Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 04 novembre 2011

Il est temps de réagir et de protéger enfin les Chrétiens d'Orient

Je suis sidéré par la lâcheté et le silence du landernau politique européen devant le sort qui est fait aux Chrétiens d'Orient, particulièrement en Égypte et au Pakistan. Seule la presse en parle, et encore !

On a un petit problème, et là, j'avoue être embêté que Jean-Marie Le Pen soit le seul leader politique à l'avoir vu, même si ses conclusions me paraissent plus que hâtives : plusieurs des tyrans que la France combat ou a même mis à terre ont été ou sont des soutiens des Chrétiens en Afrique ou en Orient.

La France doit monnayer au prix fort son soutien à Ouattara en Côte d'Ivoire ou au CNT en Lybie et prendre garde de ce qu'il adviendra des Chrétiens ailleurs. En Irak, Saddam Hussein protégeait les Chrétiens. Assad fait de même en Syrie. Je crois que Kadhafi les laissait à peu près tranquilles en Lybie, et, en Égypte, pendant longtemps (mais pas sur la fin) Moubarak les a considérés avec bienveillance. En Tunisie, ils étaient totalement libres avec Ben Ali pour tous les aspects exclusivement religieux.

Nous sommes, d'une certaine manière, tous les fils et filles du Christ, en révolte contre nos parents, et, ce-faisant, nous considérons désormais le christiannisme comme quantité négligeable et dépassé.

C'est une erreur monumentale. MONUMENTALE. Et je ne dis pas cela par conviction religieuse, mais simplement par raisonnement stratégique. Le christiannisme, particulièrement le catholicisme, est un vecteur privilégié de notre soft power. Il porte bien plus facilement notre pensée, nos intérêts, notre culture, la francophonie que tout autre forme de pensée. Maintenir une présence chrétienne partout en Orient et prendre à coeur ses intérêts, c'est avoir des relais et des antennes en Orient.

Ce qui se passe en Égypte, en Irak, au Pakistan n'est pas acceptable. Nous devons protester et menacer ces pays de sanctions afin que leurs dirigeants comprennent qu'ils subiront les conséquences de leurs manquements. Ailleurs, et partout où nous avons soutenu des oppositions armées à des tyrans, nous devons exiger des garanties et gages très sérieux pour les Chrétiens, en négociant sans faiblesse.

Dans les années 50  et 60, ce sont les Juifs qui ont du fuir l'Orient et se réfugier soit en Israël, soit en Occident. C'est au tour des Chrétiens aujourd'hui. La partie va être subtile : il faut croiser le fer avec les Salafistes qui multiplient les provocations et les attaques, sans pour autant se mettre à dos les populations musulmanes. En Égypte, ce serait relativement facile pour les Européens de contraindre le nouveau pouvoir, mal assuré, à ne pas jouer l'Islam contre les Coptes. Il suffirait simplement d'ouvrir sa g... , d'envisager ouvertement des mesures de rétorsion et de faire valoir à voix haute que les militaires ont confisqué la Révolution là-bas pour que le régime se calme. 

C'est tout de même fâcheux de constater que les Palestiniens sont les seuls à avoir réagi en condamnant fermement les atteintes dont sont victimes les coptes. Enfin, si, il y a tout de même eu un communiqué sybillin du Quai d'Orsay et l'interpellation de trois députés (là encore, parmi les plus réactionnaires de l'Assemblée Nationale...)

Et, au MoDem, on attend quoi pour envoyer un signal fort ?