Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Par delà bien et mal dans le jardin des Bobos... | Page d'accueil | Tabagisme, l'autre bilan de Sarkozy »

samedi, 08 mai 2010

Paradoxe libdem

Alors comme ça les LibDems ont échoué ? / So LibDems have ... on TwitpicJe crois que le paradoxe des libéraux-démocrates, il s'exprime aisément dans ces graphes que signale yann le du. Jamais ils n'ont obtenu autant de voix, même si les résultats sont moindres qu'attendus, mais, au final, en raison du mode de scrutin et de la répartition des circonscriptions et des voix, ils perdent des élus. Il n'en reste pas moins que leur progression demeure encourageante et augure bien de leur avenir, au final. S'ils savent demeurer à équidistance, ce sont eux qui ramasseront la mise aux prochaines élections.

Commentaires

Content que mon graphe t'ait été utile :)

Ce qu'on voit aussi, c'est qu'on est réellement entré dans un tri-partisme d'opinion. Avant, les LibDems étaient clairement derrière les autres, ce qui n'est plus le cas maintenant : on n'a jamais été aussi proche de l'équilibre entre les trois. C'est d'ailleurs pour cela qu'il y a un hung Parliament, bien que les LibDems aient perdu quelques sièges. Ironie du sort, c'est même un "very hung Parliament" puisque même une coalition Labour-LibDem n'aurait pas la majorité absolue.

Grâce à cette situation exceptionnelle, les électeurs vont maintenant prendre conscience de l'incapacité du système électoral à rendre compte de leur opinion... ce qui était bien le but recherché.

Au contraire de ce qu'on entend, je suis donc très optimiste. On savait de toute manière que les LibDems arriveraient troisièmes en nombre de sièges. Qu'ils en aient perdu quelques-uns n'est pas grave, puisque leur but est atteint.

Quant à ramasser la mise aux prochaines élections (peut-être imminentes)... nous verrons bien ! En tout cas, ce sera difficile sans réforme électorale.

Écrit par : Yann Le Du | samedi, 08 mai 2010

@Yann
Oui, à mon avis, leur priorité, cela doit être la réforme électorale. Le Labour semble prêt à bouger, et comme les petits partis y ont tout intérêt, ils peuvent disposer d'une majorité là-dessus.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 08 mai 2010

@ l'heretique : il faut plus de soutien que ça.

Les seuls "petits partis" qui y aient intérêt et soient représentés au parlement ... ce sont les Verts (1 siège). Les autres (27 sièges) sont des partis régionaux, qui n'ont pas grand chose à gagner ni à perdre à un changement. En fait :

* SNP écossais et PC gallois pourraient, par principe, être en faveur d'un changement si la partie "proportionnelle" se faisait dans 4 grandes circonscriptions Angleterre, Ecosse, Galles et Irlande du Nord ;

* Les partis qui tiennent les autres sièges, nord-irlandais (17), ne se sentent à mon avis pas concernés. Les intérêts du DUP et du Sinn Fein devraient plutôt être "contre", ceux de l'Alliance et du SDLP "pour"...

Et si on va vers une coalition Lib-Lab, tous les Conservateurs voteront contre une telle réforme.

Moralité, amha : seul un accord LibDem-Tories pourrait l'obtenir.

Écrit par : FrédéricLN | samedi, 08 mai 2010

La situation est légèrement plus complexe que tu le penses. La progression est en fait minime et constitue une réelle déception. Reste que, plus que jamais, Nick Clegg a endossé le rôle de faiseur de roi.

http://ffunivers.blogspot.com/

Écrit par : Orange pressé | samedi, 08 mai 2010

Un commentateur anglophone dans le même sens : http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2010/may/08/general-election-2010-liberaldemocrats?showallcomments=true#CommentKey:3203c942-0c37-4706-9ff0-e20dd85d1d48

Écrit par : FrédéricLN | samedi, 08 mai 2010

Et pendant que j'y suis, mon analyse à peu près finale ;-) du scrutin britannique, en français contrairement à ce que le titre suggère

"Tactical vote and immigration (two reasons why Clegg couldn't make it)"

http://demsf.free.fr/index.php?post/2010/05/08/Tactical-vote-immigration

Écrit par : FrédéricLN | dimanche, 09 mai 2010

Cette tendance qui se voit dans ce graphique est la même partout en Europe, peut-être sauf en France, avec une composante "écologique" qui n'est pas encore arrivée vraiement en GB.

La nouvelle direction politique que prend l'Europe, c'est l'alliance des conservateurs avec les écolos et les libéraux-démocrates.

La baisse du socialisme se trouve partout dans toute l'Europe et peut-être dans le monde, car il a montré ses limites et ne suscite plus aucun espoir.

Ils ont oublié que le monde avançait et que l'Histoire n'était jamais figée.

L'alliance d'une économie, raisonnée par l'écologie et la liberté des droits humains, c'est l'alliance qui marquera l'Europe des prochaines années... en attendant de trouver une nouvelle voie qui ne peut être ni le conservatisme pur, ni le socialisme tourné vers hier.

Écrit par : Danièle Douet | dimanche, 09 mai 2010

@Orange pressé : progression minime ? Les LibDems ont fait +14% de voix, les Conservateurs +21%, et le Labour -10%

Déception par rapport à quoi ? À l'espoir soulevé pendant la campagne par les sondages ?

C'est vrai qu'on aurait espéré que les LibDems fassent la meilleure progression, et que les 49% d'électeurs qui "auraient voté pour le LibDems s'ils avaient une chance de gagner"... le fassent. Mais on sait aussi comment fonctionnent les électeurs lorsqu'ils sont dans l'isoloir : la plupart votent (encore) "utile".

C'est vrai qu'on aurait espéré que Les LibDems finissent devant le Labour. En sont-ils si loin ? Ils sont plus proches du Labour que le Labour des Conservateurs.

C'est vrai qu'on aurait espéré qu'il y ait aussi une progression en sièges. Mais de combien ? 20 sièges, comme le prévoyaient les derniers sondages ? Est-ce que ça aurait changé quelque chose à la situation actuelle ?

À part (peut-être) permettre qu'une coalition Lab-Lib ait une majorité absolue, ce qui aurait pu permettre la réforme de la loi électorale. Car comme le montre @FredericLN, ça va être chaud ! Et de toute façon, Cameron a dit qu'il ne réformerait pas, ce qui exclut à mon avis une coalition Con-Lib telle quelle.

L'intérêt des LibDems, dans cette configuration, serait peut-être de refuser de soutenir qui que ce soit, afin de provoquer de nouvelles élections et de profiter de leur pente ascendante.

Écrit par : Yann Le Du | dimanche, 09 mai 2010

Le 3e chemin n'a pas l'air d convaincre, comme nulle part :"parce qu'il faut savoir choisir dans la vie!"

Écrit par : Capitaine Haddock | dimanche, 09 mai 2010

@Capitaine Haddock : ça c'est une belle maxime. Et selon vous, il ne faut choisir qu'entre les deux options "majoritaires" qu'on nous présente ?

Ça n'est même pas une question de 3e ou de 4e voie, mais de pluralisme : choisir les personnes qui représentent au mieux notre opinion. Que diriez-vous d'un système où chacun pourrait simplement voter pour son candidat, sans avoir à la jouer "tactique" avec des notions de "majorité" et d'"opposition" ?

Écrit par : Yann Le Du | dimanche, 09 mai 2010

Dans la vie, on est toujours pour ou contre, le compromis ne trouve que des solutions médiocres qui ne font pas avancer personne.

Écrit par : Capitaine Haddock | dimanche, 09 mai 2010

"qui ne font pas avancer personne"
Trèèès joli :)
Bon vous laisse croiser le fer, d'autres chats à "fouetter". :))

Écrit par : Martine | dimanche, 09 mai 2010

(Dernière réponse, après je ne réponds plus.)

@Capitaine Haddock : "le compromis ne trouve que des solutions médiocres". Vous me semblez fin historien pour tenir de tels propos... Mais qui vous parle seulement de compromis ? Avoir une assemblée pluraliste n'empêche pas de prendre position "pour" ou "contre" tel ou tel texte de loi, au cas par cas... pour peu que les députés aient à cœur de défendre l'opinion de leurs électeurs, et non de se comporter en béni-oui-oui ou béni-non-non.

Au lieu de cela, on nous propose, dès les élections, le bloc "toujours pour" et le bloc "toujours contre", mentalité bien éloignée de l'opinion réelle des électeurs (il n'y a qu'à voir comment varient les sondages en quelques jours). Et lorsqu'un troisième bloc réunit un quart des suffrages, on lui refuse toute pertinence.

Mais que se serait-il passé si les LibDems étaient arrivés devant le Labour ? Seraient-ils devenus le nouveau bloc "toujours contre", le Labour étant désormais condamné à se taire ? Vous voyez bien que ce système a atteint ses limites...

Écrit par : Yann Le Du | lundi, 10 mai 2010

@Yann e Du:Non, je ne suis pas historien, je suis belge, venant du pays qui ne vit que des compromis (MEDIOCRES) pour se trouver dans une voie sans issue. Je suis bien donc bien instruit et sais de quoi je parle. Il n'y a jamais pour ou contre ou il y a toujours une majorité et une minorité parce que l'égalité n'amène à rien!

Écrit par : Capitaine Haddock | lundi, 10 mai 2010

@Yann Le Du:Non, je ne suis pas historien, je suis belge, venant du pays qui ne vit que des compromis (MEDIOCRES) pour se trouver dans une voie sans issue. Je suis bien donc bien instruit et sais de quoi je parle. Il n'y a jamais pour ou contre ou il y a toujours une majorité et une minorité parce que l'égalité n'amène à rien!

Écrit par : Capitaine Haddock | lundi, 10 mai 2010

@Capitaine Haddock
"Il n'y a jamais pour ou contre ou il y a toujours une majorité et une minorité parce que l'égalité n'amène à rien!"

Absolument !

Mais savent-ils ce que cela veut dire en France où ils pensent bloc contre bloc sans regarder les projets de société ni les programmes???

Écrit par : Danièle Douet | mardi, 11 mai 2010

Les commentaires sont fermés.