Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La pollution parisienne pourrait devenir aussi un enjeu économique | Page d'accueil | Les Champs-Élysées, devenus un jardin, fermés à la circulation ? »

vendredi, 17 janvier 2014

Les bonnes paroles de François Hollande

J'ai fini par prendre connaissance de ce qu'avait dit François Hollande pendant sa conférence de presse. La presse titre qu'il prend un virage social-libéral. On a le sens de l'humour dans la presse française. Le gouvernement socialiste vient d'assommer la France d'impôts comme jamais encore elle ne l'a été, les effectifs de la fonction publique continuent de croître et mis à part cela, Hollande est social-libéral. Drôle au possible.

Hollande compte alléger les charges sociales des entreprises de 30 milliards d'euros. Très bien, mais il va les prendre où les 30 milliards, alors que son gouvernement ne parvient pas même à faire rentrer le déficit budgétaire de la France dans les clous ? Et puisque les charges patronales financent les cotisations familiales, qu'est-ce qui va les remplacer ? Je ne vois que la solution d'un rehaussement de la TVA (c'est en effet le plus logique) mais cela va faire perdre en pouvoir d'achat tous les foyers français. Dans tous les cas de figure, 30 milliards, c'est une paille : probablement insuffisant pour espérer générer un choc de compétitivité. 

François Hollande commence à réfléchir à une simplification administrative, songeant à fusionner d'ores et déjà quelques départements. On verra une fois que cela sera fait. Sur le sujet, mon sentiment est qu'il sera difficile d'obtenir l'assentiment de suffisamment d'élus pour mener cette réforme sans casse. La solution est de placer les élus récalcitrants devant le fait accompli en consultant les Français par référendum sur la question. Il y a des économies à la clef, à condition de ne pas répliquer les erreurs qui ont fait de l'intercommunalité un gouffre financier : on se regroupe non pour dépenser plus à plusieurs mais bien pour réduire les frais de l'existant, pas pour construire une nouvelle pyramide de Chéops.

Bayrou et Borloo ont salué un virage tout en demandant à voir avant de soutenir. Moi, j'approuverai une fois qu'il y aura quelque chose de fait, et, de préférence, pas n'importe comment.

00:01 Publié dans Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : hollande, conférence de presse | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bien vu : je n'arrête pas de tweeter les mêmes remarques, au moins ce soir suite à #DPDA

Écrit par : Colette Simon | vendredi, 17 janvier 2014

" Je ne vois que la solution d'un rehaussement de la TVA (c'est en effet le plus logique) mais cela va faire perdre en pouvoir d'achat tous les foyers français."

Assez d'accord, une TVA dite sociale, le déplacement d'hier a été très instructif ;) et semble accréditer cette supposition. Il devrait sous peu y avoir annonce quand à un nouvel étiquetage de certaines denrées. Il sera certainement présenté comme visant à une meilleure information des consommateurs et une éventuelle baisse des couts^^^.
Bonne journée l'héré

Écrit par : Martine | vendredi, 17 janvier 2014

@ l'hérétique :

Il aura beau fusionner tout ce qu'il veut l'effectif de la fonction publique restera le même. Il devra compliquer d'un côté ce qu'il a simplifié de l'autre juste pour occuper les myriades de fonctionnaires désœuvrer.

Écrit par : skunker | vendredi, 17 janvier 2014

Quelle belle idée de s'attaquer à la réforme territoriale.....et ainsi donner plus de pouvoir aux régions...

La décentralisation est une vielle idée à laquelle tous les présidents de la Vème république se sont cassés les dents...Même de Gaulle...

de Gaulle a eu le sénat contre lui, puis le peuple français par référendum...Tonton et Chichi, idem...le sénat a toujours été opposé à un développement de la décentralisation car il considère que tout ce qui concerne les territoires c'est son domaine... c'est une façon de garder une certaine influence...

Les "petits" élus ont sanctionné le gouvernement précédent car ils étaient opposés à la "bonne" réforme que SARKO leurs avait imposée...d'ou le sénat qui devait passer à gauche en 2014 est en fait passer a gauche dès 2011.....

La seule façon façon de passer en force contre les barons locaux et régionaux est de jouer sur le financement des régions et des collectivités locales...ces dernières en effet ne peuvent plus pour vivre jouer sur l'endettement et l'augmentation des impôts...la crise pour faire passer cette bonne réforme aura peut-être du moins sur ce sujet un bon effet.....

Écrit par : Europium | vendredi, 17 janvier 2014

Écrire un commentaire