Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Quel va être l'usage de la BPI ? | Page d'accueil | Au-delà de Paris, les bobos n'existent pas »

mardi, 23 avril 2013

Obsolescence programmée

Au cours de la campagne présidentielle, François Bayrou avait proposé de porter de deux à cinq ans la garantie légale des produits. Cette proposition figure désormais dans le programme du MoDem.

Nous ne pouvons donc observer qu'avec intérêt le projet de loi que Jean-Vincent Placé vient de déposer au Sénat puisqu'elle reprend l'une de nos idées.

Allonger la durée de vie des produits, c'est dans le principe une bonne idée, mais l'Enfer s'avérant souvent pavé de bonnes intentions, il faut éviter de devoir choisir entre la durabilité des produits et la croissance.

La volonté de Placé de demander aux industriels de garantir pendant dix années la production de pièces détachées me paraît aller dans le bon sens. A vrai dire, si les distributeurs prenaient seulement la peine de faire pression en ce sens sur les producteurs, nul doute qu'il n'y aurait pas nécessité d'exprimer une telle demande par la loi.

Il ne suffit pas d'ordonner aux industriels de construire des machines prévues pour durer 30 ans comme le voulait Éva Joly pendant les présidentielles car pour que l'industrie prospère il faut lui laisser des perspectives d'activité.

Il faudrait arriver à un système qui permette aux industries de faire leurs marges les plus importantes non sur les produits mais sur les pièces détachées et sur tous les effets utiles associés aux biens.

J'observe en passant que l'internet et le secteur informatique, bien qu'immatériel, se sont construits sur un modèle de développement similaire à celui de notre société hyper-consumériste : utiliser toujours plus de ressources (mémoire vive, processeurs, disques durs...) pour faire tourner les ordinateurs.

Il faudrait donc aussi, dans l'obsolescence, prendre en compte les systèmes d'exploitation ou les mises à jour qui contraignent à abandonner tel ou tel logiciel...

Ce phénomène est à mettre en relation avec le coût d'une réparation : entre déplacement et intervention, un appareil n'est plus rentable en trois pannes à peine. Des sites essaient de mutualiser les savoir-faire afin de permettre au citoyen ordinaire de réparer ses appareils cassés, je pense à reparer.com, mais je crois qu'il ne faut pas se leurrer : le citoyen ordinaire ne muera pas en électronicien high-tech du jour au lendemain.

Les débats au Sénat promettent d'être passionnants. J'ai pour ma part toujours un scrupule à vouloir légiférer dans une sphère qui devrait demeurer contractuelle entre entrepreneurs et consommateurs, mais en même temps, quand les producteurs imposent un modèle d'échange, on frise l'entente illicite, autrement dit l'abus de pouvoir. Or, ce que j'attends de la loi, c'est de limiter les abus de pouvoir à défaut de parvenir à totalement les éliminer.

23:30 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : obsolescence |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.