Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rapport Attali, ni excès d'honneur, ni indignité | Page d'accueil | Jean Peyrelevade à Ripostes sur France 5 »

dimanche, 27 janvier 2008

Le MoDem n'est pas l'ennemi de l'UMP

Je crois qu'il faut dissiper un malentendu du côté des électeurs UMP et de la droite en générale. L'UMP (pas plus que le PS, au demeurant) n'est pas l'ennemie du MoDem. Le vrai problème, sur notre droite, à nous autres démocrates, ce sont les valeurs et le projet de société porté par Nicolas Sarkozy. C'est à ce projet que nous nous opposons, mais nous n'ignorons évidemment pas qu'une bonne partie de la droite et nombre d'électeurs de droite n'adhèrent pas à ce projet, même s'ils ont voté ou soutenu Nicolas Sarkozy faute de mieux. Il faut comprendre, et c'est heureux, que l'UMP ne se réduit par à Nicolas Sarkozy, même si actuellement, il faut admettre qu'elle est subjuguée.

Le MoDem a donc vocation à s'adresser aussi à ces électeurs et à ces dirigeants politiques. Ceci explique, par exemple, que le MoDem ne voie aucune objection à s'allier avec Alain Juppé à Bordeaux. Clairement, Alain Juppé fait partie du courant de pensée qui n'est pas bonapartiste au sein de l'UMP, et par ailleurs, comme maire, son bilan est bon. 

Si à Paris, le MoDem adhère aux propositions de Delanoë quand elles intéressent tous les Parisiens, il dénonce toutefois des décisions parfois sectaires.

Finalement, à Paris, l'alternative aux Socialistes, ce n'est pas l'UMP mais le MoDem. Son projet demeure d'essence libérale et respectueux de l'individu, comme je l'ai montré dans la note "Au coeur du programme parisien du MoDem". Ceci n'empêche pas d'adhérer aux grandes orientations de fond de Delanoë, mais nous récusons la municipalisation à outrance et l'usage systmétique de la méthode coercitive. Nous dénonçons également le simulacre de démocratie locale qui aboutit à ce que dans la pratique, les décisions qui intéressent les habitants d'arrondissement ne partent jamais d'une consultation de ces derniers (c'est tout particulièrement flagrant sur les problèmes de stationnement et de circulation). Notons que les Socialistes et les Verts sont très forts pour user de la méthode coercitive quand il s'agit de stationnement, mais que pour la propeté de Paris, il n'y a plus personne (6 agents en tout et pour tout pour toute la ville de Paris, chargés de verbaliser les incivilités et notamment les répugnantes crottes de chien sur les trottoirs) : il y a à l'évidence des choix qui n'ont rien à voir avec une bonne gestion municipale, mais qui relèvent d'orientations purement iédologiques, et notamment de la mauvaise conscience caractéristique des Socialistes avec ce qui a trait à la sécurité et à la répression en général.

Finalement, le MoDem, cela convient aussi pour les électeurs de droite qui approuvent les orientations de fond de Delanoë mais ne se voient pas voter Socialiste, ou, tout du moins, pour certains de ses alliés. 

238b008e95b1c29195c4a0a8b65eaa9d.jpgAu final, je laisse le mot de la fin à Marielle de Sarnez, c'est elle qui l'a énoncé dans un entretien au Parisien le 20 janvier dernier :

« Dans 95 % des communes de France, le maire est à la tête d'une équipe qui rassemble toutes les sensibilités. Eh bien, c'est ce qu'il faut pour Paris : il faut les meilleurs au service des Parisiens. Quand on prend une décision sur la propreté des trottoirs, vous n'allez pas me dire que cela dépend d'un clivage majorité-opposition ? J'ai essayé depuis six ans de ne jamais faire preuve de sectarisme. Seul compte l'intérêt général. J'ai, par exemple, soutenu l'excellente idée du tramway. En revanche, je n'ai pas compris le refus de la majorité sortante de construire plus de parkings. Les Parisiens se contrefichent de savoir qui prendra l'avantage, du PS ou de l'UMP. Paris n'appartient à aucun parti politique. »

08:15 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : MoDem, UMP, Paris, Delanoë, PS, Sarkozy |  Facebook | | |

Commentaires

Entièrement d'accord avec ce que tu écris. L'UMP est beaucoup plus divers qu'on ne le croit...
Au passage, merci pour le lien -)

Écrit par : Thomas | dimanche, 27 janvier 2008

@ Thomas

De rien pour le lien. J'aime bien ton blog !

Écrit par : L'hérétique | dimanche, 27 janvier 2008

Le Modem n'est pas l'ennemie de l'UMP est une façon de présenter les choses car je dirais plutôt le MoDem est l'ami de l'UMP.

Etant moi-même adhérent MoDem et regardant comment se passe les accords, je constate qu'un accord de premier tour avec la droite est facile mais qu'il devient très problématique dès que l'accord de premier tour est possible avec la gauche lorsque le bilan du Maire sortant est bon.

C'est la cas à Tours, où l'arbitraire et l'idéologie a pris le pas sur la réalité et le pragmatisme. Mais le plus choquant est le manque d'écoute, d'éthique et d'humanisme en interne alors que l'on veut s'en faire le chantre dans nos statuts !

http://detoursatours.blogspot.com

Écrit par : dominique Lemoine | dimanche, 27 janvier 2008

Bien vu, bien dit. Les Lagarde,Dati et
Pannafieu sont là pour servir Sarkozy et je ne vois pas
en quoi ils défendent les convictions de nombreux UMP.
J'ajouterai que l'interêt qu'ils manifestent
pour Paris lui-même ressemble à celui qu'on aurait pour
une proie.
A quoi ça sert de se lever trés tôt pour
passer son temps à saliver ou à pleurer sur les sondages.

Marielle et son equipe Modem préfèrent
travailler régulièrement et calmement pour présenter
une vraie alternative ou un vrai complément à Delanoê.

Écrit par : Luc Nobécourt | dimanche, 27 janvier 2008

@ Dominique

J'ai lu, mais je n'approuve pas la position de Colette Girard.
Contrairement à ce que vous dites, c'est une majorité d'adhérents, lors d'un vote, qui a fixé la ligne, non ?

Écrit par : L'hérétique | dimanche, 27 janvier 2008

Si le Modem n'est pas l'énnemie de l'UMP, il le montre fort mal et si il est l'ami de l'UMP, je vois pas beacuoup de signe d'amitiés.

Nous sommes dans une société bipartiste. Il y a la Droite et il ya la Gauche. Le Centrisme est soit de Droite comme l'était l'UDF quand VGE l'a voulut en 1978 et de Gauche avec le MRG. Personnellement, je fus adhérent de l'UDF dès 1978 et je me suis toujours opposé au parti néo-gaulliste. Mais, je suis un homme de Droite. C'est pourquoi, lorsque j'ai vu la débat entre François Bayrou et Ségolène Royal entre les deux tours puis la position de François Bayrou lors du second tour des élections présidentielles, j'ai effectivement quitter ce parti mais sans adhérer à l'UMP. Je suis sympathisant mais proche du Nouveau Centre d'Hervé Morin.

Mais si demain, le Modem redevenait un parti de Centre Droit, j'adhérerais de nouvaeu au Modem.

Quant aux prochaines municipales à Paris, je voterais pour Françoise de Panafieu (En plus c'est mon maire) sans aucun regret et je souhaite qu'Olivier Mousson au second tour, fera la bon choix.

Écrit par : marc | lundi, 28 janvier 2008

@ Marc
Je vous comprends bien, moi aussi, je suis de centre-droit. Mais l'UDf de Giscard était trop à droite à mon goût, et il a fallu l'émergence de la Nouvelle UDf pour que je trouve enfin chaussure à mon pied.
Toutefois, je pense que l'UMp actuelle et surtout le projet sarkozyste sont très éloignés de l'esprit du centrisme des origines.
Plus que l'UDF, d'ailleurs, le véritable ancêtre du MoDem, c'est le MRP, avec lequel la convergence programmatique et politique est patente.
Le MoDem est au centre, et je ne pense pas qu'un système bi partisan doit une fatalité, ne vous en déplaise.
Pour le débat, le problème, c'est que Nicolas Sarkozy a refusé qu'il se déroule à trois ! c'est cela le vrai problème. Pour envisager des alliances, il faut bien tout de même débattre de ce qui va être fait. Or, regardez ce que fait finalement Sarkozy avec l'aval de l'UMp : tout l'inverse de ce que proposait François Bayrou !!!
On ne peut pas en vouloir à Bayrou d'avoir été clairvoyant...

Écrit par : L'hérétique | lundi, 28 janvier 2008

Les commentaires sont fermés.