Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 25 avril 2009

Halte au dépeçage du Palais de la Découverte !

palaisdécouverte.jpgS'il est bien un lieu magique qui a bercé mon enfance et qui fait aujourd'hui le bonheur de ma descendance, c'est bien le Palais de la Découverte. Je m'y rends d'ailleurs toujours avec autant de plaisir. Je continue à rire en voyant les cheveux des participants se dresser sur leur tête au sens propre dans la salle d'électro-statique ou bien un morceau de caoutchouc passer du rigide au flexible selon son exposition ou non à de l'air liquide, dans la salle du même nom. Les jeunes chercheurs qui viennent là pour se confronter au public remportent de francs succès ; le public jeune et moins jeune suit avec la plus grande attention les explications scientifiques de leur maître de conférences improvisé et rit aux éclats à leurs facéties.

Le Palais de la Découverte est au coeur même de la capitale, appuyé contre le Grand Palais et à moins de 100 mètres du rond-point des Champs-Élysées. En face du Grand Palais, on trouve le Petit Palais avec son bassin intérieur, ses canards, et sa magnifique collection d'antiquités gréco-romaines et orientales au rez-de-chaussée. Si l'on traverse le Pont Alexandre III, on discerne aisément, de l'autre côté de la Seine, le toit doré des Invalides et les canons noirs de la cour d'honneur. Face aux Invalides, à la gauche du musée, on peut s'engager dans une petite rue pour rejoindre le Musée Rodin et son impressionnante et ébène Porte de l'Enfer.

C'est cette zone enchanteresse qui mélange l'ancien et le moderne, l'artistique et le scientifique qu'il s'agit de préserver. Le Palais de la Découverte en est l'un des principaux fleurons. Or, sa fusion administrative et financière avec la Cité des Sciences en menace l'intégrité physique et géographique.

J'ai pris connaissance avec colère d'une information qui m'avait échappé, mais que le Monde du 10 avril 2009 a reprise. Il s'agit d'un fait ancien : en janvier 2008, le Palais de la Découverte a perdu les 1500 m2 du Salon d'Honneur. A l'heure actuelle, il est question de lui enlever le Hall d'Antin. Je ne partage pas l'optimisme de l'AFIS.

Je crois, sur le fond, que cette histoire de fusion, sous prétexte de rationnalisation administrative et financière n'est qu'un sale coup porté au Palais, avec l'intention, à terme, d'en récupérer les locaux, fût-ce morceau par morceau, et je vois que cela a déjà commencé !

Il vient se greffer à ces mauvaises intentions un mépris : celui des élites techno-administratives qui n'admettent pas que les gens du commun fréquentent les lieux prestigieux. Les portes de Paris sont bien suffisantes pour les gueux ! Ils rêvent de récupérer ces lieux pour leur usage exclusif et d'en bouter définitivement le manant.

Soutenons ceux qui récusent l'inéluctable. La mort du Palis n'est pas une fatalité. Pour ma part, j'ai signé la pétition qui se trouve ici :

http://www.sauvonslepalaisdeladecouverte.fr/

J'ajoute un autre aspect très inquiétant : si le Palais de la Découverte devient un établissement à caractère industriel et commercial, les étudiants inscrits en thèse ne pourront plus y réaliser leur stage. Il y a là un contact permanent avec le monde de la recherche qui pourrait disparaître.

J'avais entendu dire qu'Albanel souhaitait supprimer les doublons en termes d'équipement. Par exmple, le Planetarium ? Il y en a aussi à la Cité des Sciences. Je m'y suis rendu il y moins d'un mois, et justement, l'une des lampes ne fonctionnait plus, ce qui gênait une partie de l'exposé. Touche pas à mon planétarium ni à mon palais, Albanel.

Claudie Haignere m'inspire plutôt confiance, comme individu, mais je note qu'elle n'a donné aucune assurance claire sur le futur du Palais. J'aimerais bien une initiative du MoDem et des élus MoDem à ce sujet, tant au Conseil de Paris qu'à l"Assemblée Nationale.

Ce qui me fait bondir, c'est la déclaration de ce genre de hauts fonctionnaires dont je dénonçais l'action plus haut. Je cite son intervention dans le magazine Connaissance des Arts le 06 avril dernier :

Dans un souci de rationalisation des moyens, les missions du Palais de la Découverte doivent être en cohérence avec celles de la Cité des sciences et de l’industrie et non plus en concurrence. Aussi j’avais proposé que les missions de chacun des établissements soient redéfinies, idée que j’ai défendue jusqu’à mon départ en 2004. Pour la Cité des sciences: formation et enseignement des sciences. Pour le Palais de la Découverte: la vitrine de la recherche actuelle (innovations, vie des laboratoires). Pour la Cité des sciences, il s’agit donc d’accueillir des jeunes, des scolaires et des familles; quant au Palais de la Découverte, un public averti, de professionnels. Bien sûr, l’emprise du Palais de la Découverte devrait, dans ce schéma, être revue à la baisse et se recentrer sur le Palais d’Antin tout en laissant la libre circulation est-ouest (vers la grande nef). Le hall d’honneur, dans cette redistribution des espaces, devrait être réaffecté à la grande nef, comme les accès le suggèrent.

Illustration exacte de ce que je disais plus haut ! Ras le bol de voir des incapables à la tête d'établissements prestigieux et utiles ? t'as vu le nombre de signatures d'enfants sur les banderoles de sauvegarde du palais, Dugenou ? Moi j'y suis allé encore hier avec ma petite famille et ma nièce. Elle était enchantée et se voit chimiste dans l'avenir. T'en connais, toi, des lieux comme celui-là qui donnent le goût de la science ? Elle a été particulièrement séduite par les exposés des jeunes chercheurs dans les ateliers.

Au pilori, le Bernard Gérard, c'est tout ce qu'il mérite. Au piquet avec un bonnet d'âne pour sa "riche" idée !

Il faut dire que ce même magazine Connaissance des Arts aura remporté la palme de l'idée la plus c.... de tous les temps pour relancer la science. Simple, ils  vantent d'avoir lancé le débat ces c...

Qui aura le courage de bouter le palais de la Découverte hors les murs, puisque la Cité des sciences joue très bien son rôle de vulgarisateur des recherches scientifiques ?

Serez-vous surpris, chers lecteurs, d'apprendre que Connaissance des Arts appartient au groupe LVMH depuis 2000. Et c'est qui LVMH ? C'est Bernard Arnault, grand copain et témoin de mariage de...Nicolas Sarkozy ! Faut pas chercher loin, hein ?...