Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Grammaire pour sondeurs du dimanche | Page d'accueil | ça dégénère à l'ambassade d'Iran ! »

mercredi, 23 décembre 2009

Arbeiter plus, faut peut-être pas pousser...

Tiens, je crois qu'aujourd'hui, ce n'est pas le number One de la République qui va se faire taper sur les doigts, mais celui des blogs politiques. On se souvient du slogan de campagne (qui prête d'ailleurs à rire aujourd'hui quand on considère la situation terriblement dégradée de l'emploi) de Nicolas Sarkozy : travailler plus pour gagner plus.

Tout récemment, un incident grave a défrayé l'actualité : le panneau du camp d'Auschwitz a été volé. Il a heureusement été retrouvé. Or, Nicolas, le number one des blogs, s'est autorisé un parallèle que je trouve au minimum hasardeux, au pire très mal venu. La devise du camp d'Auschwitz était Arbeit macht frei, ce qui signifie "le travail rend libre". Nicolas regrette que le "panneau" travailler plus pour gagner plus dorme au fond de l'Élysée. Cela a fait réagir à très juste titre Rubin qui y voit un dérapage en bonne et due forme.

Soyons clair, je n'ai aucun doute sur les convictions profondes de Nicolas, et il ne saurait être soupçonnable de la moindre forme de xénophobie, racisme ou antisémitisme. En revanche, je trouve sa réponse en commentaires à Rubin gonflée : juger que l'indignation de Rubin est un fait communautaire, je n'aime pas trop ça.

Un homme politique peut faire des promesses qu'il ne tient pas. Il peut même mentir. Mais ses promesses non tenues (quelles qu'en soit la cause) ne sont en aucun cas comparables au mensonge cynique et monstrueux des Nazis saluant ainsi ceux qui allaient mourir sous le coup de leur barbarie sans limites. Ce sont deux dimensions qui ne se jouxtent d'aucun point de vue.

Bon, Nicolas a bien compris qu'il s'était embourbé, mais comme il est de mauvaise foi (du moins pour l'instant) il ne le reconnaît pas encore. Patience, cela viendra.

La gauche dans son ensemble, je l'ai noté, aime bien tenter de renvoyer la droite sarkozyste à une époque nauséabonde : Huchon a plus que largement dérapé en laissant entendre qu'Éric Besson dérivait vers l'extrême-droite comme l'avaient fait bien avant lui Déat et Marquet, deux collaborateurs aussi zélés que notoires des nazis sous le régime vichyste.

Ça suffit avec ces conneries ! Dès que l'on parle d'identité nationale, la réaction de la gauche dans son ensemble est pavlovienne. Elle y hume aussitôt le délicat fumet du fascisme rampant et tente de refaire à la droite le coup de Mitterand avec le FN.

La droite sarkozyste a bien des travers, mais elle est insoupçonnable de ce côté-là. Quant aux renvois d'étrangers dans leur pays, quelque brutaux qu'ils puissent être, ils n'ont rien à voir de près ni de loin avec les déportations criminelles et monstrueuses du régime nazi.

La seule chose que je puis concéder, en revanche, c'est que notre administration nationale n'a guère changé depuis cette époque, c'est à dire qu'elle est toujours prête à exécuter toutes les consignes que le pouvoir lui donnera, par simple routine administrative.

A mon avis, les oreilles de Nicolas n'ont pas fini de siffler...

23:32 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (42) | Tags : vichy, arbeiter, auschwitz |  Facebook | | |

Commentaires

Une remarque historique :

Quand vous écrivez "mensonge cynique et monstrueux des Nazis saluant ainsi ceux qui allaient mourir sous le coup de leur barbarie sans limites. " , je tenais à vous signaler qu'il exista pendant toute la guerre un camp de travail à Auschwitz (destiné à construire une usine chimique qui ne fut jamais terminée, et dont la plupart des prisonniers moururent lors de la terrible marche "d'évacuation" devant l'avancée soviétique) , qui n'était donc pas uniquement un camp d'extermination. Le panneau n'était donc pas totalement faux, vu que certains étaient effectivement là pour travailler, dont par exemple Primo Levi auquel je vous renvoie pour les détails.

Par ailleurs, quand vous dénoncez le "pavlovisme" de la gauche... il faut bien avouer que les mécanismes administratifs sont toujours aussi implacables, et que leur application stricte par certains fonctionnaires fait effectivement penser, même involontairement, même si la finalité n'est pas la même, à des heures sombres de notre pays. Quand un postier ou un employé de préfecture appelle la police et retient expressément un clandestin, au mépris de la loi française mais conformément aux instructions préfectorales, on peut difficilement ne pas établir un parallèle historique. Quelques cours d'instruction civique pourraient être utiles dans certaines préfectures et mairies. Et ce, sans faire de parallèle politique avec le fascisme. Juste comme rappel à la loi.

Écrit par : Moktarama | mercredi, 23 décembre 2009

et moi je tiens à considérer malgré les discours politiquement corrects des uns et des autres que le parallèle n'est pas osé... et qu'il y a bien une filiation spirituelle entre le gouvernement de Sarko et celui de Pétain, n'en déplaise aux gens de droite... et même d'une certaine gauche ! (cf. http://gauchedecombat.wordpress.com/2009/12/23/besson-sest-il-rendu-a-laval-sans-petain/).

é pi C tou !

Écrit par : gauchedecombat | jeudi, 24 décembre 2009

@ Moktarama
D'accord pour les mécanismes administratifs : c'est exactement ce que je conclus à la fin de mon billet.
J'ai lu "si c'est un homme" de Primo Levi. On ne peut tout de même pas dire qu'Auschwitz était un camp de travail, même partiellement.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 24 décembre 2009

@l'hérétique :

Je ressentais le besoin de le dire de manière un peu plus forte, histoire de ne pas rejeter automatiquement l'accusation de dérives douteuses dans le cadre par ex du ministère de l'immigration. Très douteuses dans certains cas même, cf. certains papiers d'Eolas sur les changements de statuts, ou comment un Français depuis 30 piges se trouve subitement non-Français. Mais on pourrait aussi parler des contrôles au faciès systématiques et ciblés (et des instructions des préfectures en ce sens dans les commissariats) alors que ceux-ci sont explicitement interdits par la loi.

Par ailleurs, je suis assez intéressé par le procès Cambadélis/Besson, sur les plans individuel et historique, je pense que camba aura des points à faire valoir. Besson va encore en prendre plein la gueule (et très franchement, il l'aura bien cherché à vouloir être plus royaliste que le roi) .

Pour Auschwitz, on est d'accord, je pinaille. C'est de l'ordre du 1/1000 ou moins, ceux qui étaient là en tant que travailleurs.


@gauchedecombat :

Ce que vous avez du mal à comprendre visiblement, c'est que cette rhétorique ne convainc que ceux qui sont déjà d'accord. Si vous voulez passer par les urnes ET avoir une chance de gagner (pour ma part, j'aimerais, hein, infiniment plus que l'UMP en tout cas) , va falloir ranger ce style d'accusations permanentes. C'est peut-être utile en interne pour renforcer l'ardeur des militants, mais en externe ça ne fera que provoquer le rejet tout aussi pavlovien de celui ou celle qui a voté Sarkozy en 2007. Je sais, j'en connais plein, et c'est quasiment le commentaire le plus récurrent à l'égard de la gauche politique.

Écrit par : Moktarama | jeudi, 24 décembre 2009

@ Moktarame
pour les préfectures et leurs services, on est tout à fait d'accord. J'ai été témoin de comportements inacceptables.
La politique du chiffre pousse de petits fonctionnaires zélés et haineux à en faire plus qu'on ne leur en demande...

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 24 décembre 2009

tu te mets le doigt dans l'œil jusqu'au coude, l'hérétique, je ne te parle pas là d'attaque genre TSS, mais bien d'une filiation intellectuelle que je peux démontrer : politiquement, intellectuellement, juridiquement. Il ya jurisprudence en la matière et je en demande qu'à te donner les éléments. Si tu le veux vraiment.. .

Écrit par : gauchedecombat | jeudi, 24 décembre 2009

Faut peut-être pas pousser... En effet !
Ça suffit avec ces conneries ! En effet !
Nicolas n'a jamais établi de parallèle entre Sarkozy et les Nazis ! Il a fait un JEU DE MOTS ! Et moi j'ai trouvé ça plutôt marrant d'imaginer le glorieux panneau de campagne de notre président caché sous la poussière et les araignées d'un placard élyséen.
Franchement ça commence à bien faire les relents nauséabonds, jugement moral par excellence. C'est laquelle, l'époque qui sentait le plus mauvais ? N'importe quoi.
C'est vous qui faites l'amalgame. Nicolas n'a jamais parlé des immigrés ni de l'identité nationale dans ce billet ! D'ailleurs il boycotte ce débat, et malgré ça on va lui chercher des poux (heu, n'y voyez aucune allusion lourde de sous-entendus à une époque nauséabonde, c'est une expression toute faite, dont le politiquement correct n'a pas encore débarrassé notre langue nationale mais néanmoins multiculturelle et diversifiée, ouf, ça va là ?)
Et ce n'est pas du tout "à très juste titre" que Rubin réagit, son pote Scheiro encore moins. Ils mélangent tout.
D'ailleurs, ce que Nicolas lui a répondu, c'est "Tu crois pas que c'est toi qui manques de recul ?"
Un peu de RECUL, de DISTANCE, d'HUMOUR.
C'était peut-être pas une blague excellente, mais pour prétendre se sentir visé, faut quand même beaucoup de mauvaise foi.
Votre propre billet me paraît déplacé et ses envolées lyriques bien excessives.

Écrit par : ChristineB | jeudi, 24 décembre 2009

Bonsoir,
il y avait au moins une énorme maladresse et un terrible manque de culture et de réflexion lorsque dans les clips de campagne apparaissait la formule "le travail c'est la liberté". Cela m'a profondément choqué à l'époque.

Écrit par : jh44 | jeudi, 24 décembre 2009

"on va lui chercher des poux (heu, n'y voyez aucune allusion lourde de sous-entendus à une époque nauséabonde, c'est une expression toute faite, dont le politiquement correct n'a pas encore débarrassé notre langue nationale mais néanmoins multiculturelle et diversifiée, ouf, ça va là ?)"

c'est vrai qu'on en arrive un peu là, des fois! C'est fréquent qu'en postant un commentaire, on reçoive une volée de bois vert sur un thème dont on n'avait pas du tout pensé qu'il pouvait être mal pris.
En même temps, le premier qui apaise ou qui s'excuse, dans le doute, d'avoir peut-être blessé l'autre sans le vouloir, est probablement celui qui évite le mieux que ça se cristallise. sinon, on finit par ne plus oser rien dire, sauf des blagues superficielles, et ça c'est un peu dommage.

Peut-être que, tout simplement, on écrit trop par rapport à ce qu'on réfléchit! Et puis surtout, certains blogs relèveraient plus de l'oral que de l'écrit, et on n'est pas encore habitué à gérer tout ces écrits.

Écrit par : do | jeudi, 24 décembre 2009

"Bon, Nicolas a bien compris qu'il s'était embourbé, mais comme il est de mauvaise foi (du moins pour l'instant) il ne le reconnaît pas encore. Patience, cela viendra." Ce qui démontre en une seule phrase le niveau d'intelligence du type en question. Il faut que toute sa communauté bloggosphérique lui mouline ce qui lui tient de cervelle pour l'amener à revenir sur l'énormité de ses propos. Je me demande pourquoi vous tenez tant à défendre ce type, vous les anti-communautaristes ? Par sectarisme peut-être ? Ou, plus prosaïquement, pour conserver, par effet d'entraînement, le haut du classement Wikio ?

Écrit par : Scheiro | jeudi, 24 décembre 2009

Bon... Ca arrive à tout le monde de faire des bétises, ou des jeux de mots pas drole. Est ce la peine de se lancer dans un truc qui s'apparente un peu à du lynchage ?

Non, décidément j'aime pas ces billets axés sur un blogueur. Il a fait une erreur peut être, ça arrive à tout le monde de faire des erreurs, et de commettre des billets pas bons, ou pas droles.
Mais bon, non, j'aime pas...

Cela dit Hérétique, tu as raison de montrer du doigt des dérives pouvant avoir lieu, à droite comme à gauche. Voir Besson, que je n'apprécie pas, se faire traiter de Laval, cela m'afflige et m'effraie un peu.

Mais non, je trouve que Nicolas est une cible un peu trop facile, et qui tombe bien pour certains qui veulent "se le payer", parce que c'est à la mode.
Comme en plus je pense que c'est un mec bien, cela me fait un peu de peine.

Commentaire de ma part totalement subjectif. Mais non, j'aime pas...

Bonne fin d'année Hérétique

Écrit par : falconhill | jeudi, 24 décembre 2009

Non, je ne reconnais rien ! Je ne suis pas embourbé.

Rubin ne s'émeut jamais quand je fais une attaque contre les musulmans, les arabes, les noirs, ... Il ne commente quasiment jamais chez moi et là me tombe dessus pour une broutille comme si je manquais de respect à qui que ce soit. C'est donc bien un réflexe communautariste de la pire espèce.

Un vent souffle sur la blogosphère pour taper sur le number one. Faites tous des billets. Un jour toute plaisanterie sera interdite, vous aurez gagné.

Vous êtes lamentables.

Écrit par : Nicolas | jeudi, 24 décembre 2009

Je ne jugerais pas la première partie du post de l'Hérétique.

Pour la seconde je vais être critique. Sarko nationalise les régionales car il n'a pas de réserve de voix. Il ne veut surtout pas que dans nombreuses régions le FN puisse se maintenir car l'UMPump dans ce cas court a la "cata".

En conséquence, de nombreuses personnalités de son camp sont chargées de stigmatiser certains franges de la population pour garder les électeurs du FN au sein de l'UMP. C'est une évidence....Le nier pose problème!

C'est pour cette raison qu'il y a de nombreux dérapages contrôlés comme nous en avons déjà discuté et que cela contribue a maintenir le débat gauche/droite sur des sujets plus que douteux et d'éviter d'aborder les vrais sujets!

heureusement que de nombreuses personnalité de droite ont conscience de cette dérive malsaine et qu'ils montent aux créneau. La situation économique est catastrophique, les déficits seront plus importants que prévus, lea reprise n'est pas la.

Il ne reste plus qu'à Sarko pour sauver les meubles que de mettre en avant ses fondamentaux pour rassurer ses troupes : parler de sécurité, de nationalisme, de racine chrétienne fondatrice de la France, d'immigration, de stigmatiser les jeunes de banlieues et les français d'origine Magrébine...

Écrit par : europium | jeudi, 24 décembre 2009

Je suppose que tous ceux qui ont participé aux commentaires sous ce post ont pu prendre connaissance de ce que Jegoun à choisi d'écrire pour sa défense: c'est encore pire que ce qu'il a répondu sur son propre blog à Rubin. Et c'est bien ce qu'on lui reproche parce que sa réponse va bien au-delà de sa plaisanterie douteuse sur Auschwitz-Birkenau: elle confirma ses préjugés. On ne peut même plus lui accorder l'excuse d'être complètement bourré - ce qui est tout de même possible - ni celle de réagir à chaud. Il me semble donc que ceux qui tente de le couvrir feraient bien d'y réfléchir. Quant @falconhill, il devrait savoir que justement être au top d'un classement - aussi bidon soit-il - oblige d'autant plus à mesurer ses propos, c'est à dire que cela confère de plus grandes responsabilités ne serait-ce que sur le plan de l'éthique. Mais visiblement Jegoun n'a aucune éthique ; il ne peut même pas prétendre s'être hissé loyalement dans le classement Wikio dont il est pourtant si fier. Aussi, il faudra m'expliquer pourquoi vous tenez tant à soutenir ce type? Ceci, particulièrement, quand le fond glauque de sa "pensée" remonte à la surface, sachant que vous êtes tous prêts à sauter à la gorge de Frêche, Hortefeux ou Morano et bien d'autres, lorsqu'ils tiennent des propos inacceptables.

Écrit par : Scheiro | jeudi, 24 décembre 2009

@ Nicolas
Non, le but n'est pas de taper sur le n°1
Tu sais bien, en outre, que j'ai de l'estime pour toi. Mais sur cette histoire, tu t'es planté, et tu ne veux pas le reconnaître.
J'aime bien l'humour, mais celui-là ne m'a pas trop fait rigoler, mais c'est surtout la réponse que tu as faite à Rubin qui m'a fait bondir.
Renvoyer au communautarisme une réaction indignée par rapport au symbole que représente Auschwitz, ce n'est pas acceptable comme réponse.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 24 décembre 2009

@ l'hérétique
"sur cette histoire, tu t'es planté, et tu ne veux pas le reconnaître"

Écrit par : ChristineB | jeudi, 24 décembre 2009

"Les maux publics retombent sur le peuple" Phèdre

Écrit par : Martine | jeudi, 24 décembre 2009

Je trouves cet article de "jegpol" a gerber. Des gens sont morts dans les camps de concentrations et la comparaison avec le slogan ultralibéral de Nicolas Sarkozy est d'un très mauvais gout. C'est clairement manquer de respect à ces juifs, résistants, homosexuels, ... morts pour rien ! On peut taper sur Sarkozy, d'ailleurs moi même je n'hésite pas à dénoncer son ultra-néolibéralisme, mais en arriver là c'est déplorable.

Écrit par : Jeremy | jeudi, 24 décembre 2009

Jeremy,

Où as tu lutté contre Dieudonné quand il a présenté des listes antisionnistes ?

L'Hérétique,

Je ne me suis pas planté. C'est une blaque qui a déjà été faite plusieurs fois et il est probable que si Rubin n'avait pas réagi, tu n'aurais même pas fait gaffe.

Ma réponse à Rubin est acceptable, d'autant que je lui dis que je ne veux pas débattre sur le coup, n'ayant qu'un iPhone. Il y a bien un problème de communautarisme dans cette histoire, Rubin n'est pas intervenu en commentaire lors de mon billet sur la Burqa. "On ne peut pas toucher" "on n'a pas le droit de rigoler" "tous les autres sujets sont bons"...

En outre, et comme toi, il fait un billet où la conclusion des lecteurs et des commentateurs est nécessairement que je suis un odieux antisémite.

Et dans cette histoire, ça serait à moi de me justifier !

Bravo. Je suis désolé mais c'est toi qui t'es planté...

Écrit par : Nicolas | jeudi, 24 décembre 2009

@Nicolas
Ah non : jamais je n'ai écrit ni laissé supposer que tu étais anti-sémite.
J'ai dit simplement qu'avec Sarko, il y avait un réflexe pavlovien à gauche qui consistait à le renvoyer à l'extrême-droite en général, et pas seulement chez toi mais dans les 4/5 de la gauche.
Et j'ai dit ensuite que l'accusation de communautarisme était mal venu pour un parallèle douteux. C'est tout.
On est très loin de l'accusation d'antisémitisme. Faut pas non plus verser dans la paranoïa.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 24 décembre 2009

@l'hérétique : de toute façon, pour moi c'est réglé : tu ne l'es pas. Mais au contraire on ne peut plus adapté au sarkozysme....

Écrit par : gauchedecombat | jeudi, 24 décembre 2009

L'Heretique, j'apprécie beaucoup ton blog comme je te l'avais dit lors de notre rencontre et je le lis très régulièrement (même si mes commentaires sont rares). Mais là j'avoue ne pas comprendre l'utilité de la première partie de ton billet (la seconde oui et je suis en gros d'accord avec toi) si ce n'est de jetter de l'huile sur le feu et de faire du "people blogospherique".
Refais nous tes billets plus fouillées ... ;-)

Écrit par : Julien | vendredi, 25 décembre 2009

bon j'ai commenté chez Rubin Sfadj mais j'y parle de toi donc je le signale

Écrit par : Martin P. | vendredi, 25 décembre 2009

Pas lu les commentaires.

En fait, l'inscription à l'entrée d'Auschwitz n'est pas un cynisme nazi par rapport aux internés !
Elle date de l'ouverture du camp qui servait au départ de "camp de rééducation" pour ceux des polonais qui n'entendaient pas se laisser perdre leur pays. C'était une exhortation au travail.
Par la suite, le camp a été transformé en camp d'extermination mais l'inscription est restée.
:-))

Écrit par : Monsieur Poireau | vendredi, 25 décembre 2009

Voui, l' hérétique sait conduire sur terrain enneigé et verglacé :))

Écrit par : Martine | vendredi, 25 décembre 2009

La première partie est intéressante comme procédé d'accusation (que pour ma part je trouve artificiel), l"accusé" ici ayant il est vrai toute possiblité de défense.

Pour la 2 ème partie,le Sarkosysme me semble trés typé et, dans les faits, devoir être considéré comme un tout avec ses dérives précises, qui ont toujours été et sont visibles mais très souvent "détournées".

Je trouve qu'en principe il faut s'y soumettre ou s'en démettre dans les faits et pas seulement par la parole.

En effet des attaches (même indirectes avec le pouvoir) fait forcément mettre en jeu des intérêts de clan ou individuels qui prennent le pas dans une large mesure.

Ne pas y être sensible en s'opposant n'est possible que pour un "Saint Politique".

Ces considérations et élévations ne peuvent, bien sûr, nullement concerner la Gauche, qui est au 4/5 ème pavlovienne.

Écrit par : Lucn | samedi, 26 décembre 2009

Ah tiens, je viens de voir qu'ici on m'accuse d'avoir rien dit sur la burqa. Outre que ça n'a aucun rapport, ça relève de la contre-vérité la plus absolue.

Quand tous ces messieurs-dames se fendaient de billets reprenant à l'avance les arguments de Besson sur la dignité et patati-patata, il me semble que j'étais l'un des rares, chez moi et sur Twitter, à rappeler que les gens s'habillent comme ils veulent.

La lutte contre le communautarisme est décidément un prétexte bien commode du racisme ordinaire.

Nous sommes devant un cas de grosse-tête pathologie : je suis n. 1 du classement, donc si t'as pas donné ton point de vue tant que t'as pas commenté chez moi.

Écrit par : Rubin | dimanche, 27 décembre 2009

Nous y voilà ! Le coup du numéro un. Tout est dit.

Écrit par : Nicolas | dimanche, 27 décembre 2009

Ça y est, la communauté juive s'attaque au numéro un des blogs ! Mais c'est du délire de persécution, ma parole !

Écrit par : Rubin | dimanche, 27 décembre 2009

C'est bientot fini, les chamailleries?

Écrit par : Martine | dimanche, 27 décembre 2009

Martine,

Non.

Écrit par : Nicolas | dimanche, 27 décembre 2009

C'est qui ce Rubin qui prétend représenter une communauté à lui tout seul ? Mazette !
Moi on m'a appris que tout être humain représente l'humanité toute entière.

Écrit par : ChristineB | dimanche, 27 décembre 2009

Si tu es d'accord avec ce que l'on t'a appris ChristineB, cad que si un humain peut représenter toute l'humanité alors pourquoi un juif ne pourrait-il pas, selon la même logique, représenter toute sa communauté?

Écrit par : Scheiro | lundi, 28 décembre 2009

Une seule solution pour mettre tout le monde d'accord (et qui me semble radicale) : plus de classement ! ;-)

Personnellement ce n'est pas la quantité de tes lecteurs, L'hérétique, qu'il m'intéresse de connaître (encore que tu mérites bien l'affluence vu la quantité de billets et de sujets produits) mais ce qui est écrit, aussi bien l'article que les commentaires. Le reste n'a aucune importance...

J'ai toutefois remarqué que la plupart des commentateurs et des débatteurs de ce billet-là (et des deux autres en lien) étaient des hommes. Et que je suis comme par hasard d'accord avec les trop rares commentaires des femmes. ;-)
Question de fierté placée ailleurs ou de simple jugeote ?!

En tout cas j'ai bien envie de remiser ledit panneau dans ma propre cave ! Qu'on n'en parle plus... ;-)
Pour le cas où : je ne suis ni raciste, ni sexiste, ni intolérante, ni trop diminuée encore.

Écrit par : Françoise Boulanger | lundi, 28 décembre 2009

@ Scheiro
Eh bien non ! Et c'est justement là qu'est toute la différence entre toi et moi (et à mon avis entre Nicolas et toi, il rectifiera s'il passe par là et qu'il n'est pas d'accord). Je ne catégorise pas les êtres humains en gros et petits, beaux et moches, riches et pauvres, noirs ou blancs, hommes ou femmes, instruits ou incultes, juifs ou grecs. Pour moi tout être humain a droit à un respect infini, du fait même de son humanité, fût-il économiquement non rentable, fût-il tétraplégique et "à la charge" de la société : pour moi il n'y a pas de "légumes" chez les humains, pour moi aucune "euthanasie" (forme évoluée et politiquement correcte d'autres barbaries) n'est justifiable. Tout être humain est sacré. Tout le monde n'accepte pas ce terme "sacré", et pourtant c'est pour moi l'héritage le plus précieux qu'ait transmis le peuple juif à l'humanité, et c'est même cela, à mon avis, cette conscience du caractère sacré de l'homme, que le nazisme a voulu nier en s'en prenant d'abord aux Juifs, et ensuite, forcément, la barrière étant franchie, à tous les autres. Caractère sacré qui continue à être méprisé mais aussi systématiquement (c'est-à-dire dans des systèmes de pensées élaborés et organisés, intellectuellement et institutionellement) nié, aujourd'hui encore dans nos sociétés.
Eh bien Scheiro, j'affirme que Nicolas, avec son reste d'éducation chrétienne qu'il rejette au nom de la liberté de conscience, est pourtant intimement pénétré de l'évidence que TOUT être humain est sacré. Et c'est pour cela qu'il est étranger à toute conception communautariste. Et que toute posture communautariste le choque intuitivement. Et il a raison de dire que ce n'est pas lui qui établit des différences, mais ceux qui poussent des cris d'orfraies et l'accusent de ce qu'il n'a jamais dit ni pensé.
Nicolas est beaucoup plus libre que toi, parce qu'il croit en l'universalité de l'homme, et c'est pour cela aussi qu'il est libre de plaisanter de tout puisqu'il fait partie de cette humanité dont il se moque. Il ne l'aurait pas sans doute fait à une époque où des personnes pouvaient être personnellement blessées par de telles évocations, mais de là à anticiper les mines faussement effarouchées et les protestations étudiées de ceux qui se posent (quelle prétention !) comme les cautions morales de notre siècle, non, il n'est pas assez retors pour ça, c'est tout à son honneur !

Écrit par : ChristineB | lundi, 28 décembre 2009

Tiens, ça me rappelle un billet sur mon ancien blog, ça...

Difficile de résister : http://blog.sfadj.com/2009/02/cohabitation-difficile-ou-xenophobie.html

Écrit par : Rubin | lundi, 28 décembre 2009

http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/jean_de_la_fontaine/les_deux_taureaux_et_une_grenouille.html

Écrit par : Martine | lundi, 28 décembre 2009

Tu ne serais pas amoureuse du beau Nico, ChristineB ? Grosso modo, tu dis que le beau Nico serait plus humain que moi parce qu'il serait plus naïf, plus innocent, plus pur, moins retors que moi. Tu établies donc bien une hiérarchie entre un pleinement humain et un humain pas tout à fait fini, n'est-ce pas? Je ne sais pas sur quoi tu te bases pour affirmer ça, mais ce qui est certain c'est que tu ruines ainsi ton magnifique discours puisque tu prétends, par ailleurs que tous les humains se valent. Hitler, Mao, Staline, Pol Pot, Hussein et bien d'autres encore sont pour moi des humains, et non pas des monstres inhumains comme certains voudraient le faire croire, mais des humains atteints d'un degré de perversité extraordinaire. Ta vision stéréotypée de l'humanité n'appartient qu'au point de vue boboisant du monde qui nie la face sombre de l'homme et fantasme sur une humanité purifiée du mal. Tu devrais sortir de temps à autres de ta paroisse new-age ChristineB, tu te rendrais compte alors que la réalité ne correspond pas du tout à ton merveilleux credo.

Écrit par : Scheiro | lundi, 28 décembre 2009

Vive l'amour ! Ça vaut mieux que la haine.

Le "beau Nico" ? Ça me va bien !

Écrit par : Nicolas | lundi, 28 décembre 2009

Mal compris Scheiro :
Au contraire, tous les hommes sont différents. Mais selon moi ils ne sont pas déterminés par une appartenance communautaire, quelle qu'elle soit. Et donc on ne doit pas juger une personne sur la communauté à laquelle elle appartient ni la réduire à son appartenance communautaire
Si du moins cette personne désire en être libre.
Il y a deux façons de voir une société :
La vôtre est communautariste et vous êtes tout à fait en droit de l'assumer (mais non de l'attribuer aux autres malgré eux). C'est la conception politique selon laquelle une société se compose de communautés (groupes d'individus ayant une même appartenance religieuse, culturelle ou ethnique) différentes ayant des valeurs spécifiques.
La mienne est universaliste : c'est une conception politique selon laquelle une société est fondée sur des valeurs communes plus importantes que les valeurs particulières des communautés de cette société.
Evidemment, ces valeurs ne sont pas immuablement définies...
Pour moi la valeur essentielle est celle du caractère sacré de l'être humain. C'est tout et c'est non négociable pour moi.
Mais j'ai évidemment conscience qu'elle n'est pas universellement partagée. Je pense même que, après avoir été répandue sur la majeure partie de la planète, elle est désormais contestée jusque dans nos sociétés occidentales, dans le droit fil de l'idéal des Lumières : liberté individuelle absolue et donc relativisme épistémologique, moral et politique. N'est plus vrai ou juste que ce qui est promulgué par la loi, et jurisprudence fait loi. N'est (ou ne sera bientôt) plus digne de vivre que celui que "la science" (?), le "haut conseil d'état" (?) , le grand révérend commissaire du peuple (?) ou l'académie économique machin chose auront autorisé à vivre.
Ma vision de la réalité sociale et politique actuelle n'est pas du tout rose, et la réalité médiatique et bloguique (geek ?) n'est pas pour améliorer les choses.
Cependant je continuerai à affirmer ce à quoi je crois, justement au nom de l'universalisme : car on peut dire que
l'universalisme est fondé par la proclamation d'une vérité.
De même par exemple que dans le militantisme : celui dont la vie n'est marquée par aucune vérité transcendante comme une passion artistique, un désir de lutte contre l'injustice, une passion de la découverte scientifique, le non-militant donc, est une personne marquée par les déterminismes de sa situation sociale, de son métier, de ses relations. Par contre quand l'individu découvre une cause politique, scientifique, il se passe une libération qui abolit les anciennes structures. Découvrir une vérité vous fait regarder les normes de votre milieu avec scepticisme car elles sont d'un particularisme sectaire, elles sont fermées. L'individu qui a cassé les normes qui le bloquaient accède à "l'universel", en position d'ouverture à des nouveautés.
Compris Scheiro ?
PS : Et en effet, la vérité à laquelle je crois est celle de l'Amour, mais elle ne se réduit pas à celui du beau Nico (soit dit sans l'offenser) et n'a rien à voir avec le New-Age. Il s'agit d'un amour très incarné, qu'on a "fêté" les jours derniers mais dont l'accomplissement passera par la torture et la mise à mort, parce qu'effectivement l'homme a une face sombre comme tu dis, et il ne peut pas s'en sauver tout seul (car il s'agit bien d'être sauvé, et non pas "purifié" comme tu dis) Mais cela est un autre sujet...

Écrit par : ChristineB | lundi, 28 décembre 2009

@Christine,
Euh...Dslée, les jours derniers pour les Chrétiens, ne comptent pas vraiment.
Paques est plus porteur, enfin c'que j'en dis...
Très jolie envolée mystique, mais aucunement politique. :)

Écrit par : Martine | lundi, 28 décembre 2009

Une diatribe (que pour ma part j'ai trouvé de trop) pour un panneau, a fait réagir plus et beaucoup plus profondément qu'une déclaration d'humanisme.

Écrit par : Lucn | mardi, 29 décembre 2009

Les commentaires sont fermés.