« le Pussy au Cola de Lana va faire des ravages... | Page d'accueil | Le Hollandais Volant »

jeudi, 15 novembre 2012

Annulation de la dette de la Grèce ?

Par le passé, l'Europe a annulé l'essentiel de la dette de plusieurs pays du Tiers-Monde.

Je commence à sérieusement me demander s'il ne faut pas envisager quelque chose de ce genre pour les Grecs. Plus ils essaient de surnager, plus ils s'enfoncent. Leur politque d'austérité génère des baisses de croissance très fortes et donc des recettes de moins en moins importantes.

Ils sont dans un tel cercle vicieux que leur dette publique paraît autant hors de contrôle qu'un réacteur de Fukushima.

23:59 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bah, p'tre une soluce, "on" annule MAIS dans la foulée "on" les éjecte hors de la zone euro et de l'UE. ;o)))

Écrit par : Martine | vendredi, 16 novembre 2012

@ l'hérétique : c'est une évidence de bon sens depuis 2009, mais le bon sens rompt difficilement le cercle moutonnier des médias. Donc, bravo !

Et puis, ce n'est pas si hérétique : même le FMI l'a écrit noir sur blanc : http://demsf.free.fr/index.php?post/2012/09/19/Conseils-Europeens-FMI

Écrit par : FrédéricLN | vendredi, 16 novembre 2012

Ce serait une excellente idée qui placerait la Grèce au tout premier rang des nations à l'économie la plus saine. Elle pourrait recommencer à emprunter.

Écrit par : Pangloss | vendredi, 16 novembre 2012

@ pangloss : oui, auprès de qui voudra lui prêter. C'était la remarque de Roberto Lavagna, très optimiste là-dessus : http://www.les-crises.fr/interview-roberto-lavagna/

Écrit par : FrédéricLN | vendredi, 16 novembre 2012

@Pangloss
Riche idée mais je doute qu'elle trouve des prêteurs. Non, ce qui m'embête plus c'est de déterminer qui va (et surtout qui peut) payer pour la Grèce...
@Fred
J'ai lu Alagna. Problème : la Grèce ne peut pas dévaluer.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 17 novembre 2012

Il me semble aussi qu'un certain nombre de banques doivent détenir de la dette grecque. Annuler cette dette reviendrait à leur demander de s'asseoir dessus. Quelles conséquences cela aurait-il pour elles, et pour leurs clients ?

Et puis, fâcheux précédent pour l'Espagne...

Écrit par : Ch. Romain | samedi, 17 novembre 2012

@Christian
C'est en effet un vrai problème. Il faudrait à nouveau refinancer les banques et pas les temps qui courent...
Création monétaire ?

Écrit par : l'hérétique | samedi, 17 novembre 2012

Ben, en fait, annuler la dette grecque et refinancer les banques qui la détenaient à hauteur de leurs pertes, ça revient à payer la dette grecque à la place de la Grèce, non ?

Écrit par : Ch. Romain | dimanche, 18 novembre 2012

@Christian
Très juste et je crois que nous n'en avons pas les moyens en plus...

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 18 novembre 2012

Rassurez-vous, nous n'annulerons rien : le principe d'une dette "souveraine" (d'Etat) c'est que l'Etat peut l'annuler souverainement, par une loi (de finances, par exemple), ce qu'aucun autre emprunteur ne peut faire.

Donc, c'est la Grèce qui annulera ; et tant pis pour les prêteurs.

Bon, en pratique, elle finasse : rachète sa dette au tiers du prix, emprunte à un taux de 1% aux autres Etats (qui prêtent donc à perte), etc. C'est la même chose, en plus policé.

Écrit par : FrédéricLN | vendredi, 14 décembre 2012

Écrire un commentaire