Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 octobre 2009

La guerre scolaire

Ça chauffe à Saint-Étienne ! Je viens de lire la lettre que Gilles Artigues adresse à Maurice Vincent, le maire de Saint-Étienne. J'ai eu du mal à comprendre de quoi il retournait, mais j'ai fini par comprendre : apparemment, le maire de la ville règle 533 euros aux écoles privées à Saint-Étienne au titre du forfait communal mais réclame 761 euros aux communes dont les enfants se scolarisent dans une école privée à Saint-Étienne. Il y a comme un écart un tantinet suspect entre les deux sommes : où passe la différence ? Et apparemment, ce n'est pas le seul fait d'armes du maire socialiste : il envisagerait de sucrer toute aide aux écoles maternelles privées, vraisemblablement parce que rien ne l'y oblige puisque la maternelle n'est pas obligatoire. Minable : 99% des Français inscrivent leurs enfants dans une maternelle. Maurice Vincent cherche-t-il à rallumer la guerre scolaire ? C'est en tout cas ce que soupçonne Gilles Artigues, l'élu MoDem, qui met en garde la maire de Saint-Étienne contre toute tentation de retour en arrière.

Une nouvelle loi contraint les communes à financer l'inscription dans des écoles extérieures à la commune d'origine. Elle ne vaut toutefois que dans quatre circonstances :

- absence de capacité d'accueil dans la commune d'origine
- obligations professionnelles des parents
- raisons médicales
- frère ou soeur déjà scolarisés dans une autre commune

Cette loi a fait couler de l'encre, et de la salive socialiste, d'ailleurs, parce que l'opposition estimait, en juin dernier qu'il serait aisé pour les parents d'invoquer l'un de ces quatre motifs pour pouvoir choisir leur école en toute quiétude avec un forfait assuré. Maurice Vincent est un maire socialiste, on comprend donc sa mauvaise volonté... J'ai une assez bonne idée de l'avis de SOS-éducation sur ce sujet, mais je me demande en revanche, ce que la gauche modérée en pense...