Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 07 mars 2012

Endives : l'entente est peut-être illégale, mais est-elle illégitime ?

endive.jpegTout le monde connaît l'endive, ce sympathique légume au goût certes amer, mais truffé de vertus nutritives : de malheureux endiviers du Nord et de la Picardie viennent de se faire taper sur les doigts pour entente illicite sur les prix. Alors autant j'entends parfaitement les accusations d'entente illégale quand on parle de téléphonie mobile, de syndics, de gros du bâtiment, d'internet et cetera, mais franchement, pour des endives...

Moi, je réécris un peu l'histoire telle qu'elle a certainement dû se dérouler : les endiviers trouvaient que les prix d'achat des endives étaient très bas, et, du coup, ils se sont communiqués des infos pour tenter de résister à la pression de la grande distribution. Ça peut largement se comprendre, d'autant qu'avec les concentrations de plus en plus importantes dans ce domaine, il y a des marges terribles qui se dégagent avec de très fortes pressions sur les producteurs.

A deux euros le kilo, je ne pense pas que cela soit la ruine d'acheter des endives. En plus, les sociétés touchées sont déjà en difficultés financières. L'Autorité de la Concurrence ferait bien de tourner ses regards davantage vers les distributeurs.

Moi, je vous suggère la préparation suivante, en parlant d'endives : vous les faites cuire d'abord à la vapeur, et, en parallèle, vous faites chauffer dans une poêle des tomates et de l'huile d'olive jusqu'à obtenir un ramollissement des tranches de tomate. Ensuite, vous placez les endives avec le mélange, et vous laissez griller légèrement le tout (faut que ça soit un peu brûlé mais pas trop) en ajoutant du beurre. A la fin de la cuisson, un gros zeste de citron, évaporation partielle de l'eau et du jus, et hop, le tour est joué.

Ah non, pardon, j'ai oublié : après avoir ajouté les endives, mettez aussi dans la poêle du jambon blanc ou encore du bacon (mais plus tard, si c'est du bacon) et laissez un peu griller, comme je le disais (mais pas trop, ça doit être léger). Vous verrez, l'amertume s'adoucira d'autant qu'elle sera contre-balancée par ma technique de cuisson et de préparation. Au fait, si le bacon est très gras, modérez l'huile et le beurre : le mieux, dans ce cas, c'est de faire griller l'ensemble dans un mélange de la graisse du bacon et d'huile végétale avec un soupçon de beurre (une grosse cuillerée tout de même).

Servez, mangez puis revenez chez l'hérétique pour lui dire ce que vous pensez de sa recette :-)

P.S sinon, en salade, crue, avec du roquefort, de l'huile de colza (mélangée à une autre huile) et du vinaigre de framboise (de bonne qualité) ou de Xerès (vive l'Andalousie), c'est très bon aussi et plus rapide. Osez quelques tomates cerise et du basilic à côté, c'est à dire dans un ravier, sans mélanger les deux préparations, et mangez en même temps dans l'assiette, sans mélanger, mais par bouchées successives. Un délice !