Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Lycées à la carte, garçon, un demi ! | Page d'accueil | Concentration dans les medias: l'ADLE appelle à la vigilance »

mercredi, 04 juin 2008

Conducteurs de car

A propos du terrible accident qui a provoqué la mort de sept enfants, je me faisais la réflexion suivante : qu'est-ce qu'ont les gens dans la tête ? Ce n'est pas la 1ère fois qu'un tel accident se produit à un passage à niveau, et cela n'en empêche pas certains de faire n'importe quoi. Je constate aussi que ce sont souvent des cars scolaires affrétés par des mairies ou alors des cars affrétés par des compagnies de tourisme pour lesquels se produisent les accidents les plus graves.

Les accidents impliquant des cars de la SNCF (ou de la RATP en région parisienne) sont rarissimes, et à vrai dire, au moins pour Paris, j'ai toujours admiré l'adresse et la maîtrise des conducteurs de bus de la RATP.

Il y a donc un problème de formation, je pense, et il me semble que dans ce domaine, SNCF et RATP réussissent plutôt très bien. Pourquoi ne pas leur confier la formation des conducteurs de cars, aussi bien scolaires que touristiques ? Un partenariat fructueux pourrait être passé entre les mairies et ces deux entreprises publiques dont le savoir-faire n'est plus à démontrer. C'est une première piste, mais je la crois intéressante.

07:14 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : car, ratp, sncf, formation |  Facebook | | |

Commentaires

Il me semble malheureusement que ce n'est pas seulement un problème de formation.Les entreprises privées veulent faire du"chiffre" et "pressurisent" leurs chauffeurs.Ils sont donc beaucoup trop stressés pour avoir une conduite réfléchie et pleine de bon sens car on ne passe pas à un passage à niveau lorsque les barrières se baissent ou que les feux clignotent d'autant plus lorsque l'on a une cinquantaine d'enfants sous sa responsabilité!

Écrit par : catherine Lemoine | mercredi, 04 juin 2008

Avant de tirer des conclusions de tout genre, attendons les résultats de l'enquête. Une défaillance technique du car, un défaut de la signalisation du passage à niveau comme erreur du chauffeur peuvent être à l'origine de cet accident tragique.

Les chauffeurs de la RATP conduisent certainement très bien, mais la vitesse est généralement inférieure à 50 km/h, donc...

Écrit par : Werner | mercredi, 04 juin 2008

concernant la conduite des chauffeurs RATP, je ne la trouve pas si incroyable que ça ! au contraire, je trouve qu'on est particulièrement balotés dans les bus parisiens.
sinon, je vais t'étonner l'Hérétique, mais il n'existe aucun conducteur de car à la SNCF. Tous les cars TER qui circulent sont exploités en sous traitance de la SNCF ou délégués par les Régions à des transporteurs privés, indépendants ou filiales des grands groupes de transport de voyageurs (Kéolis, Trnasdev ou Véolia). Ces sociétés ont généralement une double activité : tourisme et transports réguliers ou scolaires.
On ne demandera donc pas à la SNCF de venir former des chauffeurs de car. Ce sont des CHEMINOTS avant tout !

Écrit par : le fond du bocal | mercredi, 04 juin 2008

Dans ce cas précis, je ne vois pas bien en quoi une formation aurait pu empêché le chauffeur (dans l'hypothèse où il est effectivement en cause) de s'engager sur la voie ferrée... Ce n'est pas un problème d'habileté mais de respect du code de la route.

Je vais peut-être paraître un peu froid, je ne dirais probablement pas la même chose sous le coup de l'émotion si j'étais directement concerné, mais je pense que parfois il faut savoir accepter que l'erreur est humaine, aussi tragique qu'elle soit.

Combien de cars traversent des voies ferrées chaque jour en France? Combien de victimes par rapport au nombre de gens transportés? Ce type d'accident, très spécifique, reste rarissime. En terme de mesures de sécurité il y a déjà des lumières clignotantes, des barrières, probablement un signal sonore, un examen de conduite, etc...

On peut toujours envisager d'autres solutions pour encore plus limiter les risques, mais le risque zéro n'existant pas, il y aura toujours des accidents. À un moment on est obligé de s'en remettre au bon jugement de chacun, et personne n'est infaillible.

Écrit par : Aurélien | mercredi, 04 juin 2008

Ma famille a une maison à Allinges et je connais parfaitement ce passage à niveau où je passe tous les jours pour aller me baigner au lac Léman quad je suis en vacances !
Rien à voir avec un problème de formation.
Les chauffeurs de car de Haute-Savoie sont habitués aux situations extrêmes : routes difficiles avec neige.
Mon neveu a eu ce chauffeur pour aller au lycée : excellent chauffeur, calme et prudent.
C'est un problème de passage à niveau.
Celui-ci est abominable et difficile à négocier avec un énorme dos d'âne.
Plancher de car trop bas qui l'aurait fait caler ?

Écrit par : Rosa | vendredi, 06 juin 2008

Les commentaires sont fermés.