Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Quid de la parité aux Régionales ? | Page d'accueil | Unesco, je vote Irina Gueorguieva Bokova »

mardi, 22 septembre 2009

Ah non ! pas Meirieu !

Il est question, chez les Verts, de faire de Philippe Meirieu leur tête de liste en Rhône-Alpes. Sur insistance de Dany Cohn-Bendit. J'espère bien, dans ces conditions, que nous allons refuser catégoriquement toute forme d'alliance avec les Verts là-bas. Philippe Meirieu, c'est l'incarnation de la novlangue de l'Éducation Nationale à laquelle les parents ne comprennent rien. Les compétences, la méthode globale, toutes les âneries pédagogiques qui ont vu le jour pendant les années 90 et se perpétuent encore de nos jours trouvent largement leur source dans les thèses de Meirieu et ses comparses. Je serais enchanté de voir Brighelli porter nos couleurs face à Meirieu.

J'ai été attiré par François Bayrou d'abord pour la place qu'il accordait à la culture et à l'éducation et surtout, par ce qu'il en disait. Tout son projet me semble aller à rebours des préconisations du lénifiant Meirieu, sorte de Pangloss moderne de l'école pour lequel tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes de nos enfants.

Je dois dire que la seule chose qui pourrait me faire quitter le MoDem, c'est de le voir s'aligner sur les thèses pédagogistes exprimées, à gauche, par conviction, et à droite, par calcul. Souvent, quand je lis les commentaires de certains militants, je me dis qu'il n'en faut pas beaucoup pour que nous ne soyions plus dans le même parti un jour. Heureusement, j'en rencontre d'autres avec lesquels je partage le goût de la culture et de l'excellence.

Une alliance avec Meirieu serait un casus belli, à titre individuel. J'espère vraiment que nous en sommes très loin. Il va de soi, s'il se précise que Jean-Paul Brighelli porte nos couleurs (lisez d'ailleurs son excellent dernier billet) en Rhône-Alpes, qu'aucune alliance d'aucune sorte n'y sera possible avec les verts, premier et second tours inclus. Ce qui signifie, par ricochet, qu'il n'y aura pas non plus d'alliance possible avec le PS sauf à ce que ce dernier renonce à inclure les Verts locaux et leur future tête de liste sur la liste finale.

Marielle de Sarnez souhaite que le premier parlement de l'alternance fasse de l'éducation son premier thème de débat. Nul doute (enfin, je l'espère bien) que ça va chauffer. En Rhône-Alpes, je souhaite une lutte sans merci là où se présentera Meirieu. Pas de quartier.

Commentaires

Bah l'Hérétique, tu ne votes pas ici en Rhône-Alpes, tu ne serais donc qu'affecté de manière aussi collatérale que décentralisée par une telle alliance !
Je ne soutiens pas les thèses de Meirieu, loin s'en faut.
Allez l'Hérétique, sache faire preuve d'humanisme, accorde-lui une seconde chance, il serait peut-être un excellent élu !

Écrit par : Thierry P. | mardi, 22 septembre 2009

"Parlement de l'alternance"? Quelle prétention! Avec qui? Robert Hue? Melenchon? Le psycho-PS???

Écrit par : pastel | mardi, 22 septembre 2009

« Tout son projet me semble aller à rebours des préconisations du lénifiant Meirieu »

Certes. Cela dit, il n'est pas vraiment allé à rebours des pédagogistes lorsqu'il en avait l'occasion : de 1993 à 1997, rue de Grenelle.

Écrit par : SOS Éducation | mardi, 22 septembre 2009

Il aurait sans doute fallu écrire un "Meyrieux pour les nuls" pour aider les parents à comprendre. En tout cas on trouve actuellement que la Finlande est en tête des systèmes scolaires européens, ça devrait en faire réfléchir quelques uns !
===
La Finlande, première de la classe

La récente étude de l’OCDE menée au niveau international ne fait aucun doute : le système scolaire finlandais est bien le meilleur au monde, tant sur le plan des résultats scolaires que sur le plan de l’équité entre les élèves. La comparaison internationale organisée au sein de 41 pays développés a donné le prix d’excellence aux jeunes Finlandais. Premiers en lecture et en langues, ils sont aussi les plus doués en maths (1) (voir les points de repère p. 16).

Comment ces bons résultats s’expliquent-ils ? Un programme plus ambitieux que la moyenne ? Un encadrement resserré ? Une approche résolument différente de l’éducation semble bien être à la clé de ce succès. En Finlande, l’école, contrairement à d’autres pays, n’est pas considérée exclusivement comme un lieu de savoir. Bien plus, c’est un lieu de vie où les élèves doivent apprendre à s’intégrer, à interagir avec les autres, à prendre confiance. La compétition, les sélections et le redoublement ont peu cours, l’objectif étant que chacun puisse suivre, à sa façon, un programme défini sans se sentir stigmatisé. Pas de coupure élémentaire, primaire, collège. La scolarité est obligatoire de 7 à 16 ans. Point. Chacun assimile l’enseignement fondamental à son rythme et selon son appétit.

En Finlande, on a compris comme ailleurs que l’estime de soi était la pierre angulaire de tout bon apprentissage mais, là-bas, le concept n’est pas resté lettre morte. Les élèves ne sont pas évalués, les journées sont courtes et la musique, l’art et les sports sont valorisés comme
toute autre matière (2). Un psychologue est même présent dans chaque établissement. Pour finir, les petits Finlandais ont droit à dix bonnes semaines de vacances en été. Une façon détendue d’aborder les enseignements qui porte ses fruits quand on sait que l’OCDE attribue les mauvais résultats de la France en maths à une trop forte anxiété chez les élèves.

Pour ceux qui resteraient malgré tout en marge, un système d’encadrement individualisé a été mis en place. Un jeune en difficulté en maths, par exemple, aura simplement une ou deux heures de plus de cet enseignement par semaine. Résultat, même parmi les élèves issus de milieux défavorisés, la Finlande enregistre peu d’abandons.
Mais quel est le prix à payer pour cette pédagogie « à la carte » ? Fait surprenant : la part des dépenses pour l’éducation est moins importante en Finlande qu’en France. Le système finlandais est complètement décentralisé. L’Etat intervient pour moitié dans le financement des écoles, l’autre moitié étant à la charge des communes. Ces dernières organisent selon leur bon vouloir la redistribution. Une politique du terrain donc, pas plus onéreuse qu’ailleurs, qui a cours aussi dans le recrutement des professeurs. Les directeurs font passer eux-mêmes les entretiens pour s’assurer que le candidat vise bien les mêmes objectifs que l’établissement. Au final, le système finlandais fait passer le bien-être de chacun avant tout. Et récolte les palmes.

Écrit par : Pierre Héno | mardi, 22 septembre 2009

Meirieu n'est que l'héritier des théories soixante-huitardes poussées à l'extrême autour de la notion d'enfant-roi...
Tous ces développements faisant fi de la verticalité de la relation éducative...beurk....

Écrit par : Nemo | mardi, 22 septembre 2009

Et pourquoi faudrait-il absolument que la relation éducative soit verticale ?
Le pédagogue dans l'antiquité était l'enfant qui guidait l'aveugle...

Écrit par : Pierre Héno | mardi, 22 septembre 2009

Pierre,

"Et pourquoi faudrait-il absolument que la relation éducative soit verticale ?"

Question rhétorique mon cher. Je pourrais très bien vous rétorquer:

"Et pourquoi faudrait-il absolument que la relation éducative ne soit pas verticale ?"

Je ne suis un ayatollah ni de l'un ni de l'autre camp mais il me semble qu'un juste équilibre doit être trouvé, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.
Force est de constater qu'avec les "pédagogistes" qui gouvernent l'Education Nationale depuis si longtemps, les enfants sont prisonniers d'un combat idéologique.

@ Sos Education:
Allons, allons...depuis quand un ministre de l'Education Nationale dirige-t-il réellement l'institution?
Il n'y a guère qu'en ayant l'appui total d'un gouvernement et d'une population que l'on puisse réformer l'Ecole pour plus de bon sens et aller à rebours des "pédagogistes" bien installés.

Écrit par : Nemo | mardi, 22 septembre 2009

Ah, naan ca va pas recommencer...!!!
Le système Finlandais, déjà entendu il y a deux ans, argumentation umpiste, en faveur de la réforme XD...
Ouh la la, mes petits nerfs...!!!Surtout si l'on évoque en prime la pyramide de Maslov!
Je sors avant la crise d'eczéma!

Écrit par : Martine | mardi, 22 septembre 2009

je ne connais pas Meirieu donc je ne jugerais pas.

Par contre le fait que le premier parlement de l'alternance fasse de l'éducation son premier thème de débat me gonfle menu menu... l'éducation est certes très important. Avant la crise c'était le premier budget de l'état, il risque de devenir le second avec la dette qui augmente!!!

il y a d'autres priorités comme l'emploi, la dette, le changement de société etc...(qui ont des solutions clivantes) qui a mon avis sont actuellement plus importants.

En ce qui me concerne, l'éducation est un sujet républicain et devrait un sujet de consensus...et non être l'objet de clivage!!!!!

Écrit par : europium | mardi, 22 septembre 2009

je ne suis pas une professionnelle du langage abscon, et ne pige rien à vos histoire de verticale, de Maslov etc...si c'est ça le parler Modem, forcément on n'est pas prêt de se faire comprendre...
Je ne suis qu'une ex-"usagère de l'école" et voici ma vision de l'Ecole , sans tralala, et modestement.. pardon si je ne suis pas une experte...
Je reprends la version courte de l'appel pour une refondation de l'Ecole
ici
http://www.refondation-ecole.info/fileadmin/refondation/Documents/appel_refondation_ecole.pdf

Je suis tout à fait d'accord sur les constats , causes et remèdes..
pour avoir traversé l'école en tant que déléguée de parents d'élèves pendant 20 ans, j'ai eu tout loisir de faire le même constat...

Je pense que le degré le plus important de l'Ecole est la Maternelle. vouloir réformer les degrés supérieurs sans s'attaquer au fond du pb dés le plus jeune age, c'est perdre son temps, et son argent...contrairement à ce que pense Darcos, la maternelle n'est pas une garderie, qui se contenterait de simples puéricultrices ou animatrices..
J'ai constaté que les enfants issus de milieux défavorisés( sur le plan intellectuel, pas forcément lié au niveau social, même si la plupart d'entres eux sont effectivement dans des catégories sociales basses), qui ne peuvent développer CHEZ EUX, un langage correct, avec un niveau de compréhension et d'élocution d'un certain nombre de mots indispensables, qui ne peuvent construire une phrase correcte , sont condamnés à stagner , et même à régresser, au cours de leur scolarité entière.

Il est fondamental de travailler sur l'oralisation des tout-petits, ça demande des personnels formés pour ça, spécifiquement, et il me semble que la formation des profs d'école est trop généraliste. Il faudrait créer une Vraie spécialité d'enseignement de maternelle, avec des profs motivés et non comme maintenant des profs balancés dans une maternelle(au gré des postes) , alors qu'ils n'ont jamais même fait un stage( et encore un stage si court n'apprend rien) dans une maternelle...je connais le pb puisque ma soeur est instit, depuis peu, et qu'elle a démarré sa carrière dans une grande section de maternelle, avec 30 enfants, dont plus de la moitié d'origine étrangère, et plusieurs cas sociaux graves...pas facile de démarrer ainsi et d'obtenir des résultats concluants, et de donner une chance égale à chacun de ces petits...donc , un jeune prof démarre sa carrière , en sachant déjà qu'il ne pourra pas mener sa mission à bien, c'est désespérant...

Donc mon premier point fondamental
-Création d'une spécialité Maternelle, avec formation spécifique.
et obligation de résultat pour tous les élèves ( sauf cas de retard mental)
à la sortie de maternelle, un enfant doit comprendre ce que le prof lui dit, et doit être capable de formuler des réponses intelligibles en bon français

Ecole primaire:

là aussi je suis d'accord que les apprentissages fondamentaux sont impératifs..
Il faut admettre que savoir lire, écrire, et compter , c'est avoir les OUTILS
pour apprendre..
Les premiers cycles du primaire devraient se contenter d'apprendre à utiliser ces outils correctement, et à mettre en pratique ces outils dans diverses matières , sans vouloir accumuler des tas de cours inadaptés..
Exemple, apprendre à utiliser les outils dans la vie de tous les jours, faire comprendre à l'enfant que avec ces outils, il pourra lire des livres ,ou avoir des renseignements( par exemple lire les panneaux , pour s'orienter, lire une carte routière, reconnaitre de produits ou des marques dans un magasin , lire une recette de cuisine, ou une règle du jeu)mais aussi écrire , exprimer des sentiments, correspondre avec les autres, etc..et enfin calculer, (sans calculette, je vois des gosses de 7 ans avec des calculettes, maintenant...), le calcul étant partout, ne serait ce que pour acheter et payer...
Tant que ces outils ne sont pas acquis totalement, il est dérisoire de vouloir apprendre une langue étrangère, faire l'informatique...ce qui compte c'est l'autonomie complète.

Une fois ces outils acquis parfaitement, il est tellement plus facile de commencer à découvrir les matières l'histoire, la géo, les sciences, et à apprendre , à débattre, et s'approprier le savoir avec plaisir...

Donc pour mon deuxième point Fondamental

Redonner à l'Ecole Primaire son rôle d'apprentissage des fondamentaux. apprentissage de l'autonomie, apprentissage de la recherche personnelle... 3 bases pour le collège..

Bien évidemment le suivi des élève sen difficultés doit être obligatoire , et le contrat de l'Ecole primaire doit être rempli pour tous..
Pour ce qui est du rythme scolaire, je pense que la semaine des 4 jours est débile, j'étais contre ...les enfants ne peuvent pas être en pleine concentration durant des heures, l'alternance des apprentissages d'outils et des activités d 'éveil , ainsi que informatique et sports, sont fondamentales.. et d'ailleurs, dans l'éveil, les outils sont utilisés sans arrêt, mais sous forme plus ludiques..il ya des rythmes biologiques , il faut les suivre..
je trouve inadmissible qu'on adapte les horaires d'école, aux contraintes économiques, une fois de plus le marchand passe avant l'humain.

Petit rajout, concernant les parents d'élèves, surtout ceux qui sont peu lettrés, il faut trouver une synergie, en parallèle avec l'école, pour leur proposer s'ils le désirent un accompagnement soit en langue française, soit en perfectionnement des outils..afin de les valoriser vis à vis de leurs enfants, et leur donner envie de les voir progresser..un parent qui sent qu'on s'intéresse à lui, sera plus exigent vis à vis du travail de son enfant à la maison...

Troisième degré le Collège

Une fois les outils acquis, l'autonomie bien gérée, et le plaisir d'apprendre bien installé, le parcours au collège devient un parcours de recherches de connaissances, de compréhension , de réflexion et de déduction..

Les cours devraient dans ce cas être d'abord axés sur les grandes connaissances, dans le premier cycle du collège.. disons une palette de connaissances nécessaires non seulement pour la suite, mais au moins pour avoir une culture de base correcte, qui permettra plus tard de s'en sortir, même avec un bagage scolaire relativement bas..et bien entendu un suivi scolaire adapté, pour donner ces bases indispensables.

Parce que j'en ai trop vu des gosses paumés qui ne comprenaient pas ce que disaient les profs, la langue étant devenue une ennemie, d'où la violence induite, et le refus de travailler, parce qu'ils se sentent exclus de ce monde..

Deuxième cycle du Collège

Les bases sont posées, il faut maintenant commencer à spécialiser, et là, si les élèves ont bien leurs bases, naturellement ils pourraient commencer à choisir des options d'approfondissement ,plus proches de leurs envies..
Et à ce stade, les métiers manuels ne doivent plus être considérés comme des poubelles à élèves perdus...je trouve lamentable, la manière dont certains profs dévalorisent tout ce qui n'est pas purement intellectuel...( je l'ai vu dans les commissions d'orientation pour les BEP, CAP etc..)
le lien entre le collège et l'entreprise doit commencer , et chaque élève devrait faire 2 stages, l'un dans un métier dit intellectuel, et l'autre dans un métier dit manuel..que chacun puisse voir les différences, les avantages , et les inconvénients...


Ensuite vient le moment de l'orientation

Ce moment ne devrait pas être une orientation par défaut mais par intêret .. si les bases sont bonnes, les outils acquis, l'autonomie suffisante, et les renseignements sur les différentes études et métiers correctement donnés, les élèves devraient pouvoir choisir plus sereinement une filière sans être dévalorisés, mais au contraire encouragés...la suite coulerait de source, et les résultats du lycée , ou de la formation professionnelle seraient très bons...

Pour venir sur un plan plus technique, il me semble que dans le système que j'évoque, les profs et les élèves seraient plus sereins, que les heures seraient certainement plus efficaces, et que donc, s'acharner sur un programme hebdomadaire de 32 à 35 heures serait inutile, car l'autonomie( celle qu'on retrouve dans les pays nordiques) permet de travailler en dehors des cours.; par contre les heures en moins seraient compensées en heures de soutien pour tous ceux qui ont des difficultés , pas forcément intellectuelles mais aussi sociales, car travailler dans une chambre qu'on partage avec 3 ou 4 frères et sœurs , ça n'est pas l'idéal...
donc oui les profs doivent être plus présents, et mieux payés
à condition que les heures sup soient efficaces.; contrôle des résultats des cours de soutien.



Quatrième Degré : le Lycée- la Formation Professionnelle

Si l’orientation et l’apprentissage de l’autonomie, et l’approfondissement de certaines matières sont concluantes, le parcours au lycée devient , une préparation pour un projet, pas forcément de métier, mais au moins d’études supérieures, et limiter les échecs dans le supérieur .
Le choix des sections ou des modules( à ce stade, on peut considérer que dés la première, le système de modules peut être envisagé, avec une autonomie de plus en plus grande, afin de préparer les élèves à la fac, ou aux Ecoles supérieures) doit tenir compte du projet défini en fin de collège, avec l’orienteur et le conseil de profs (pas forcément ceux de l’élève, mais plutôt un comité spécialiste selon l’orientation désirée).

Pour les filières techniques et professionnelles, si les élèves y entrent volontairement avec la certitude de faire le Bon choix, si on ne les a pas jetés là, parce que rien d ‘autre n’était possible, je suis persuadée que beaucoup seraient de très bons professionnels sûrs d’eux, et capables de trouver du travail, et aussi de continuer leurs études s’ils le désirent .Les passerelles doivent être présentes à tous les niveaux, car il n’est rien de pire que de dire à un élève qu’il est CONDAMNE à cette filière, sans autre voix de sortie..


Tout ceci est la réflexion de 20 ans comme déléguée de parents d’élèves de la maternelle au lycée, j’ai eu la chance que mes enfants soient plutôt de bons élèves, mais j’ai surtout partagé les problèmes de centaines d’enfants et de parents, j’ai aussi pris connaissance de la difficulté d’enseigner dans ce système à la dérive, et je salue les enseignants pour leur travail et leur dévouement.

c'est un peu long et succins à la fois,pas le temps ni les compétences pour approfondir, mais c'est ainsi que je vois l'ecole,et que certainement beaucoup la souhaitent.. et je pense que Bayrou n'y sera pas insensible..

Écrit par : juju41 | mardi, 22 septembre 2009

Personnellement je ne connaitrai pas la plupart les têtes de listes et candidats aux Régionales (qui font débat chacun mais pour assez peu de gens qui "croient" les connaitre réellement bien pour le rôle qu'ils auront à jouer).

Je serai donc bien plus sensible à une prise de position sur le plan national réellement déterminée et cohérente dans le sens de ce qui a été annoncé par F. Bayrou et ses proches politiques, qu'amené à discuter sur untel ou untel.

D'autre part pour les discussions intéressantes entre mouvements avec certaines personnalités, elles devraient bien sûr se placer sur le plans des idées principalement.

Malheureusement pour certains Mouvement et Personnalités (Tous les centres droitiers - alliance centriste comprise bien sûr - autres que Modem, PS Côté Aubry) la discordance entre les idées professées les dires et les actes, est totale (à un point que l'on peut dire trivial).

Ainsi il est bien plus intéressant de discuter avec des mouvements et personnalités qui n'ont pas forcément vos idées mais dont les leaders montrent un minimum de constance.

La seule crainte réelle, qui ne me semble pas justifiée, serait qu'ils soient partisans de l'illégalité.

Écrit par : CK | mardi, 22 septembre 2009

En Rhône-Alpes, non. Mais en PACA, où je travaille, pourquoi pas ?
Quant à la présence de Meirieu sur la liste des Verts, elle fait grincer bien des dents. D'autant que le bonhomme a toujours été proche du PS? mais qu'il trouve qu'il ,y a là-bas désormais "trop d'ambitions" - il parle en expert...

Écrit par : Brighelli | mardi, 22 septembre 2009

@ nemo
Il est beaucoup plus simple pour un enseignant d'avoir une relation "verticale" face à un enseigné qui se tait et reçoit, je dirais même face à des enseignés qui se taisent et reçoivent tous le même contenu en même temps ! Il n'est même pas nécessaire de savoir où en est l'enseigné... (et on peut faire le même cours chaque année, à l'aveugle !)
Beaucoup plus difficile de prendre en compte le niveau de départ de l'enseigné, de différencier les apprentissages...

Écrit par : Pierre Héno | mardi, 22 septembre 2009

Modèle finlandais, très bon pour... la finlande, 5 millions d'habitants et peu d'immigrants ; comparons ce qui peut être comparable!

Écrit par : Christine | mardi, 22 septembre 2009

@ Pierre,

C'est bien ce que je dis, il faut un juste équilibre mais l'extrêmisme dans lequel nous nous trouvons aujourd'hui est à proscrire !
Le rejet total de la verticalité de la relation est absurde.
L'épanouissement de l'enfant et sa créativité peuvent cohabiter avec une relation d'autorité qui ne saurait être remise en question sans pour autant être absolue et toute-puissante.

Il ne s'agit pas de revenir à l'Ecole du Pensionnat de Chassagne, il s'agit simplement de retrouver les fondamentaux de la relation d'apprentissage et d'éducation.

Écrit par : Nemo | mardi, 22 septembre 2009

Hasard du calendrier : je viens justement de publier aujourd'hui sur mon blog un article sur le MoDem et Les Verts :
http://www.ipolitique.fr/archive/2009/09/22/modem-ecologistes.html

Écrit par : Laurent de Boissieu | mardi, 22 septembre 2009

En effet, l'Éducation nationale est cogérée, et en fait plutôt autogérée, par les syndicats d'enseignants (de gauche). Bayrou est allé à Canossa comme tous ses prédécesseurs et successeurs (de gauche y compris, comme Claude Allègre). Bayrou a de bonnes idées pour l'éducation, mais veut-il vraiment se donner les moyens de les mettre en pratique ? C'est aussi le problème d'un Jean-Paul Brighelli, qui dit ce qu'il faut faire mais guère comment il faut le faire.

Écrit par : SOS Education | mardi, 22 septembre 2009

Je ne peux que être d'accord avec ce billet.

Écrit par : Phil | mardi, 22 septembre 2009

"Philippe Meirieu, c'est l'incarnation de la novlangue de l'Éducation Nationale à laquelle les parents ne comprennent rien. Les compétences, la méthode globale, toutes les âneries pédagogiques qui ont vu le jour pendant les années 90 et se perpétuent encore de nos jours trouvent largement leur source dans les thèses de Meirieu et ses comparses. Je serais enchanté de voir Brighelli porter nos couleurs face à Meirieu." ...alors là cher ami, j'aurai pas dis mieux ! bravo l'artiste...reste plsu qu'à être tête de Liste en Rhone-Alpes !

Écrit par : Orange Sanguine | mardi, 22 septembre 2009

Perso, j'aimerais bien qu'on arrête de diriger l'éducation nationale avec des oeillères idéologiques.

Il y a du bon dans le pédagogisme, comme il y a du bon dans certaines méthodes à l'ancienne.

Peut-on enfin arrêter d'engraisser une partie de ces chercheurs en pédagogie qui enseignent en IUFM ou de ces inspecteurs de l'éducation nationale qui pour certains sont des planqués qui ne veulent tout simplement plus enseigner devant des élèves ?

Peut-on revenir à des fondamentaux sans pour autant prôner un retour à des méthodes à l'ancienne qu'on encense comme si rien n'avait changé dans la société en parallèle ?

Quand on regarde le film "les 400 coups" et bien on se dit que l'école d'avant n'avait rien d'enviable à part pour les quelques élèves qui réussissaient. C'est simplement que les autres pouvaient trouver du boulot sans trop de bagages, donc c'était pas trop gênant.

Maintenant il faut dit-on un minimum de diplômes pour tout, doit-on le regretter au prétexte que le niveau d'excellence requis n'est plus le même ? Vaste débat.

Je regrette personnellement que le monde enseignant soit parfois si replié sur lui-même et que les profils ne soient pas plus diversifiés, bien qu'il y ait des progrès depuis quelques années avec notamment le recrutement d'enseignants venant par exemple tardivement du monde de l'entreprise avec des parcours de vie moins linéaires que ceux des élèves devenant professeurs et n'ayant rien connu d'autre dans leur vie que les enceintes scolaires.

Il faut des gardiens du temple du savoir, comme il faut des gens plus ouverts sur le monde d'aujourd'hui, qui inclue aussi celui de l'entreprise. Idem pour les pédagogistes et les défenseurs de l'excellence. Il faut de tout.

Ouvrons un peu les fenêtres et respirons !

Écrit par : Fotini | mardi, 22 septembre 2009

j'apprécie l' Hérétique ( même si nous sommes pas toujours d'accords ...), il vient de l'UDF comme moi, je respecte( c'est une valeur pour moi)! Faut-il pour autant partir en croisade contre un mauvaise candidature supposée parmi 22 autres et en faire un casus belli, j'en sais rien?

L'art du centrisme n'est-il pas de savoir négocier intérieurement entre ce qui est important et ce qui nous touche?

Écrit par : europium | mardi, 22 septembre 2009

@L' hérétique,
Je ne le connais pas plus que ca, mais j'avoue faire des accès d'eczéma à la lecture de certains commentaires, là prrrésentement!!!
Bien d'accord, pas de quartier!!!

Écrit par : Martine | mardi, 22 septembre 2009

Au fait L'Hérétique, avant de toiser ailleurs les concurrents, ne conviendrait-il pas de regarder comment ça se passe actuellement au niveau du Modem local ?
Je ne sais comment le Mouvement Démocrate va parvenir à gérer ses contradictions en Rhône-Alpes.

La famille "centriste" au conseil régional s'est scindée en deux pôles l'an passé. les élus siègent désormais dans deux groupes :
- le groupe "Centre" (10 élus)
http://www.rhonealpes.fr/39-les-conseillers-regionaux.htm?Nom=&CodeGroupe=CENTRE&Departement=&CodeCommission=&idtf=39&Afficher=Afficher
- Le groupe Modem (8 élus)
http://www.rhonealpes.fr/39-les-conseillers-regionaux.htm?Nom=&CodeGroupe=MODEM&Departement=&CodeCommission=&idtf=39&Afficher=Afficher

Les plus perspicaces remarqueront peut-être que Madame Anne-Marie Comparini n'a pas rejoint alors le groupe Modem.

Je ne préjuge pas pour l'heure de la "ligne" qui sera arrêtée par le Mouvement Démocrate au niveau national à savoir indépendance (aux deux tours), alliance au second (avec le PS et/ou les Verts).
Mais quelque soit la "ligne" arrêtée pour les élections régionales, le Modem ne pourra pas continuer à faire durablement l'impasse sur le conseil général du Rhône où les tous les élus Modem (sauf un) siègent avec l'UMP.

Au final, le Modem gagnerait à clarifier son assise en Rhône-Alpes.

Pour information, Michel Mercier a été remplacé au Sénat par Jean-Jacques Pignard.

Écrit par : Thierry P. | mardi, 22 septembre 2009

Eh ben, moi j'ai lu Meirieu et il m'a beaucoup aidée à ajuster mes méthodes pédagogiques pour pouvoir enseigner plus efficacement!

Il m'a aussi aidée à croire en ce que je faisais en tant qu'enseignante, et en ce moment et au vu de certains commentaires, j'en ai bien besoin ;-) j'inviterais bien d'ailleurs tous ceux qui savent comment je dois faire bien mieux que moi à venir passer une matinée dans ma salle de classe!

Et si vous le lisiez, vous aussi?
C'est toujours mieux quand on veut juger de savoir de quoi on parle!

http://www.meirieu.com/ACTUALITE/lettre_a_xavier_darcos.pdf

http://www.meirieu.com/ARTICLES/militants_pedagogiques_sphoto.htm

Non, je ne suis pas adepte mais je suis allée à l'école et j'ai été pétrie par les idées de Meirieu qui dit, c'est vrai, qu'il n'y a pas d'objectif plus grand en éducation que l'autonomie de l'apprenant ;-) Et au MoDem, l'autonomie et la liberté de penser fondées sur la connaissance vérifiée et la recherche personnelle, ça compte, non?

Écrit par : Mapie | mardi, 22 septembre 2009

"Démonstration du théorème de Pythagore selon les pédagogistes.

Soit ABC un triangle rectangle en A (pour la réussite de la démonstration, il est recommandé de prendre AB = 3, AC = 4 et BC = 5).
Mesurez AB, AC et BC.
Calculez le carré AB, BC et BC.

Vous vérifiez aisément que:
(AB * AB) + (AC * AC) ~ (BC * BC)
(C'est à peu près égale car une racine carré ne tombe pas forcément juste, sauf cas particulier, d'où l'idée de prendre le 3,4,5).

Voila la démonstration version pédagogique. :-) "

Bon, plus sérieusement, il faut casser cette mentalité. Faire des mathématiques de cette façon, c'est criminel, et dangereux. Car dans le monde contemporain, c'est "ce qui est derrière" qui compte.

Et le problème n'est pas qu'en mathématique (Par exemple, en physique, en seconde, on fait de la spectroscopie car il y a des couleurs. Dire que les photocopieuses sont en noir et blanc...)

Écrit par : Phil | mardi, 22 septembre 2009

Incroyable ce besoin que vous avez d'assassiner Meirieu. vous ne l'avez donc pas lu?Arrêter de faire de lui un bouc émissaire et essayez d'analyser pourquoi c'est si difficile à l'école aujourd'hui(causes sociologiques, impact délétère des médias , de certains modes d'éducation qui n'apprennent pas l'effort et l'exigence.Ce sera à la fois plus sérieux et plus correct. Meirieu a toujours prôné l'effort et l'exigence dans le travail scolaire.

Écrit par : rida | mardi, 22 septembre 2009

Incroyable ce besoin que vous avez d'assassiner Meirieu. vous ne l'avez donc pas lu?Arrêter de faire de lui un bouc émissaire et essayez d'analyser pourquoi c'est si difficile à l'école aujourd'hui(causes sociologiques, impact délétère des médias , de certains modes d'éducation qui n'apprennent pas l'effort et l'exigence.Ce sera à la fois plus sérieux et plus correct. Meirieu a toujours prôné l'effort et l'exigence dans le travail scolaire.

Écrit par : rida | mardi, 22 septembre 2009

"Je dois dire que la seule chose qui pourrait me faire quitter le MoDem, c'est de le voir s'aligner sur les thèses pédagogistes exprimées, à gauche, par conviction, et à droite, par calcul. Souvent, quand je lis les commentaires de certains militants, je me dis qu'il n'en faut pas beaucoup pour que nous ne soyions plus dans le même parti un jour."

L'hérétique, il fallait être à la Grande Motte pour entendre les applaudissements nourris suite à l'intervention de JP Brighelli.

Écrit par : Oaz | mercredi, 23 septembre 2009

@ Oaz
Eh bien je suis vraiment heureux de ce que tu me dis. Parce que j'en ai lu certains sur la Toile qui m'inquiétaient.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 23 septembre 2009

Personne n'a parlé de l'école inclusive, pour TOUS les enfants.

Arrêtez un peu de regarder ce qui se passe en France pour l'éducation, ce pays a 4 décennies de retard.

Pour ce qui est de l'héritage passé, gardez les bons éléments dans les fondamentaux (le fond) la pédagogie (la forme), éliminez-en les mauvais. Pour le reste, passez au XXIe siècle, on est déjà en 2009.

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 23 septembre 2009

@Aux adeptes de voir l'introduction de l'univers entreprise dans l'éducation:
Sachez que certaines spécialisations avec diplomes d'état sont remises en question au niveau Européen.
Sachez que l'objectif visé est de confier l'octroit de ces diplomes aux entreprises, car finalement elles en assurent pour partie la formation.
Bonne réflexion à tous.

Écrit par : Martine | mercredi, 23 septembre 2009

Ceci est juste afin de s'abonner au fil de discussion.

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 23 septembre 2009

Ceci est juste afin de s'abonner au fil de discussion.

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 23 septembre 2009

Beau rendez-vous d'anti-pédagos qui pour la plupart n'ont pas mis les pieds dans une classe depuis des années, classes dans lesquelles les théories de Meirieu (et de bien d'autres) ne sont en aucun cas appliquées. On enseigne en France de manière très traditionnelle. Quant à la méthode globale, PERSONNE ne l'utilise en France!!! On utiliese une méthode mixte ou syllabique! Arrêtez avec cette connerie! Elles (les théories de Meirieu) le sont en revanche par exemple au collège Clisthène de Bordeaux (voir google). Voir les résultats obtenus! En Finlande aussi. Et le fait que la Finlande soit moins peuplée que la France et accueille moins d'immigrés n'est en aucun cas un argument. Mais il est plus facile d'assassiner Meirieu que d'argumenter sur le fond.

Écrit par : Chris | mercredi, 23 septembre 2009

Merci de votre passage Chris. :)

Écrit par : Martine | mercredi, 23 septembre 2009

Et on est là, à propos de l’article de ce blog, encore en train de débattre de l’antagonisme fondamentaux/pédagogie (comme si les deux n’étaient pas complémentaires, pour peu qu’on fasse l’effort de les adapter : il ne faut que de la souplesse en l’occurrence, mais de grâce, qu’on prenne ce que chacun a de bon, qui a fait ces preuves, et que l’on rejette ce que chacun a fait de mauvais, selon les constatations)…

C’est, entre autres acteurs de la vie politique, le tout jeune mouvement démocrate qui doit montrer l’exemple. Pourquoi ? Parce que nous sommes là pour faire autrement, sur des thèmes concrets, que ce qui a été fait depuis longtemps, dans un univers sclérosé. Sarkozy l’a bien compris, qui voit l’opportunité pour faire évoluer cet univers vers une voie inégalitaire, donc forcément injuste.

Un parti politique ne peut se faire le porte-parole de méthodes éducatives (ou autres) dans le détail, mais il a le droit, et surtout le devoir, de mettre en exergue ce qui a été positif, et ce qui a été négatif. Relater les faits ne participe pas d’une quelconque démagogie. Il ne doit pas se contenter de politique, il doit se préparer à gouverner. Ce sont les rôles des programmes, avec tous les points concrets qu’ils doivent comporter, nous ne devons pas fuir nos responsabilités sous le prétexte de la recherche d’un consensus. Nous y perdrions non seulement notre âme, mais aussi notre force vive : nos électeurs/sympathisants/adhérents/militants.

C’est là que nous nous devons de nous rendre, et pas seulement parce que nous y sommes attendus. C’est notre devoir. J'entends : notre devoir envers la société toute entière.

J’illustre mon propos par un exemple que je connais bien, l’éducation différenciée, mais c’est valable pour tous les autres thèmes. Que je sois claire : je ne pars pas du précepte que tout ce qui est nouveau est forcément meilleur, bien au contraire. J’appuie ma théorie sur des faits objectifs, des preuves tangibles. Cependant, les initiatives, premières factrices de création et de modernité sont à tenter, dans cet univers en perpétuelle évolution. Dans ce cas, il faut commencer par la phase « laboratoire » : échantillon ou expérience pilote, afin d’avoir la possibilité de mettre en place les fers de lance d’une nouvelle société, en évitant la reproduction à grande échelle de possibles erreurs par ces expériences.
Pour ce qui est déjà éprouvé, il va falloir accélérer la cadence : la vie n'attend pas, en France comme ailleurs.

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 23 septembre 2009

@ tous

Je vous recommande vivement la lecture du blog de cette militante verte :
http://blog-genev.mb-onlyone.over-blog.com/article-36212071.html
Elle fait bien de s'inquiéter. Si Meirieu se présente, je fais me faire un plaisir de l'allumer, et je sais aussi que je ne vais pas être le seul.
Le constructivisme n'a d'intérêt que pour la littérature. En pédagogie, c'est une faillite, et Meirieu et ses acolytes n'y ont nullement renoncé...

Écrit par : L'hérétique | mercredi, 23 septembre 2009

@oaz

"L'hérétique, il fallait être à la Grande Motte pour entendre les applaudissements nourris suite à l'intervention de JP Brighelli."

Intervention qui s'est finie par un "je le (Meirieu) hais !".

J'ai pas beaucoup apprécié qu'un intervenant se permette ce genre de saillie.

Écrit par : Fotini | mercredi, 23 septembre 2009

@ Fotini
Eh bien moi, si. Je déteste Meirieu également. Ce type est un adversaire déclaré de la culture, des lettres, et particulièrement des langues anciennes (à commencer par le grec ancien !) qu'il a massacrées tout le temps où il a été directeur de cabinet de ce gros mamouth haineux d'Allègre.

Écrit par : L'hérétique | mercredi, 23 septembre 2009

Et moi aussi.

Qu'il vienne vivre ma situation, et il comprendra vite pourquoi.

Je précise également que je hais ce qu'il représente.

Écrit par : Phil | mercredi, 23 septembre 2009

@ Phil
Malheureusement, c'est tout un groupe de pression qui gravite autour de lui et cherche à imposer une manière de faire au corps professoral. Loin de moi de critiquer le recherche et l'expérimentation pédagogiques. Ce sont des choses utiles. Ce dont je me défie, c'est de ceux qui veulent forger des hommes nouveaux, comme Meirieu et consorts.
Personnellement, j'ai un faible pour Montessori, mais je ne me retrouve pas du tout dans ce que dit l'école nouvelle.
Je trouve que les enseignants ont avant tout besoin de liberté, et non d'encadrement idéologique, particulièrement quand il est insidieux, comme chez Meirieu.
J'ajoute que ce type est le plus lourd boulet que la pédagogie ait porté, parce qu'avec ses compères, il l'a discréditée durablement, et c'est fort dommageable.

Écrit par : L'hérétique | mercredi, 23 septembre 2009

C'est clair que Meirieu a discrétiser les prof et en a fait des bouc émissaire.

C'est d'autant dommageable car la situation d'un prof sur le terrain est très compliqué.

Écrit par : Phil | mercredi, 23 septembre 2009

J'ai lu le billet fort instructif de la militante écologique.
Passage intéressant:
"Meirieu c'est le grand ponte du constructivisme pédagogique et des sciences de l'éducation, directeur de l'IUFM de Lyon, auteur de " Nous mettrons nos enfants à l'école publique", alors que les siens ont été scolarisés dans le privé...), " L'Ecole ou la guerre civile" et en son temps, "gourou" du calamiteux Allègre !"

Et plus particulièrement:
"alors que les siens ont été scolarisés à l'école privé..."

Je croyais Meirieu seulement idéologue, en fait, je me suis trompé, c'est pire, il est malhonnête.

Écrit par : Phil | mercredi, 23 septembre 2009

Pourquoi ? En France, dans le privé, on ne fait pas de pédagogie ?
Hou là là c'est d'un missionnaire laïc que vous avez besoin pour prochain ministre de l'éducation...

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 23 septembre 2009

dont vous avez besoin, pardon.

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 23 septembre 2009

@l'hérétique

Ce n'est pas une raison pour le dire ainsi lors d'une intervention publique. Il y a d'autres moyens d'attaquer les idées qu'il promeut ou ses actes que de s'attaquer à l'homme, surtout lorsqu'il est absent.

Écrit par : Fotini | mercredi, 23 septembre 2009

Vraiment, certains commentaires: "l'hopital qui se f...de la charité"

Écrit par : Martine | mercredi, 23 septembre 2009

Quand je vois les débats ici, je tombe de ma chaise comme le directeur de l'école de mon fils quand je lui ai dit qu'en France, les maternelles n'acceptaient pas les enfants avec des langes.
Alors, il m'a demandé : nous venons de scolariser un enfant français qui a 10-11 ans, souffrant de troubles du comportement. Cet enfant, intelligent, n'a aucun acquis scolaire. Comment cela se fait-il ?
Je lui ai répondu : je vais vous envoyer un petit film...
http://envoye-special.france2.fr/index-fr.php?page=reportage&id_rubrique=839

Pour ceux qui seraient tentés de me répondre que je parle d'enfants "handicapés", je dirais que je parle d'enfants à besoins spécifiques, et que TOUS les enfants ont des besoins spécifiques.
L'école inclusive est pour tous les enfants, car elle n'est pas faite pour un enfant "standard" qui n'existe pas.
Je ne fais pas de pédagogie, ni de démagogie en disant cela.
L'école inclusive ne s'arrête pas à un réseau, public ou privé, elle ne fait pas de politique, elle s'en fout, elle est là pour l'avenir des enfants, c'est à dire l'avenir de notre société.
Arrêtez de perdre votre temps et votre énergie dans des polémiques stériles et hors d'âge.

Pour en revenir à une approche plus générale de l'éducation, je vous envoie un autre lien :
http://www.laviedesidees.fr/La-France-face-aux-nouvelles.html

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 23 septembre 2009

Fotini, le tsunami qui se fout du clapotis, tu ferais bien de mettre tes beaux préceptes en application...
Quand je pense que tu fais quasiment passer F. Bayrou et M. de Sarnez pour Hitler et Mussolini dans tes commentaires sur le blog de Ginisty.
ET ILS NE SONT PAS LÀ POUR SE DÉFENDRE, EUX, car ils doivent construire, et encore plus quand il y en a qui détruisent...

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 23 septembre 2009

Fotini, je sais, vous dites que vous faites ça pour le bien du MoDem.
Ce serait vrai, si c'était de la critique constructive. Mais ce n'est que du dénigrement, faisant feu de tout bois, pour que certains qui vous ont manipulés, vous les sincères, si tu en fais partie, se fassent une carrière politique ici ou ailleurs, portés par un courant qu'ils auront initié.
Pendant ce temps, vous foutez en l'air le MoDem et, par ricochet, tous les projets que l'on construit pour notre programme.
Moi, je travaille aux commissions. Ne me réponds pas que tu fais ça pour que le travail des commissions soit retenu, parce que quand il n'y aura plus de MoDem, que vous l'aurez bousillé, ça servira à rien.
T'en as rien à foutre, t'as pas de gamin autiste ! Le mien il est sauvé, il est en Belgique ! Mais ceux qui sont en France ? Tu crois que c'est avec la réélection de Sarkozy en 2012 que la France et les enfants, encore plus ceux qui sont en difficulté, vont s'en sortir ?
Vous pouvez critiquer constructivement, mais déverser votre haine avec tant de calomnies, je vous supplie d'arrêter ! Si vous avez un coeur.
Vous faites le lit de l'UMP avec la lie de vos ressentiments contre le MoDem.
Critiquez, oui, mais ne calomniez pas, ne dénigrez pas.

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 23 septembre 2009

@ luciole
Bon, ne vous inquiétez pas trop tout de même. La portée d'un commentaire, sur un blog, vous savez, surtout sur des histoires de démocratie interne, je dirais qu'elle est quelque peu...limitée.
Christophe torpille tout doucement son blog par son monologue sans issue.
La vraie vie n'est pas dans les affaires internes du MoDem, elle est ailleurs, évidemment.
@ Fotini
Toi, je trouve que tu commences à verser dans le politiquement correct...

Écrit par : L'hérétique | mercredi, 23 septembre 2009

J'aimerais bien vous croire, l'hérétique, mais quand les propos de M. Ginisty sont repris sur RTL, la radio la plus écoutée de France, et dans tous les journaux nationaux, que son blog est squatté quotidiennement par les blogueurs les plus influents de l'ump, Mry Emery en tête, je me dis que si les requins suivent le bateau, c'est qu'ils vont avoir des déchets à récolter...
Ceci dit, en effet, beaucoup de moussaillons ont déserté ce bateau. Mais cela a inspiré d'autres équipages...

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 23 septembre 2009

Bah, mry...ouarf :-)

Il y a eu un petit épiphénomène. Rien de bien grave. Il y a des choses bien plus importantes à traiter pour le MoDem. Il faut s'allier entre gens de bonne volonté pour alimenter le débat démocratique autour des préoccupations des Français et redresser l'image du MoDem.

Écrit par : L'hérétique | mercredi, 23 septembre 2009

Merci, l'hérétique, tu me rassures.
En effet, ce serait bien d'investir nos forces sur les projets. C'est ce que je fais, personnelleemnt. Bonne journée à tous.

Écrit par : luciolebrune | jeudi, 24 septembre 2009

@L'hérétique

C'est mon côté "obscur de la force" ;-)

Écrit par : Fotini | jeudi, 24 septembre 2009

J'aimerais un minimum d'éthique dans les commentaires;
Un minimum d'humanité.
Un minimum de décence aussi.

Quand on ne connaît pas, on se tait.
Vous ne pouvez pas continuer d'aller sur la place publique en répandant ces indignes commentaires sur Philippe Meirieu.
Cela fait longtemps qu'un tas de gens vous disent de le lire avant de crier.

Stop. Stop. stop. Si les humains ne peuvent agir comme tel, abstenez-vous. Cessez de vous gargariser avec votre haine.Surtout si c'est un monde meilleur auquel vous aspirez.
Merci.

Écrit par : révoltée | dimanche, 27 septembre 2009

@Révoltée,
Cliquez donc sur les liens déposés par certains, et lisez vous aussi.
Merci.
Bon dimanche :)

Écrit par : Martine | dimanche, 27 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.