Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 21 octobre 2013

Décès de Philippe Cohen : une immense tristesse

Je viens d'apprendre avec une très grande tristesse le décès de Philippe Cohen, le fondateur de marianne2. Jean-François Kahn a écrit un éloge funèbre sur le site, mais pour moi, les qualités de Philippe, que j'ai croisé à de multiples reprises puisqu'il m'avait proposé de devenir blogueur associé de marianne2.fr, c'étaient surtout l'ouverture d'esprit et la volonté de renouveler un métier qui s'enfonce dans le marasme depuis de longues années.

L'idée astucieuse d'inviter les acteurs de la Toile pour commenter l'actualité, en les recrutant parmi les leaders d'opinion, lui revient. Il en a été le promoteur, d'abord avec Vendredi puis avec Marianne2 qui a représenté à mes yeux une évolution et un progrès par rapport au premier : en effet, si vendredi concentrait la blogosphère de gauche et plus largement l'antisarkozysme sur la Toile, il y a eu par la suite avec Marianne2 une volonté d'élargir le spectre politique de ceux qui intervenaient même si Philippe aura toujours conservé la maîtrise d'ouvrage en sélectionnant soigneusement les articles publiés sur le journal.

C'était un peu le tour de force de cette époque que de parvenir à constituer un fil éditorial cohérent avec des blogueurs très différents. Songez donc : quoi de commun entre un Superno, un Slovar, un Sarkofrance, un Antidote, un Didier Goux et moi-même ? Tous différents, et pourtant, tous susceptibles d'être repris là-bas car tous blogueurs associés.

C'est ça que j'aimais chez Philippe : il savait où il allait certes, mais son éclectisme l'amenait à emprunter des chemins improbables, surtout quand on considère la ligne éditoriale de Marianne.  Malgré tout, s'il y a eu bien sûr bien plus de blogues que ceux que j'ai cités, dans cet ensemble, il a toujours manqué, à mon avis, un blog libéral. Je veux dire, pas un libéral cool comme moi, mais un libéral à la sauvage genre Hashtable ou Parisien Libéral (politiquement plus présentable :-) je dis ça sans vouloir vexer Hashtable, nettement plus radical). Mais bon, c'était aussi sa limite : je l'ai entendu plusieurs fois se revendiquer clairement de l'antilibéralisme ce qui fait que le libéralisme aura été le seul courant à manquer à l'appel pendant la grande époque de marianne2.fr

Par la suite, Marianne a changé son fusil d'épaule : la rédaction a installé définitivement quelques blogueurs sur son site et cessé complètement de relayer les autres. Ce faisant, elle a perdu, à mon avis, ce qui faisait sa richesse. Un tel choix n'est sans doute pas étranger au fait que Philippe avait démissionné de Marianne, lui qui en avait été un fondateur historique.

Avec la disparition de Philippe, j'ai le sentiment qu'achève de se refermer une parenthèse qui avait fait la part belle au journalisme citoyen et particulièrement aux blogs. J'ai souvent entendu dire que Guy Birenbaum avait été l'un des tous premiers promoteurs de la blogosphère mais on peut dire que Philippe, de son côté, ne volerait pas le titre d'Ami des blogueurs si j'avais le droit d'ajouter une épitaphe sur sa dalle funéraire.

Alors adieu l'ami : moi, je n'ai pas la foi pour te dire que tu me regardes de quelque part, mais je sais aussi que les plus grands héros (Achille, Gilgamesh entre autres) ont pensé que la vie éternelle ce n'était pas une vie quelque part ailleurs mais la gloire dont on se couvrait par ses actions.

Va, et repose en paix.

19:37 Publié dans Blog, Insolite | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : philippe cohen |  Facebook | | |

lundi, 27 octobre 2008

Vendredi ou la vie sauvage

Vendredi ou la vie sauvage*, c'est le titre d'un ouvrage fameux de Michel Tournier, l'un de mes auteurs favoris. Mais en la circonstance, c'est aussi le titre d'un nouveau magazine qui vient d'apparaître dans les kiosques. Cet hebdomadaire fait un travail de sélection et de recherche pour proposer des articles et des idées issus de la Toile et tout particulièrement de la blogosphère.

Original et inattendu ! Luc Mandret a interviewé Philippe Cohen, le rédacteur en chef de ce journal sur son blog.Il y a d'ailleurs une réponse qui me chiffonne et ne me semble, elle, pas très heureuse : Philippe Cohen définit le projet comme un engagement contre le néo-libéralisme et le système médiatique. Très bien pour le second aspect, mais le premier est nécessairement teinté d'idéologie. Or, ce que j'attends d'un nouveau journal, c'est une sélection large, de qualité, et neutre, plutôt qu'un engagement politique qui lui fera fatalement occulter ou déformer un courant d'idées.

Toutefois, la présence d'un fondateur de Courrier International (hebdomadaire pratiquant aussi une sélection d'articles, mais issus de la presse internationale) et d'un ancien de Marianne me semble de bon augure pour la qualité de l'hebdo.

Il ne reste plus qu'à juger sur pièces en achetant les prochains numéros, ce que je vais m'empresser de faire, en espérant le trouver tout de même chez mon marchand de journaux.

L'équipe de rédaction de cet insolite magazine fera-t-elle avec la presse comme le Vendredi de Tournier, qui fait exploser la grotte de son maître en fumant un cigare à côté de la réserve de barils de poudre ?

Et cèdera-t-il à la tentation de rejoindre ou de reproduire le landernau médiatique traditionnel à l'instar d'un Vendredi quittant l'île de Robinson pour trouver la "civilisation" qu'il a appris à connaître ?

*Vendredi ou la vie sauvage est en fait une adaptation pour enfants par Tournier lui-même de Vendredi ou les Limbes du Pacifique.