Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 mai 2007

ça se gâte aux affaires étrangères...

La diplomatie de la France pourrait bien être la grande perdante des récentes élections : on savait déjà que Nicolas Sarkozy avait jugé la France arrogante, au temps de l'invasion américaine en Irak, mais il faut savoir que Bernard Kouchner, notre bon French Doctor était lui, carrément favorable à un engagement militaire en Irak. A vrai dire, il avait la naïveté de croire que le fait de renverser la dictature de Saddam Hussein était en soi une bonne chose.

J'ai de l'affection et même de l'estime pour Barnard Kouchner, mais s'il y a bien un domaine où je le crois incompétent, c'est bien les affaires étrangères. Ne pas avoir compris dès le début que jamais les Américains ne pourraient refermer la boîte de Pandore qu'ils avaient ouvert dénote une singulière absence de vue sur le Moyen-Orient.

Villepin ou Chirac étaient d'authentiques diplomates, avec une vision saine et équilibrée de la gouvernance mondiale. Un ticket Sarkozy-Kouchner, c'est l'alliance de la naïveté érigée en dogme au service de l'Atlantisme. 

Par chance, les Américains en reviennent, et les Démocrates, eux, ont bien compris qu'il fallait absolument se sortir du guêpier irakien, d'autant qu'il y a également l'Afghanistan qui s'irakise à grande vitesse.

Sur ce point, j'espère que Nicolas Sarkozy a été sincère en jugeant que la France n'avait pas vocation à demeurer là-bas. Les Américains ont attaqué l'Afghanistan des talibans pour répliquer à une attaque terroriste sur leur sol : seulement, le jour où les Français ont eu dans leur collimateur Ben Laden, un ordre venu du commandement suprême (américain en Afghanistan) leur a interdit de tirer. On comprend, dans ces conditions, que l'Amérique poursuit d'autres buts.

En somme, Kouchner est un brave type, mais il dit et fait facilement des conneries, alors...