Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le MoDem défend le modèle agricole français (communiqué officiel) | Page d'accueil | Comment prêter à la Grèce ? »

mercredi, 28 avril 2010

Zahia D., un si jeune artifice

J'en sais un peu plus sur la jeune marocaine dont quelques joueurs de l'Équipe de France de Football ont eu les faveurs moyennant finance. Il y a au moins un aspect qui m'étonne : j'ai vu quelques photos Zahia D. (il m'a fait rigoler, Allain Jules, avec ses commentaires), et très clairement, la poitrine qu'elle arbore est le fruit de la chirurgie esthétique ; de même ses longs cheveux sont une création entièrement artificielle. Comment, mineure, sans l'aval de sa famille, elle a pu obtenir d'un chirurgien de procéder à une opération majeure de ce type ? Dans ce genre d'histoires, c'est toujours les questions que je tends à me poser en premier : comment vit-elle cette gamine, mineure quand elle a commencé à se prostituer ? Où est sa famille ? de quoi est-elle au courant ? L'a-t-elle encouragée ? J'imagine qu'à 20 000 euros par mois, quand on a à peine 18 ans, on s'étourdit aisément...Car elle a eu 18 ans au mois de mars dernier ; donc, tout ce que l'on entend sur son train de vie et ce que l'on voit d'elle provient d'une époque où elle était encore mineure. Par exemple, si elle a parcouru l'Europe comme elle l'affirme, comment a-t-elle procédé sans autorisation de sortie du territoire signée par ses parents ? J'ai cru comprendre qu'elle avait abandonné l'école en fin de troisième, tenté de percer vainement dans le monde de "l'art", comme on dit par euphémisme (le star-system, quoi...) puis s'était finalement livrée à la prostitution sous l'égide de proxénètes patentés.

Dans la manière dont le phénomène Zahia.D traverse la Toile, il y a à la source une indélicatesse, voire même une faute, regrettable du quotidien Le Monde. C'est ce journal qui a révélé l'existence de la jeune fille, et très précisément son prénom et l'initiale de son nom. Pas de nom modifié pour protéger la jeune personne. Pas fameux. Bien évidemment, avec facebook, il a été assez rapidement possible par la fonction recherche de trouver de qui il s'agissait et de s'emparer de plein de détails sur la vie privée et/ou professionnelle de la jeune fille.

D'une certaine manière, elle a désormais une notoriété assurée ; mineure il y a moins de deux mois, elle risque très peu (sa famille beaucoup plus, en revanche) et pourrait tirer un profit maximal de ses révélations en entrant de plein pied dans le star-system si elle sait négocier le virage de manière habile.

Il y a, en tout cas, un autre aspect de l'histoire qui ne me fait pas rire du tout : les joueurs de football qui évoluent dans des clubs français reçoivent des sommes mirifiques quand ils opèrent dans le top des clubs de ligue 1 ; or, les clubs français sont très fortement subventionnés par les municipalités. Que l'argent que nous payons en impôts locaux divers mais toujours en hausse serve entre autres à financer de genre "d'amusements", cela m'énerve pas mal, entre autres pitreries de nos municipalités, surtout quand on peine, parfois, à joindre les deux bouts. Pour le compte, il y a là quelque chose d'indécent à tout point de vue.

Commentaires

Je vous suggère de visionner un film déjà ancien (78 ou 79, je crois) : "Coup de tête", de J.J. Annaud, avec Patrick Dewaere, ou la façon dont un club de foot pèse sur les comportements d'une ville moyenne de province. Une des répliques-clés, prononcée par le gros industriel et maître (sinon maire) de la ville : "J'entretiens onze crétins pour que les douze mille autres me fichent la paix". Cela répond en partie à votre dernier paragraphe.

Écrit par : Ch. Romain (Nanterre) | mercredi, 28 avril 2010

@Ch.Romain
panem et circenses, hélas...

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 28 avril 2010

@ Ch. Romain
Coup de tête est un bon film. La réplique du nanti est celle d'un cynique roi : on croirait à s'y méprendre du Georges Frèche.

Écrit par : Jourdan | mercredi, 28 avril 2010

Derrière le côté "paillettes" de cette affaire (la prostituée -appelons un chat un chat- a été utilisée dans une émission de télé-réalité sur NRJ 12, sorte de quintessence de la nullité médiatique), il y a en effet une face sombre, faite de prostitution, de détournement de mineurs, de trafics en tous genres.
Espérons qu'une véritable enquête sera menée, qui fera le ménage dans cette faune de parasites et d'inutiles.

Écrit par : HenriGolant | lundi, 03 mai 2010

Les commentaires sont fermés.