Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Finalement, le livre par le début... | Page d'accueil | La SNCF peut-elle imploser ? »

dimanche, 26 décembre 2010

Président de la France ou directeur du FMI ?

C'est une Arlésienne que de savoir si DSK sera candidat ou non à l'élection présidentielle en 2012. Michel Rocard semble avoir une idée sur la question : il juge qu'il est bien plus utile et efficient comme directeur du FMI que comme Président de la France. La surveillance des économies est désormais l'un des rôles majeurs du FMI, bien au-delà de la seule stabilité monétaire. J'ai du mal à me faire une idée, en ce qui me concerne, de son bilan après trois années passées à la tête du FMI. Il me semble qu'il a géré au mieux de ce qu'il était possible de faire la crise grecque.

Plus généralement, j'ai le sentiment qu'il a d'abord réhabilité vraiment le FMI aux yeux de l'opinion publique mondiale, ce qui n'est pas rien. Les conseils désastreux de cette institution lors des crises argentines avaient largement entamé sa crédibilité.

Héritant d'un FMI dénué de moyens, il a su convaincre les grands pays donateurs de mettre la main à la poche, ce qui a permis au FMI de disposer de fonds conséquents, par émission de DTS (Droits de Tirage Spéciaux) au moment des crises, et donc de pouvoir prêter de l'argent aux pays émergents au bon moment. Il a su aussi débloquer des prêts pour les pays les plus pauvres et leur consentir pour des périodes limitées le non-paiement de leurs intérêts. 

Évidemment, le FMI ne s'est pas pour autant transformé en oeuvre de bienfaisance, et quand il s'est agi de conseiller de dégraisser à certains pays (Roumanie, Lettonie) il n'y a pas eu d'états d'âme. Le patron du FMI a beau se réclamer du keynésianisme, point trop n'en faut quand il s'agit de dépenses publiques...

Mais enfin, dans l'ensemble, force est de constater qu'il a dans l'ensemble bien géré la boutique, et que surtout, pendant la crise, le FMI a joué le rôle de pompier plutôt que d'incendiaire.

Néanmoins, son amitié avec le sinistre Pascal Lamy, m'inspire toutes les défiances, tant ce dernier individu incarne le mondialisation technocratique dans ce qu'elle comporte de pire, à commencer par le mépris des nations, des cultures et des peuples.

Il ambitionne, j'imagine, de faire du FMI le gendarme financier du monde. Pari fort difficile à réaliser, tant les gouvernements des différents États n'y tiennent pas plus que cela. Les pays occidentaux, en particulier, refusent de lâcher leurs droits de votes au Tiers-Monde et aux pays émergents.

18:05 Publié dans International, Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : dsk, lamy, fmi |  Facebook | | |

Commentaires

Déesse K
Je suis déesse… K… une lettre, puis l’esprit qui s’en va…
Je n’ai pas besoin de me présenter...Parce que je ne suis pas encore en mesure de vous dire si je vais me représenter aux primaires.
En vertu de ce que je suis censé faire, pour moi, ça reste secondaire.
Tout ce que je puis vous dire, c’est que je n’ai rien à dire… Les élections… même pas la peine de m’en parler.
Toutefois et pour ne pas pratiquer la langue de bois, je vous signale tout de suite que je vais parler pour ne rien dire.
http://www.tueursnet.com/index.php?journal=DeesseK

Écrit par : le journal des tueursnet | dimanche, 26 décembre 2010

Ouais… bon… c'est un peu court d'assimiler une personne, aux fonctions pour lesquelles elle a été nommée. Une personne agit dans le cadre d'un mandat.

En l'occurrence (et même si je crois moins que Pascal Lamy aux vertus du commerce et du libre-échange) pourquoi le qualifier de "sinistre" ?

L'OMC est la seule institution internationale qui permet de *réguler* le commerce, à la seule condition que les Etats s'en servent (Cf. le livre de Joseph Stiglitz "Un autre monde"). Si les Etats ne tapent pas dans le ballon, inutile de s'en prendre à l'arbitre.

Écrit par : FrédéricLN | dimanche, 26 décembre 2010

"Sinistre" en vieux "francois" ou en Italie: sinistra, signifie à G toute!!! ;o))

Écrit par : Martine | dimanche, 26 décembre 2010

DSK et Lamy sont les exemples parfaits de keynésiens franco-franchouilles avec une analyse macro-économique bloquée fin 19ème début 20ème. DSK est moins virulent parce que présidentiable, mais s'il décide de laisser la main en 2012, on va pouvoir vérifier qu'il ne vaut pas mieux que l'autre.

Écrit par : h16 | lundi, 27 décembre 2010

L'autre jour, je me promenais dans la forêt. Au coin d'une clairière, voilà que je tombe sur Blanche-Neige et ses nains. Blanche-Neige était en larmes et les nains tiraient la gueule. D'ailleurs, ils n'étaient que cinq. J'ai demandé à Blanche-Neige ce qui lui arrivait. Comme elle sanglotait, c'est Prof qui m'a répondu à sa place : "On a reçu une aide du FMI. Ils nous ont accordé 50 pièces d'or, mais en contrepartie Simplet et Dormeur ont été virés...".

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 28 décembre 2010

Ah la magie des périodes de fetes chez DL (passage presque obligatoire pour ceux qui ont des enfants) et la Belle au bois Dormant l'avez-vous croisée?
Oups, ai failli oublier Cendrillon...Tsss :o))

Écrit par : Martine | mardi, 28 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.