Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 07 janvier 2010

Entre Versac et Meilcour

Je faisais partie de ce petit public discret qui suivait l'ex-blog de Nicolas Vanbremeersch, dit Versac. Aujourd'hui, je jette un oeil non moins discret sur son successeur, Meilcour. Le changement m'a fait sourire, à vrai dire, et je me suis demandé s'il ne cachait pas un changement de perspective. Je suis sûr que bien peu de lecteurs se sont demandés pourquoi Nicolas Vanbremeersch avait choisi des noms aussi ésotériques et sophistiqués que Versac et Meilcour.

Cela devient beaucoup plus évident dès lors que l'on connaît un peu les Égarements du cœur et de l'esprit, l'oeuvre majeure de Crébillon fils. Un ouvrage méconnu injustement, parce qu'il préfigure à plus d'un égard le célébrissime les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos. Dans le livre de Claude Prosper (c'est le prénom de Crébillon fils), il se trouve que le Comte de Versac et Monsieur de Meilcour sont deux personnages essentiels. Le premier est un libertin notoire qui préfigure à plus d'un égard le Valmont de Choderlos, tandis que le second est un tout jeune homme, dix-sept ans à peine, qui découvre le monde. Mais le second est aussi le narrateur.

Alors, changement de point de vue ? Est-ce Versac qui a fait l'éducation de Meilcour ?

C'est étrange, finalement, les noms que nous donnons à nos blogues. Ils signifient toujours quelque chose. Changer de nom, ce n'est pas anodin,c 'est se refaire une identité, et il en va, à mon avis, de même avec les blogues. Tenez, moi, si je devais choisir, aujourd'hui, un autre nom, j'opterais pour l'Orthodoxe, qui me plaît bien. Mais entre Versac et Meilcour, il y a une vraie filiation : c'est le premier qui a accompagné (fait ?) l'initiation du second. L'Égarement finit de façon étrange. On a du mal, d'ailleurs, à concevoir que sa fin en soit bien une. Meilcour révèle que les sentiments que lui inspirent Madame de Lursay ne sont plus très vifs. Il ne songe, en fait, qu'à Hortense, qu'il ne possède pas. Un homme qui n'agit, envers une femme, plus que sous le coup du remords cède à une pitié des plus dangereuses.

In fine, pourquoi avoir choisi ces personnages comme étendards ? Eh bien je me le demande bien...Versac se contente juste d'évoquer l'oeuvre de Crébillon dans l'à propos de son Meilcour. L'idée lui est sans doute venue après coup, puisque dans l'à propos de son versac, il précise que son pseudo ne vient pas du livre.

17:57 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : versac, meilcour, crébillon |  Facebook | | |