Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le culte de l'éphémère | Page d'accueil | Le virus du Sida, nouveau médicament génique? »

mardi, 15 juin 2010

Austérité ? Rigueur ? Qui, comment, où ?

Tous les jours François Fillon promet aux Français de la sueur, du sang et des larmes. D'accord. On a compris. Tous les jours, François Fillon lance des chiffres à l'emporte-pièces. 100 milliards, dernièrement. D'ailleurs, Nicolas Sarkozy s'est plié aux conditions allemandes sur les sanctions qui toucheraient désormais les pays de l'Europe qui feraient joujou avec la barre des 3%. Nous, c'est pas joujou, ce serait plutôt Disneyland catégorie grand 8...

Quand va-t-on donc passer aux choses sérieuses ? C'est à dire discuter précisément de nos dépenses, déterminer qui va payer, pour quoi et comment ? C'est ce que Marielle de Sarnez réclame à François Fillon, et elle a bien raison.

Au Mouvement Démocrate, nous avons les idées claires là-dessus : nous savons ce que nous voulons garder et ce à quoi nous renonçons. Nous savons aussi quels efforts nous sommes prêts à consentir. Alors ouvrons ce nécessaire débat.

15:21 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : sarnez, rigueur |  Facebook | | |

Commentaires

Bonjour l'Hérétique!
pour répondre à l'emporte pièce à ta question sous-jascente, je crois que nous venons de donner les clefs de l'Europe à l'allemagne. En effet, je ne sais quelle mouche a bien pu piquer nos dirigeants d'exiger une disposition qui si elle entre en effet, nous privera à coup sûr de notre droit de vote au sein de l'UE.
Si une partie des français sont prêts à faire les sacrifices nécessaires, gageons que ce sera majoritairement ceux qui les font déjà et se sont fait raser gratis depuis plus de trente ans. Les autres renacleront, qui au nom des "avantages acquis", des "impératifs éco-planétaires durables" et autres "sauvegarde du service public" qui ne sont plus que de piètres faire semblants destinés à créer, protéger ou accroître des intérêts catégoriels.
Bref, soit le peuple se lèvera pour dire assez, et il risque de le faire trop fort ou trop largement, et (re)jetera la construction européenne avec l'eau du bain de la mauvaise politique française, soit il se couchera et nous serons partis pour une longue agonie et une dissolution finale dans le modèle régiono-fédéraliste rêvé par certains.
Je ne peux que revenir à ton billet précédent qui posait finalement la question du centre, au sens où je crois tu te la pose. Que faire d'une position qui ne peut que conduire à trancher entre un parti d'élus et un parti d'électeurs? Vieux dilemne certes, mais qui recouvre une réalité plus forte: comment choisir entre l'homme et l'idée?
En ces temps difficiles, les idées et les solutions, les plans et les mises en oeuvre sont soumis aux aléas d'un monde qui ne nous attend pas et ne nous entend plus. L'homme seul (et la confiance que l'électeur a en lui) doit y faire face et nous enmenner sans nous trahir. Le reste est comme l'air du temps: changeant.
Une partie de nos concitoyens confond valeurs eet idéal politique. Les valeurs encadrent et guident l'action politique, mais l'idéal les enferme et les restreint. Par dépit et dégoût pour certains, nous nommons realpolitik cette prise de conscience, comme si elle nous était à ce point étrangère que nous ne la reconnaissions que dans les arangements électoralistes mais non dans la conduite des affaires de l'état.
Ce trait de caractère du peuple français explique en partie la réussite de la cinquième, qui portant un individu au sommet du pouvoir, se fait garant de la conduite des affaires. Encore faut-il qu'il en existe en tout temps.

Écrit par : simple citoyen | mardi, 15 juin 2010

@simple citoyen
tu me diras que je suis trop optimiste, mais je tends à penser que les peuples réalisent tôt ou tard où se trouve leur intérêt.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 15 juin 2010

"régionaux fédéralistes je n'en suis pas "fan", une grande sottise qui ne sèmera que désordre et désunion. (Je pense un peu à Bruxelles)
Pour le reste, économiquement parlant je ne vois pas ou est le "problème" avec la position allemande.
Effectivement les mesures que notre gouvernement va prendre, j'avoue avoir de grandes inquiétudes à ce sujet^^Ce n'était déjà pas "tip top"
Education, retraites and co^^^

Écrit par : Martine | mardi, 15 juin 2010

Les commentaires sont fermés.