Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le MoDem défend l'indépendance des Echos | Page d'accueil | Un nouveau groupe centriste à l'Assemblée Nationale ? »

lundi, 25 juin 2007

Haro sur Ségolène !

La classe politique toute entière hurle au loup avec un bel ensemble : on crie haro sur Ségolène Royal de toute part.

Il est vrai que l'on peut condamener Ségolène Royal, pour son son double-discours, et le fait de ne pas avoir eu le courage de ses idées, contrairement à François Bayrou. Mais ses  idées eussent gagné à être examinées et discutées : il se trouve, malheureusement, qu'elle a très rarement amené le débat sur ce terrain, et elle l'aura payé au prix fort, au final. Pourtant,  son livre d'entretiens "Maintenant" ne manque pas d'intérêt, et, ses deux débats avec François Bayrou puis Nicolas Sarkozy ont laissé percer un socialisme moderne, bien loin de la chansonnette archaïque que continue de servir aux Français le PS.

Sur la régionnalisation, sur les 35 heures, sur le smic à 1500 euros, sur la sécurité, elle a énoncé des points de vue intéressants. Mais, voilà :  elle a choisi la voie de la facilité et cela lui est revenu comme un boomerang en pleine figure.

Elle aurait pu contraindre le PS à se rénover, elle ne l'a pas fait par calcul politique parce que sur le fond, elle a été formée à l'école mitterandienne.

Dommage. J'espère pour elle et le PS qu'elle reviendra malgré tout, et, cette fois, avec un discours clair honnête et constant du début jusqu'à la fin.

Si, sur le plan des idées, on lui fait  longtemps une injustice, elle l'a bien cherchée, cette injustice.

Malgré tout, elle représente le seul courant moderne du PS. Je ne saurais me retrouver dans ce courant qui comporte à l'évidence bien trop de concepts blairistes, mais, des convergences pourraient se faire sur certains sujets ponctuels, à l'avenir, avec le MoDem. Dominique Strauss-Khan lui-même , pourtant social-démocrate, ne présente pas un projet rénové pour la social-démocratie, modèle vieillissant en Europe. Ces deux-là eussent eu pourtant intérêt à s'entendre. Mais le PS ne se refait pas, et, ils n'ont pu se retenir de se faire la guerre sur fond de dialectique marxistante sous-jacente...

00:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : Ségolène Royal, PS, DSK |  Facebook | | |

Commentaires

Mouais... Pas du tout convaincu que Ségolène incarne au mieux la gauche rénovée. Pourtant ça crevait les yeux qu'elle ne croyait pas au projet qu'elle défendait. Je pense de plus que ça serait une vraie catastrophe pour le PS que se soit elle qui reprenne les rennes du parti. Pour ma part je fais nettement plus confiance à un type comme Manuel Vals. Mais bon, si c'est elle, ça sera tout bénèf pour le Modem. Ségolène à certes des soutiens irréductibles au sein du PS et de la gauche mais au-delà de ceux-ci, je ne la vois pas être en mesure de percer (en partie à cause de sa personne).

Écrit par : Justin Themiddle | lundi, 25 juin 2007

C'es vrai qu'elle est plus moderne que DSK... c'est surprenant, DSK s'est "éléphantisé"... Alors que c'était plut^t lui qui aurait dû faire des signes d'ouverture, il fait copain copain avec Fabius juste pour em......
J'appréciais DSK sur de nombreux plans. Maintenant, j'approuve la plupart de ses idées mais je trouve qu'il manque vraiment de courage. Il ne prendra jms un seul risque quitte à cotoyer Mélanchon dans ce parti fourre-tout.
C'est dommage.

Écrit par : Jeune MoDem 31 | lundi, 25 juin 2007

Analyse intéressante ! Et qui permet de conclure que tiraillée entre le Parti et ses convictions, Royal a choisi pendant la campagne, le Parti. Et c'est ce parti, en déroute et qui souhaite une refondation, qui lui tire dessus aujourd'hui, et cela au nom d'un étrange immobilisme! Curieux, non?

Écrit par : julie | lundi, 25 juin 2007

Moi aussi je trouve que DSK manque de courage : question d'âge sans doute...
Quant à Ségolène, je crains un peu son côté "moi, je"...
Il faut donc que le Modem se prépare à accueillir les déçus du sarkozisme.

Écrit par : Rosa | lundi, 25 juin 2007

Sr a de nombreux défauts qui font que je ne la rejoindrai pas. Mais, elle représente certainement le courant le plus novateur et le moins idéologique du PS.

Je pense qu'elle est bien plus souple que Valls. En revanche, je crois qu'elle déteste tout ce qui ressemble de près ou de loin à un appareil politique, et elle est très individualiste.
Mais ce n'est absolument pas la bécasse que beaucoup ont essayé de faire croire qu'elle était, et, sur le fond, je la crois assez pragmatique. C'est bien pour cela qu'on peut discuter avec elle.

Mais bon, pour l'instant, je crois que Bayrou et elle ont suffisamment de boulot dans leurs camps respectifs pour des raisons différentes.

On reverra ça dans le futur si elle parvient à survivre politiquement.

Marrant : le PS la conspue, et pourtant, jamais aucun candidat de la gauche n'a réussi autant de suffrages sur son nom...

Écrit par : L'Hérétique | lundi, 25 juin 2007

@ Justin

Je ne suis pas un fan de Ségolène, très loin de là, mais, il faut lui reconnaître une démarche atypique.

Écrit par : L'Hérétique | lundi, 25 juin 2007

Les commentaires sont fermés.