Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Bizutage, il faut massacrer les bizuteurs | Page d'accueil | Une fraise à l'arôme de l'ananas ?! »

mercredi, 29 septembre 2010

Ryanair, ne pas céder !

J'ai lu dans Le Figaro que Ryanair menaçait de fermer son terminal à Marseille, parce qu'il veut pouvoir appliquer un droit du travail irlandais et non français sur notre sol.

Si jamais, nous Français, cédons sur notre droit du travail, nous sommes morts. Cela signifie que demain, ce sera le droit du travail kazakh ou ouzbekh qu'on voudra nous appliquer.

J'ai à ce sujet quelques remarques : l'autre compagnie low-cost, Easy-Jet a essayé la même chose mais a finalement abdiqué  et s'est pliée à la législation française. Comparez les prix des deux, Easy-jet n'est pas plus chère que Ryanair, en revanche, elle est bien plus fiable.

Le site Securvol donne des informations sur la fiabilité des compagnies aériennes. Le croirez-vous ? Alors qu'Easyjet est en catégorie A (on ne peut pas faire mieux), tiens tiens, Ryanair est en catégorie C (personnellement, je ne mets pas les pieds dans les compagnies classées catégorie C et en-dessous).

Sorte de grande muette de l'aviation, Ryanair se garde bien de répondre aux questions embarrassantes, et pas seulement dans le domaine des pratiques sociales, mais aussi de la sécurité. Or, des incidents se sont multipliés en 2005 et 2006 sans que jamais Ryanair ne prenne la peine de donner des éléments d'explications sur ces derniers. Oh, remarquez, les atterrissages dangereux, on peut avoir quelques éléments, avec les périodes de rotation de 25 minutes seulement pour un même pilote...Si ça, c'est irlandais, vous imaginez ce que cela donne en droit kazakh, ouzbekh ou kirgizh ?

Oui, parce que qui dit doit du travail kazakh finit par dire normes de sécurité kazakhes, tôt ou tard. Ben tiens, ça alors, toutes les compagnies kazakhe sont en catégorie E, c'est à dire interdites ou à interdire dans le ciel européen, genre catégorie cercueils volants, vous voyez...

Commentaires

Joli billet.

Écrit par : Martine | mercredi, 29 septembre 2010

ce qui veut dire que tu ne prends jamais Air France non plus ?

Écrit par : Le Parisien Liberal | mercredi, 29 septembre 2010

ce qui veut dire que tu ne prends jamais Air France non plus ?

Écrit par : Le Parisien Liberal | mercredi, 29 septembre 2010

Très bien, à diffuser.

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 29 septembre 2010

@Parisien Libéral
exactement. Pareil. Catégorie C, c'est niet pour moi.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 29 septembre 2010

@Parisien Libéral
d'autant qu'Air France sous-traite des parcours à d'autres compagnies sans en aviser ses clients, ce que je trouve détestable.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 29 septembre 2010

Du grand n'importe quoi !! SECURVOL est déjà aussi fiable que le BEA. C'est tout dire. Les classifications établies par cet organisme sont si fluctuantes et tendancieuses qu'elles ne peuvent pas être considérées comme indicatives. D'autre part, EASYJET ne dessert par les mêmes destinations que RYANAIR, loin s'en faut. Les personnels naviguants de RYANAIR sont toujours sympathiques, ce qui révèle aussi l'état d'esprit dans lequel uils travaillent. Par ailleurs, le droit du travail en France a tué l'emploi ! On s'auto détruit si bien nous-mêmes, qu'il est inutile de vouloir se protéger de pseudo attaques extra muros. Côté "sécurité", la flotte de RYANAIR est autrement plus récente que celle d'EASYJET.

Écrit par : Bougainville | mercredi, 29 septembre 2010

Si cela est autorisé par l'UE, pourquoi pas ?

Écrit par : SV | mercredi, 29 septembre 2010

@Bougainville

Je ne me prononce pas sur le n'importe quoi de SECURVOL ou le BEA, les organismes de classifications étant, quels que soient les domaines, rarement indépendants de ceux qu'ils classifient, les biais existeront probablement toujours.

Par contre... N'IMPORTE QUOI ! Ce n'est pas le droit du travail en France qui a tué l'emploi : c'est plutôt l'ouverture irréfléchie à la concurrence d'un pays comme le nôtre, qui possède (possédait ? ça part vraiment en vrille depuis 20/25 ans) un haut niveau de protection sociale, totalement compatible avec sa productivité, mais difficilement tenable à partir du moment où le seul curseur qui mène l'économie est le coût de la main-d'oeuvre.
Il ne faut surtout pas se tromper de focus : ce qui tue l'économie française, ce n'est pas sa législation, c'est le fait d'avoir accepté, un jour, au détour de traités, de dire oui à la concurrence "libre et non-faussée".

Écrit par : Dallas | mercredi, 29 septembre 2010

@l'hérétique

PS : désolé pour ce post qui n'est pas directement axé sur le sujet, quoique ton sujet illustre bien mon propos.

Amicalement

Écrit par : Dallas | mercredi, 29 septembre 2010

Tout cela n'est possible uniquement que parce que des gens comme vous l'Hérétique l'ont permis via leurs idéologies néolibérale.

Le coupable n'est donc pas vraiment Ryanair, mais vous les gens de l'UMP, PS, MODEM !

Écrit par : Gaulliste | mercredi, 29 septembre 2010

@ Dallas
Merci d'avoir donné suite à mon intervention. Ceci dit, il est toujours utile d'émettre des réserves quant aux décisions prises par des bandits. Surtout lorsqu'elles relèvent d'une forme subtile mais perverse de désinformation. Ceci dit, ça peut être contrariant voire vexant, mais je réitère que c'est le Droit du travail en France et l'hypocrisie colossale des syndicats entre autres - qui ont signé depuis longtemps n'importe quoi avec patronat et gouvernements successifs - qui ont amené la France à la situation détériorée et navrante, tous azimuts d'ailleurs, que nous connaissons aujourd'hui. Oui, vous avez raison de dire que ça part en vrille depuis 25 ans. En fait depuis 40 ans, avec une accélération ces 25 dernières années. Gauche/Droite confondues, nous ont amenés droit dans le gouffre. Le malheur, DALLAS, c'est que ceux qui descendent dans la rue, glousser ce que les acteurs de la farce ont préparé tout spécialement pour eux, ne sont certainement pas les plus concernés par le travail ou la précarité. Pauvre peuple ! Quand il aura compris qu'il s'est bien fait berner par les persifleurs de la désinformation et/ou propagande, ça risque de faire mal, et personne ne les arrêtera alors. Le Pouvoir le sait fort bien, et maintient "le couvercle sur la marmite". Ne vous y trompez pas, ils ne sont pas débiles.

Écrit par : Bougainville | mercredi, 29 septembre 2010

cela dit, on importe le (non) droit social chinois, vietnamien ou autre en permanence quand on achete du textile chez Carrefour, des oranges ou des fraises espagnoles en plein hiver ou des Dacia Logan made in Roumanie.
Il faut que les francais soient coherents : le haut niveau de protection sociale va avec le high fare, et vice et versa pour le low cost. On a rien sans rien.
Denoncer Ryanair c'est bien, mais quid de Transavia (groupe Air France) ou Cityjet ?

Les gens comme Ryanair ou Easyjet ont permis a des millions de gens d'acceder à un bien qui il y a encore peu, etait un marqueur de la ultra haute bourgeoisie.

Écrit par : Le Parisien Liberal | mercredi, 29 septembre 2010

@Bougainville,
Vos interventions sont très intéressantes... je m'interroge tout de meme sur les raisons qui vous poussent à "hurler" ainsi...? Peut-etre un atavisme du à votre pseudo?

Écrit par : Martine | mercredi, 29 septembre 2010

@ Le Parisien Libéral

Oui vous avez raison concernant l'accès aérien que RYANAIR entre autres, a ouvert à des millions de passagers. Bien évidemment, il ne faut pas se leurrer, il y a aussi des compagnies poubelles qui font voyager leurs passagers dans des cercueils pas chers, avec la bénédiction des autorités françaises ! Ce que RYANAIR n'est certainement pas. En France, nous avons des "gouvernants" voire des "gouverneurs" qui vendent le savoir-faire et la patrimoine français aux plus offrants. Et tous les continents sont acheteurs ! Pas seulement la Chine.

Écrit par : Bougainville | mercredi, 29 septembre 2010

@ Martine

"je m'interroge tout de meme sur les raisons qui vous poussent à "hurler" ainsi...? Peut-etre un atavisme du à votre pseudo?"

Auriez-vous le son et l'image ? Donnez-moi votre "truc", les deux me manquent pour pouvoir porter une jugement aussi affligeant.

Écrit par : Bougainville | mercredi, 29 septembre 2010

@Parisien Libéral,
Bah va falloir enqueter...
Auprès des registres de naissance ;))
Remonter le temps.

Écrit par : Martine | mercredi, 29 septembre 2010

@Bougainville,
Votre style mon cher, votre style ^^^

Écrit par : Martine | mercredi, 29 septembre 2010

Voilà un style dans lequel vous semblez vous complaire :"la suffisance"...ou alors "un côté devin affirmé". "Voyante" peut-être ? Bof...
Trêve de plaisanterie, auriez-vous accès au registre de naissances dans toute l'Europe ? Ou alors avez-vous une machine à remonter le temps ?
Merci de combler mon ignorant atavisme.

Écrit par : Bougainville | mercredi, 29 septembre 2010

Dslée,
Pas vocation à jouer les "nounous" de plus pas l'heure de la tétée! :DDD
http://www.youtube.com/watch?v=4xgs5whfXco

Écrit par : Martine | mercredi, 29 septembre 2010

J'adhère parfaitement au fond du billet et à la nécessité de ne rien céder quant à l'application de notre droit du travail.

Par contre, je suis surpris que vous profitiez de ce sujet essentiel pour, au passage, casser allègrement du sucre sur le dos de Ryanair...

Les classements ne manquent pas de se contredire. Celui auquel vous faites allusion se fonde sur des incidents en 2006, qui ont donné lieu dès l'année suivante à la mise en place de nouvelles méthodes de travail.

Si la sécurité est essentielle, la ponctualité, le transport des bagages et l'amabilité du personnel de bord sont aussi à prendre en compte... Bref il y a de quoi approfondir sacrément le sujet...

Enfin, concernant les périodes de rotation de 25 min : il ne s'agit pas du temps de pause laissé à un même pilote qui repart aussitôt, mais du temps pour effectuer le changement d'équipe à bord : c'est-à-dire justement remplacer les stewards, hôtesses et pilotes.

Écrit par : Matthieu | jeudi, 30 septembre 2010

"Enfin, concernant les périodes de rotation de 25 min : il ne s'agit pas du temps de pause laissé à un même pilote qui repart aussitôt, mais du temps pour effectuer le changement d'équipe à bord : c'est-à-dire justement remplacer les stewards, hôtesses et pilotes"
Tsss...Vaut mieux lire ca qu'etre aveugle, je suppose...pfiou vais me promener ailleurs.

Écrit par : Martine | jeudi, 30 septembre 2010

Eh bien voilà la traduction d'une méconnaissance évidente du système pratiqué, entre autres, par RYANAIR. Les 25 min de période de rotation
concerne le temps de pause laissé au même pilote, pour le "refueling" et l'embarquement des passagers, dans la mesure où les équipages font souvent plusieurs rotations dans la même journée. Dans ce cas de figure précis, il n'y a pas de changement d'équipage. Sinon les délais sont plus importants. Il est cependant vrai que les équipages RYANAIR effectuent plus d'heures que ceux d'AIR FRANCE par exemple.
Mais bon, le coup des 35 heures a surtout plombé lourdement le montant et l'évolution des paies des salariés qui sont effectivement tenus aux 35 heures, car ils sont très nombreux en France à en faire moins...payés 35 heures tout de même.

Écrit par : Bougainville | jeudi, 30 septembre 2010

@ Matthieu

Notre Droit du Travail doit être revu de fond en comble. Il est poussiéreux, obsolète et préjudiciable à la marche du siècle. Je ne dis pas qu'il doit céder systématiquement les mesures bénéfiques aux salariés, mais il est urgent de l'adapter aux contraintes d'aujourd'hui, qui ne sont certainement pas celles d'hier.

D'autre part, il y a tant d'articles repris dans ce code (parmi d'autres) qui sont inexploitables, pour de multiples raisons.
Et quand bien même....le patronat fait comme il l'entend, au nez et à la barbe des syndicats et de leurs représentants qu'il roule dans la farine.
Quoique, on peut s'interroger sur les causes et conséquences d'une certaine passivité des partenaires sociaux.

Écrit par : Bougainville | jeudi, 30 septembre 2010

@Bougainville,
Bien, mais incomplet^^^ :)

Écrit par : Martine | jeudi, 30 septembre 2010

25mn pour:
Débarquement
Refuelling / débarquer embarquer les bagages
Interventions hotelières
Ménage
Vérifications techniques
Vérifications sureté
Préparation du vol suivant
Embarquement

Écrit par : Martine | jeudi, 30 septembre 2010

Il ne s'agit pas dans cette affaire de défendre telle ou telle compagnie plutot qu'une autre, mais de la stricte application du droit mais aussi par extension des conditions de travail et de la protection sociale.
Il est bien évident qu'un toucher en 25mn étant donné la lourdeur de la charge de travail est surréaliste cela engendrera des retards et par extension une recherche de temps perdu qui peut se traduire par des "raccourcis", voyez?
Bonne journée à vous

Écrit par : Martine | jeudi, 30 septembre 2010

Que nenni ! C'est tout à fait réalisable, encore faut-il adapter équipes et cadences.
Je suis bien placé que pour le savoir.

Vous avez raison, il ne s'agit pas de défendre une Cie, ce qui serait absurde d'ailleurs, mais de faire un parallèle entre les fonctionnements des Cies. On peut ainsi constater que certaines y arrivent tout à fait honorablement, alors qu'en France cela reste insolvable.

...ce qui nous amène à considérer "la stricte application du Droit", pour vous citer.

Je réitère qu'en France on va continuer à vivre, et à mourir surtout, dans nos structures archaïques parce qu'il n'y a pas de volonté de s'en sortir à cause d'une absence de prise de conscience. J'ai l'occasion de beaucoup voyager et d'observer aussi, pendant les escales, comment ça se passe chez les autres.

Dommage pour les quinquas, les enfants et les jeunes. Quel gâchis !

Écrit par : Bougainville | jeudi, 30 septembre 2010

"J'ai l'occasion de beaucoup voyager et d'observer aussi, pendant les escales, comment ça se passe chez les autres"
Un point que nous avons en commun, mais peut-etre n'en apprenons-nous pas la meme chose, observer c'est bien, parler peut etre aussi utile^^^

Écrit par : Martine | jeudi, 30 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.