Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Commerce mondial, ça va péter... | Page d'accueil | Qualité allemande : même les jouets... »

dimanche, 03 octobre 2010

Mort sur le Web

J'ai écouté la chronique de Guy Birenbaum sur Europe 1 à propos de ce jeune américain qui a été filmé à son insu dans ses ébats amoureux avec un autre homme.

Guy Birenbaum semble acquitter Internet de toute responsabilité dans cette histoire particulièrement sordide. Tout en considérant que la  justice américaine doit cartonner la gueule de Dahrun, le salopard qui a filmé et balancé tout cela sur la Toile, et bien faire la promotion des longues années qu'il va passer dans une prison américaine, je ne dédouanerai pas aussi vite le Web.

En fait, je partage pleinement l'avis de Jean-Pierre qui s'est exprimé à ce sujet sur son blogue. Certes, Internet ne peut être tenu pour comptable de cette mort, mais sans Internet, elle n'aurait pas été possible, non parce que Internet est le mal, mais parce qu'Internet est avant tout un accélérateur phénoménal, capable de diffuser et faire tourner une information, concernât-elle un individu ou un État à une vitesse vertigineuse.

Ce n'est pas Internet qui choisit l'information qu'il véhicule, ce sont les gens qui sont dessus, et comme l'observait Birenbaum, rien ne pourra faire obstacle à la bêtise et à la méchanceté humaine en action. 

Rien certes, mais Internet, en revanche, lui offre un effet démultiplicateur. Quintessence du media, Internet permet tous les croisements : du suicide sordide à la cyber-attaque d'un état vers un autre pour mettre hors-service ses installations nucléaires, puisqu'il semble bien qu'Israël soit derrière les "légers" soucis et dysfonctionnement qui frappent le matériel iranien depuis quelque temps...

Pour revenir à ce que dit Jean-Pierre dans son article, avec l'avènement des réseaux sociaux, virtuels rappelons-le, nous nous sommes tous créés une personnalité numérique. Or, cette personnalité a beau être virtuelle, elle n'est pas pour autant invulnérable, même si elle nous en donne le sentiment. C'est cette scizophrénie là que nous payons cash quand elle est attaquée.

13:36 Publié dans Insolite, Internet | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : internet |  Facebook | | |

Commentaires

Je crois que tu m'offres là mon billet de droitiste ^^

Écrit par : Vallenain | dimanche, 03 octobre 2010

pas d'accord!
Tout progrès offre de nouvelles possibilités, c'est le propre du progrès.

Ensuite, si on veut l'utiliser pour mal faire ou pour bien faire, le progrès n'y est pour rien: on ne va pas retourner dans des cavernes sous prétexte que des gens roulent trop vite avec leur voiture.

ensuite, les lois doivent être adaptées aux nouvelles criminalités offertes par le progrès, et dissuasives autant que possible.

Mais ça, on n'y peut rien.

Et Il y a bon nombre de pays sous-développés en informatique, avec une censure très forte sur internet, comme l'Iran, où les homosexuels sont carrément mis en prison ou à mort par la loi elle même: là, internet aide à les faire libérer!

Écrit par : do | dimanche, 03 octobre 2010

Beaucoup de gens sur Twitter m'ont reproché le contraire ;-) : d'incriminer le net alors que je tiens la position médiane. Donc je suis sans doute objectif. Mais c'est une affaire horrible.

Écrit par : guy birenbaum | dimanche, 03 octobre 2010

@l'hérétique

Merci pour cet article..
J'étais dans le même cas de figure que Guy..je me suis lu et relu et à la faveur de quelques valets patentés, je me demandais si j'étais devenu un vieux con, pire si je ne savais plus écrire Ouf me voici rassuré

@Guy
Non Guy, a aucun moment tu trahis tes convictions.

Mais défendre Internet dans le vide sidéral, c'est comme au 19ème siècle, défendre l'électricité à tout prix.

Un jour on invente la Chaise électrique.
Beaucoup s'élèvent alors pour exprimer ce qu'ils en pensent. Ils sont contre, naturellement. Et puis soudain, on entend une voix qui s'élève :
- Si vous êtes contre la chaise électrique, alors vous êtes contre l'électricité ?

- Hein, quoi ??
LOL

Il s'agissait dans mon article de dénoncer des MAJORS comme Facebook, Twitter, demain YouTube ou Dailymotion, avec leurs failles de sécurité..On l'a vu encore avec ce pauvre bougre qui s'est pris un mois de taule pour avoir insulté la gendarmerie.
(Il n'y a que Sarkozy qui ait le droit d'émettre un "Casse toi, pôv con !! dans ce pays")

Il s'agissait de porter une réflexion à un niveau sociologique et philosophique. Rien d'autre de détonnant.

Écrit par : Bozzonne jean-pierre | dimanche, 03 octobre 2010

Internet est anarchique. Après, on aime ou on n'aime pas mais, il me semble préférable de laisser cette soupape de sécurité jouer son rôle. Les guerres cybernétiques tueront toujours moins de gens que nos conflits d'antan et malheureusement encore actuels en pas mal de coins pas ou peu "connectés" du globe.

Je ne trouve pas très judicieux d'associer virus informatique et internet car même s'il y en circule un nombre considérable, très peu arrivent à atteindre réellement l'utilisateur final et encore moins un utilisateur ciblé ou un réseau interne. La meilleure façon de perturber un ordi est de se trouver physiquement au plus près de lui, pas de passer des plombes à gratter pour espérer pouvoir se frayer un chemin sur la toile à des milliers de kilomètres. Internet est sécurisé par essence, plus on cherchera à légiférer pour le restreindre ou le contrôler, plus l'on ouvrira des brèches dans ses fondements jusqu'à ce qu'il devienne inutile ou non-fonctionnel jusqu'au retour au Minitel'x Gaulois ; lent, très cher en communications, vide de contenus sinon commerciaux et, surtout, garanti sans virus connus.

La triste histoire de ce gamin n'a pas grand-chose à voir avec internet. Si l'on apprenait à l'humanité à vivre avec les autres au-lieu d'axer chacun sur son nombril, peut-être que des trucs comme ça seraient moins fréquents. D'autant que pour la petite histoire, internet aurait pu le sauver.

Écrit par : Didier | lundi, 04 octobre 2010

Et si l'on régulait un peu en supprimant tous ces pseudo-réseaux sociaux ?
De fait, c'est bien ce désir de figurer dans ce type de réseaux qui est à la source du problème.
Au bilan : c'est bien la fin ce Narcisse en quelque sorte...

Écrit par : Erel | lundi, 04 octobre 2010

Même avec une vieille caméra super8 planquée dans un placard, on doit pouvoir causer autant de mal. C'est la fin qui justifie les moyens !

Écrit par : MaxF | lundi, 04 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.