Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Problématiques européennes | Page d'accueil | Christian Blanc nommé, mais... »

mardi, 18 mars 2008

Lassitude à Lhassa

Les évènement prennent une mauvaise tournure, pour le pouvoir chinois, au Tibet. Depuis toujours le Dalaï-Lama tente de retenir les jeunes Tibétains et de les dissuader de répondre par la violence, mais, le pouvoir chinois est si brutal qu'il ne demeure plus guère d'autres manières de se faire entendre pour cette malheureuse jeunesse.

Je me suis demandé à plusieurs reprises s'il fallait boycotter les jeux olympiques en Chine. Je sais que le Dalaï-lama est contre. Mais, à la réflexion, il a certainement raison. Le Dalaï-lama cherche vraisemblablement à sensibiliser l'Occident à la cause tibétaine. Or, il sera plus facile d'entrer en contact avec des journalistes s'ils viennent que s'ils sont absents. Une belle esclandre au beau milieu des Jeux Olympiques pourrait même avoir un fort retentissement.

Pour nous, si nous voulons aider le peuple tibétain, ce sera, je pense, à ce moment-là qu'il faudra donner le plus de voix, afin de mettre Pékin dans l'embarras. 

Cela dit, c'est une partie très difficile, cette histoire-là : Pékin considère le Tibet comme une partie de son territoire. Il existe des résolutions de l'ONU qui demande à la Chine de respecter les droits fondamentaux des Tibétains, mais je ne suis pas certain qu'il existe un texte reconnaissant officiellement le Tibet comme un état.

En fait, on attend avec impatience une note de synthèse de notre démocrate spécialiste des questions internationales sur le sujet , j'ai nommé Quindi...

Commentaires

Tout à fait d'accord avec votre position, le boycott n'est pas la solution la plus efficace.

Mais à condition de s'assurer que quelqu'un pourra aller se rendre compte de la situation au Tibet. Sinon, pas d'esclandre crédible...

Écrit par : Bulle | mardi, 18 mars 2008

@ Bulle

Je ne sais pas. En même temps, la Chine n'est plus au temps du communisme, et son imbrication dans le marché mondial est telle qu'un boycott serait très fâcheux pour elle. C'est donc une menace qui tient la route.

Écrit par : L'Hérétique | mardi, 18 mars 2008

@ l'Hérétique

Business is Business... et les problèmes du Tibet ne rendrait pas la Chine moins compétitive ni moins attractive pour nos industriels. Et qui est le plus gros créancier des USA ? Je crois qu'on leur doit pas mal d'argent nous aussi.

Quoi qu'on fasse avec les JO, je crains qu'on soit condamné à rester dans le domaine du symbole.
Mais au vu des efforts qu'ils font pour nous épater, je me dis que notre meilleure arme est peut-être notre regard...

Écrit par : Bulle | mardi, 18 mars 2008

Ils sont en effet les créanciers des USA mais les USA sont leur premier acheteur, et ils écoulent aussi une grande partie de leur production en Europe...

Écrit par : L'Hérétique | mardi, 18 mars 2008

... parce que ça nous arrange bien.

Écrit par : Bulle | mercredi, 19 mars 2008

@ Bulle

C'est évident.

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 20 mars 2008

Situation très complexe !
Le boycott n'est certainement pas une solution
http://trabouleuse.canalblog.com

Écrit par : Rosa | jeudi, 20 mars 2008

Bonjour Rosa

Je ne sais pas. Je ne sais pas, en fait, ce qui peut être efficace.

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 20 mars 2008

Le problème est que le rapport de force nous sera défavorable tant qu'on aura pas une alternative économique qui nous rende fort.

Développons en Afrique du Nord une nouvelle zone de production low-cost, plus compétitive que l'Asie en termes de logistique, et faisons jouer la concurrence avec la Chine.

J'imagine que la Chine nous écouterait beaucoup plus si nous avions la possibilité de relocaliser hors de ches elle.

Écrit par : Bulle | vendredi, 21 mars 2008

Les commentaires sont fermés.