et fermes dans ce domaine, mais pas la peine d'en rajouter non plus dans la surenchère (surtout de mots) alors qu'il y a moyen d'attaquer le FN sur ses points faibles (son programme économique, son programme social).

Je l'ai déjà écrit, sous la houlette de Marine Le pen, le FN a quasiment achevé sa mutation en parti populiste. Partout en Europe, les partis populistes sont devenus puissants. Des remèdes efficaces contre la progression de leur gangrène n'ont pas encore été trouvés par les autres forces politiques. Il y avait à ce sujet un débat intéressant dans les pages du quotidien Le Monde.

Baverez dit une chose qui me paraît intéressante : il faut insister sur le fait que ce n'est pas l'économie qui dirige la politique, mais l'inverse, car le populisme se nourrit justement de la première impression. C'est aussi mon sentiment.

Il est ensuite très important de ne pas prêter le flanc aux collusions de toutes sortes. Sur ce point, j'ai une entière confiance en Bayrou. Éviter les "Siècles" et autres think tanks et réseaux destinés à imposer leurs vues à la société toute entière, mais pas seulement : la sphère médiatique est insupportable d'arrogance aux yeux de beaucoup de Français. La presse est déconsidérée, intellectuels et journalistes fournissant le fouet pour se faire battre la plupart du temps.

La corde populiste, ils sont nombreux à vouloir en user, Sarkozy le premier. Toute la difficulté, c'est de distinguer ce qui ressort de la rhétorique populiste (tous pourris, c'est la faute des juges, des immigrés, les cheminots, les enseignants sont des privilégiés) et la dénonciation d'authentiques abus de pouvoir. Une fois cette distinction faite, on comprend mieux ce qui sépare des Mélenchon ou Le pen d'un Bayrou...

Commentaires

Entièrement d'accord avec ce billet, L'hérétique !
Il est rare que je fasse de la promotion sur un de mes billets en particulier mais celui-ci permet d'expliquer je crois le comportement actuel de notre président. Je le crois capable de simuler tous les sentiments pour parvenir à ses fins...
Il faudrait lire celui-ci et le suivant (qui explique le premier et qui vous démontrera surtout que je ne suis pas la seule à avoir fait cette analyse !). Attention, ce que je dis étant dur à croire, lisez-le en ayant en tête tous les derniers agissements. Et vous verrez que ce que disait François Bayrou dans son livre s'explique complètement sous cet angle.

http://lecanardalorangedeslandes.over-blog.com/article-25361535.html
http://lecanardalorangedeslandes.over-blog.com/article-25361666.html

Écrit par : Françoise Boulanger | samedi, 19 février 2011

"la sphère médiatique est insupportable d'arrogance aux yeux de beaucoup de Français"

Tu l'as dit !

J'ajoute que "la classe politique est insupportable d'arrogance aux yeux de beaucoup de Français"

et ça c'est très dangereux.. de l'eau au moulin de Marine..

Écrit par : lg | samedi, 19 février 2011

Bayrou et Sarkozy pour moi c est Placide et Muzo, Lol.
Deux compéres du meme champ politique de centre droit et l autre de droite, qui ne se distingue publiquement que par leurs caractéres opposés.

Dommage pour Bayrou, aprés une haute performance en 2007 avec plus de 18% de l électorat Français, le voilà actuellement a seulement 8% de partisans.(Dernier sondage IFOP de Février 2011)!

Si en plus Hervé Morin(du Nouveau centre) lui fait a présent de la concurrence, le Bayrou, jamais il ne retrouvera son niveau record...

Écrit par : Vérité77 | samedi, 19 février 2011

Bonjour,

populisme.... c'est amusant... Bayrou s'en réclamait lorsque l'UMP lui reprochait d'être populiste... (et il disait, cf. campagne des européenne, que si populiste voulait dire prendre en compte ce que le peuple souhaite, alors il était populiste... ;o)
Pourtant j'ai l'impression que dans votre texte, le mot populisme est utilisé de manière quelque peu péjorative...
Sinon sur Sarko : je pense qu'il est un piètre président mais qu'il est un excellent candidat...
Et la campagne qui s'annonce (j'espère me tromper !!) démontrera qu'il est encore capable de baratiner les français... (surtout qu'il n'aura pas à affronter un "bilan" ou à s'expliquer sur une situation mais qu'il aura à affronter un autre candidat... et dans ce jeu là, il excelle ! (les failles de son concurrent l'aideront aussi !))
@+

Écrit par : snoo | samedi, 19 février 2011

Sans être aussi réactionnaire que lui sur les thèmes liés à la Nation, je suis assez d'accord avec Ivan Rioufol quand il prédit que l'élection de 2012 bénéficiera à ceux qui feront appel au Peuple.

Je reste toutefois convaincu que l'on peut s'adresser au Peuple et l'incarner sans avoir recours au "populisme" (un mot très inexact pour désigner la démagogie, trop souvent employé pour discréditer toute remise en cause des pratiques politiques oligarchiques).

Deux types de candidats peuvent donc l'emporter :
- ceux qui feront assez de démagogie (et non de "populisme") pour duper, comme en 2007, la majorité des citoyens ;
- ceux qui incarneront sincèrement les aspirations du Peuple et qui réussiront à faire comprendre (ce qui est bien plus difficile) que les démagogues de tout poil ne proposent que de mauvaises options face à ces attentes.

Ma préférence va, bien entendu, à la seconde catégorie ...

Écrit par : Joseph | samedi, 19 février 2011

Mise à part votre confiance à Bayrou que je trouve toujours aussi curieuse, je suis d'accord avec votre billet.

A mon avis Sarkozy a réussi la performance de décevoir les deux piliers de son électorat, l'électorat conservateur et l'électorat libéral. En tant que libéral, je craignais qu'il fasse tout pour plaire à son électorat conservateur. Pour des raisons qui m'échappent il a choisi de faire plaisir à son non-electorat progressiste (ecolo, socialisant etc..) au détriment de son électorat conservateur ET de son électorat libéral.

Tel que c'est parti, les conservateurs iront voter Marine, les libéraux s'abstiendront. Bayrou ne proposant à mes yeux que du Chiraquisme bis.. deux louches de compassions diverses dans une marmite de lâcheté.

Écrit par : Le libéralisme pour les débutants | samedi, 19 février 2011

Globalement d'accord sur le fond.

Sur la forme : On peut vraiment tracer un sillon pour quelqu'un en marchant sur ses traces ??? :-)

Écrit par : ch. Romain | samedi, 19 février 2011

Après le hold-up de Sarko sur l'électorat d'extrême droite, pas seulement le FN, en 2007, le coup est beaucoup plus difficile à jouer en 2011-2012.
Sarkozy n'a-t-il pas appliqué, si ce n'est un programme, une politique très, très, à droite. Vient le temps des constats et des bilans.
La jeunesse, la justice, les précaires, la sécurité publique, la laïcité, l'enseignement, la culture, l'intégration ont constamment été malmené par "notre président".
Tous ces thèmes font notre "identité nationale" et leur traitement politique a été très orienté sur les idées du Front National, de l'extrême droite plus largement (neo-cons, souverainistes, CNI, ultra-libéraux, ...)
Alors, la récupération des électeurs du FN , mission impossible ? j'ose l'espérer.
Que proposer en face ?
La vérité .

Écrit par : anamo | samedi, 19 février 2011

Oui, c'est très important, ce billet.

Dénoncer 30 ans de gouvernement irresponsable nous vaut d'être taxés de "populisme".

Parce que, sans doute, "l'élitisme" voudrait qu'on continue à laisser les prédateurs piller à leur aise, en espérant d'eux quelque gratification.

Et aussi parce que les "populistes" ont toujours dénoncé les puissants.

Nous ne dénonçons pas les puissants : seulement leur irresponsabilité.

Nous ne voulons pas le bordel : seulement un gouvernement qui serve les intérêts des gens, du peuple, de la nation, de la planète, appelez ça comme vous voudrez.

Mais certains serviteurs des actuels puissants, de bonne ou de mauvaise foi, voient là du "populisme", voient là une sorte d'anarchisme naïf. Je les appelle, en mon for intérieur, "ben ali-stes", ce qui ne mange pas de pain.

Écrit par : FrédéricLN | samedi, 19 février 2011

Bon ! ça, et un récent billet de Maxime Tandonnet, m'ont permis de pondre quelques lignes sur cette histoire de prétendu populisme du centre. Je me permets d'en indiquer l'adresse :

http://demsf.free.fr/index.php?post/2011/02/19/Nicolas-Sarkozy-Robin-des-bois

Écrit par : FrédéricLN | samedi, 19 février 2011

Serait-il possible que Sarkozy ne cherche pas tant à prendre des voix à Marine Le Pen, mais plutôt à la faire monter, dans l'espoir de se retrouver contre elle au second tour ?...
Tactique risquée, certes, mais une situation de type "21 avril" est sans doute sa meilleure chance d'être réélu.

Écrit par : Terrien | dimanche, 20 février 2011

Si Sarkozy retente le coup de 2007 avec le FN, on aura un second tour Marine Le Pen contre le candidat PS soit un 21 avril 2002 inversé. Les électeurs frontistes ne se laisseront pas prendre une seconde fois par la rhétorique sarkozyste.

@Terrien

Je doute que Sarkozy ait ce genre de calcul en tête car il vise le même électorat que Marine. Il aurait plutôt intérêt à ce que la gauche se présente le plus divisé possible.

Écrit par : Erchinoald | dimanche, 20 février 2011

Si Sarkozy retente le coup de 2007 avec le FN, on aura un second tour Marine Le Pen contre le candidat PS soit un 21 avril 2002 inversé. Les électeurs frontistes ne se laisseront pas prendre une seconde fois par la rhétorique sarkozyste.

@Terrien

Je doute que Sarkozy ait ce genre de calcul en tête car il vise le même électorat que Marine. Il aurait plutôt intérêt à ce que la gauche se présente le plus divisé possible.

Écrit par : Erchinoald | dimanche, 20 février 2011

Nicolas Sarkosy, ou parfois son gouvernement parce-qu'il est finalement assez difficile de savoir qui fait quoi dans ce fatras d'électrons libres qu'est l'UMP, nous a prouvé à maintes reprises qu'il avait le don de l'action qui provoque l'inverse de l'effet escompté donc, méfiance...
En fait je me dis, ce qui n'engage bien-sûr que moi, que nos sociétés de communication modernes sont naturellement populistes, nos médias sont trop souvent populistes, le web a lui-aussi parfois cette tendance et nos politiciens devraient, eux, être raisonnablement capables de contrebalancer cet effet au-lieu d'en rajouter par pur électoralisme. L'être humain, du cancre au plus instruit, verra toujours plus facilement la paille dans l'œil du voisin que la poutre qui se trouve dans le sien, pas besoin d'en plus l'y encourager. Malgré le côté foutraque de notre société, nous devrions être fiers de ce qu'elle apporte en richesse de vie, de paix et de stabilité qui sera envers et contre tous toujours relative.

Écrit par : Didier | mardi, 22 février 2011

Les commentaires sont fermés.