Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mondialisation et Europe | Page d'accueil | Quelques vérités sur la Tour Triangle que le bon peuple parisien ignore... »

mardi, 21 octobre 2008

Soeur Emmanuelle : des trois ordres de Pascal à Epicure

Soeur Emmmanuelle et François Bayrou sont deux individus pour lesquels j'ai beaucoup d'affection, pour des raisons d'ailleurs très différentes. Le décès de Soeur Emmmanuelle m'a donc personnellement beaucoup remué. Je l'écoutais sur France Info hier, et, à un moment, elle a exprimé lumineusement comment seul l'amour restait, in fine, parce que la matière était périssable. Et elle a évoqué les trois ordres de Pascal. Or, François Bayrou les avait lui aussi évoqués en décembre dernier.

Dans les trois ordres de Pascal, corps, esprit et coeur (charité) il ne fait nul doute que c'est le troisième et le plus haut que Soeur Emmanuelle a choisi de mettre en avant dans son existence.

« L’ordre des corps, l’ordre des esprits, l’ordre de la charité
La distance infinie des corps aux esprits figure la distance infiniment plus infinie des esprits à la charité ; car elle est surnaturelle.
Tout l'éclat des grandeurs n'a point de lustre pour les gens qui sont dans les recherches de l'esprit.
La grandeur des gens d'esprit est invisible aux rois, aux riches, aux capitaines, à tous ces grands de chair.
La grandeur de la sagesse, qui n’est nulle sinon de Dieu, est invisible aux charnels et aux gens d'esprit.

Ce sont trois ordres différents de genre.»

Dans ses derniers jours, Soeur Emmanuelle qui était sous assistance respiratoire consolait son entourage par ces paroles :

«Bien sûr, je ne peux plus voyager comme avant, je suis forcée de rester dans ma chambre. Maintenant, j'ai beaucoup de temps pour prier». Ce dernier trait extraordinaire n'est pas sans me rappeler la très grande force d'âme d'Epicure dans ses derniers instants.

Epicure, sur son lit de mort, se réjouissait de ce que ses amis étaient présents, et des moments heureux passés avec eux. Soeur Emmanuelle a confié à plusieurs reprises qu'elle jugeait sa vie passionnante. Je trouve qu'il y a une très grande similitude entre ces deux êtres exceptionnels.

Commentaires

Outre les pensées de Pascal, envoyons aussi à Nicolas Sarkozy cette pensée d'Epictète, comprise dans son livre IV de "Pensées et entretiens" :

"Tu espères que tu seras heureux dès que tu auras obtenu ce que tu désires. Tu te trompes. Tu ne seras pas plus tôt en possession, que tu auras mêmes inquiétudes, mêmes chagrins, mêmes dégoûts, mêmes craintes, mêmes désirs. Le bonheur ne consiste point à acquérir et à jouir, mais à ne pas
désirer. Car il consiste à être libre."

Epictète était stoïcien, par opposition aux épicuriens, mais dans le fond il était bouddhiste avant la naissance de Bouddha !

Écrit par : Marie-Anne Kraft | mercredi, 22 octobre 2008

Merveilleuse suggestion Marie-Anne.
J'adore votre conclusion :-))

Écrit par : Champomy | mercredi, 22 octobre 2008

J'aime également beaucoup le maître de Marc-Aurèle, mais j'assimile davantage Soeur Emmanuelle à une épicurienne, parce que son engagement n'est pas fait de renoncements.

Écrit par : L'Hérétique | mercredi, 22 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.