Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Bon concept, Wikio experts... | Page d'accueil | Neige, Verglas, le bazar en IDF et à Paris »

mercredi, 08 décembre 2010

Bien sûr que si, il faut garder l'excellence !

Je vous le donne en mille : après PISA 2009, il nous restait encore l'excellence, mais le choeur des pédagogols s'est récrié. Puisque l'école favorise les meilleurs, il faut bannir les meilleurs et l'excellence. Et de crier haro sur les enfants des profs, ah, les salauds, qui réussissent mieux que les autres.

Un fils, une fille de profs, aujourd'hui, qu'on se le dise bien, c'est un enfant de milieu pauvre ou modeste, comme je l'ai établi il y a peu. Au mieux, c'est la classe moyenne.

Alors il faudrait leur ôter le droit d'être studieux ? Vous avez entendu cette cohorte de connards démagogues qui ne savent plus quoi inventer pour couler notre école républicaine ?

J'avoue que mon exaspération grandit au fur et à mesure que je lis les réactions à l'enquête PISA. C'est la fuite en avant. 

Sans dénier que les rythmes scolaires soient probablement fatigants, le rôle de bouc-émissaires qu'on veut leur faire jouer est ridicule. Ils étaient les mêmes  il y a 40 ans et notre système éducatif dans un bien meilleur état. Les vacances d'été duraient plus longtemps, et celle de l'année moins longtemps. A rebours, donc, de ce que clament nos experts ès chronobiologie aujourd'hui. Je ne me prononce pas sur la fatigue engendrée, mais en ce qui concerne les résultats scolaires, c'était apparemment mieux avec des vacances plus longues l'été. 

Il suffit de lire les rapports bidons des comités Théodule, qu'ils soient installés à l'Assemblée Nationale, au Sénat ou à l'Institut Montaigne, pour comprendre l'ampleur de l'inertie : ils passent tous à côté de la plaque.

Sérier les problèmes, ce n'est pourtant pas sorcier : Hashtable lève une partie du couvercle sur son blogue, et Paul Vilach l'autre sur AgoraVox.

Hashtable évoque l'alourdissement des disciplines : voyons, qui a ajouté la découverte professionnelle, la vie scolaire, l'histoire de l'art, le carnet de compétences, les plans Théodule à chaque fois qu'un incident se produisait quelque part depuis plusieurs années ?

En vérité, il existe un plan simple pour remettre l'Éducation Nationale sur les rails, même si cela doit prendre du temps :

a) réaffecter tous les moyens alloués à ce qui ne sert à rien : formation continue des enseignants, ni diplômante ni efficace, fausses disciplines surnuméraires telles que la découverte professionnelle, l'éducation civique ou encore l'EJCS au lycée, dépenses de fonctionnement idiotes en raison de la rigidité de la comptabilité publique (quasi-impossibilité de ré-allouer des postes budgétaires, minorité budgétaire des établissements auxquels on interdit de choisir eux-mêmes leurs prestataires) pour citer quelques exemples. En ce qui concerne la découverte professionnelle, il existe des troisièmes techniques et professionnelles de bon niveau, voire de très bon niveau, jusqu'à peu. Il suffit d'utiliser l'existant.

b) garantir à chaque établissement scolaire les moyens de mettre en place la remédiation pour les plus faibles (RASED et aide individualisée massive dans les écoles primaires), l'excellence pour les plus à l'aise (enseignement de l'allemand offert dès l'école primaire en alternative à l'anglais et garantie de sa poursuite au collège, langues anciennes partout, de l'établissement de centre-ville parisien à celui de la cité de Seine Saint-Denis). 

c) Laisser une liberté totale d'utilisation de ses fonds et de sa dotation horaire à chaque établissement, en fixant toutefois quelques horaires plancher pour les disciplines fondamentales (français, mathématiques, histoire hors éducation civique, anglais). Faire de même pour l'organisation de ses enseignements et de ses classes, y compris en générant des groupes de niveau verticaux (ne tenant donc pas compte de la classe), par exemple en langues vivantes. Ces choix pourraient figurer dans un projet d'établissement pluri-annuel. 

d) en finir avec les évaluations bidons. Il ne doit plus s'agir de déterminer la compétence d'un élève, mais son niveau d'entrée dans un établissement, et son niveau de sortie. On peut le faire avec des exercices simples : la dictée, l'expression écrite (la rédaction), le calcul mental, les repérages et la capacité à formaliser mathématiquement des problèmes, la connaissance de la géographie du monde, de notre histoire et de notre civilisation ainsi que les grandes dates de la France. Des choses simples. On pourrait même économiser le coût du brevet. C'est évidemment la progression des élèves entre l'entrée et la sortie qui pourrait permettre de décerner un vrai label de qualité à l'établissement.

Il y a quelques enseignants dans ma blogroll (le privilégié, Démocratix, Princesse Soso, Natacha Polony), j'aimerais savoir ce qu'ils pensent de ces propositions, de même que ceux qui s'intéressent particulièrement à l'éducation comme Mirabelle, Isabelle ou encore SOS-éducation. Tous les blogues de l'Échiquier sont évidemment appelés à contribuer aussi, et plus généralement tous ceux que la question intéresse.

13:22 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : école, collège |  Facebook | | |

Commentaires

mais qui a jamais prouvé que PISA était une référence en enseignement ?
Les compétences, c'est eux !!! Informez vous donc un peu !!!

Écrit par : olivier taviau | mercredi, 08 décembre 2010

@olivier tavau
Oui, en plus. C'est exact. Mais le fait de savoir lire ou non est en revanche bien une information objective. Idem pour le fait de comprendre ce que l'on lit ou pour celui de résoudre ou non un problème.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 08 décembre 2010

La mère fouettard que je suis va relire tranquillement ton billet et te répondre :) ...

Écrit par : Mirabelle | mercredi, 08 décembre 2010

bon voilou, c'est en ligne ... je ne sais pas si ça t'apportera quelque chose ... mais bon !

Écrit par : Mirabelle | mercredi, 08 décembre 2010

J'étais passée en coup de vent et je n'avais pas vu le tag - sur la bécane de 5h à 1h du matin le lendemain - trop de boulot. J'avais décidé de revenir lire cet article quand j'aurai le temps, et justement je venais de finir aujourd'hui quand une amie m'a prévenue du tag.

Autre coïncidence, j'ai reçu cet après-midi le communiqué de presse de la Ligue des droits des enfants en Belgique sur le classement PISA, je voulais le reproduire dans un billet.

Comme il est inutile que je redise les mêmes choses que toi sur les points que je partage, je vais publier le communiqué.

Mais lire d'abord Mirabelle.

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 08 décembre 2010

Oups, pardon, j'avais mal lu, il fallait répondre aux propositions...
Bon je note et je fais.
J'ai du mal à émerger.

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 08 décembre 2010

Toujours pas repris la plume pour l'instant et ça me désole, mais j'ai moins de remords quand je constate que vous veillez au grain et restez très en verve, j'adhère à l'essentiel de ce que vous écrivez sur le sujet et je me régale toujours autant en parcourant ces colonnes, néanmoins j'apporterai mon petit grain de sel cette fois-ci car je ne peux souscrire à toutes ces propositions. A presto maestro ^^

Écrit par : florent | mercredi, 08 décembre 2010

Bon ça y est, c'est fait !

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 08 décembre 2010

http://www.youtube.com/watch?v=KMobKJKuFqc

Écrit par : Martine | jeudi, 09 décembre 2010

pas eu le temps de le lire mais ce lien peut t'intéresser :
http://www.club-jade.fr/Legrandic-Lecavelier-le%20systeme%20educatif%20francais.pdf

Écrit par : Mirabelle | jeudi, 09 décembre 2010

Merci Mira, pour ton lien.
Si tu as visionné le reportage sur l'école de mon fils, tu auras entendu sur le plateau l'invité, le Conseiller pour l'enseignement spécialisé auprès de la ministre de l'éducation, JF Delsarte, dire que l'inclusion se fait depuis longtemps en Finlande, au Québec et dans certains pays anglo-saxons.
C'est de cela dont il est question dans le document quand on y explique le soutien individualisé.
Les besoins éducatifs particuliers, quels qu'ils soient, y sont pris en charge, et cela fait l'essentiel de la différence entre la Finlande et la France.
Car les difficultés scolaires font partie de ces besoins éducatifs particuliers.

Écrit par : luciolebrune | jeudi, 09 décembre 2010

D'ailleurs à ce sujet, probablement ce soir la 2e partie de mon billet avec le communiqué belge sur le classement PISA.
Non, Martine, je ne fais pas ma promo, je réponds en 2 parties au tag de César.

Écrit par : luciolebrune | jeudi, 09 décembre 2010

@Luciole,
Ou ai-je dit que vous faites votre promo? Heing? Finalement, je vais finir par croire que vous la faites vraiment, vot' promo...:o))
Et puis, Pisa, la Finlande et tutti quanti...Depuis le nombre d'années, je sature vraiment!!!
Bonne nuit.

Écrit par : Martine | jeudi, 09 décembre 2010

Voilà c'est fait, mieux vaut tard que jamais... ^^'

Écrit par : florent | mercredi, 05 janvier 2011

Les commentaires sont fermés.