Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Demander à Corinne Lepage de démissionner de son mandat est une erreur, mais... | Page d'accueil | Jean Lassalle, le rat des villes et le rat des champs... »

mercredi, 17 mars 2010

Ça chauffe en Iran !!!

Ça chauffe en Iran, j'imagine, aujourd'hui , au propre comme au figuré : selon Delphine Minoui du Figaro, experte des choses orientales, on continue en Iran, à pratiquer allègrement un rite païen (plus pudiquement, chez les Musulmans, on dit "pré-islamique") d'adoration du feu.

Le Chahar Shanbe Soori (littéralement, Mercredi Rouge) est un rituel qui consiste à bondir par dessus des feux pour fêter la nouvelle année (qui commence à l'équinoxe du printemps, approximativement, en Iran). On récite alors une formule rituelle dans laquelle on donne la couleur jaune au feu, c'est à dire les maux, et l'on prend son rouge, c'est à dire les biens. La fête est célébrée indifféremment par toutes les religions, y compris minoritaires, et ne comporte pas de signification religieuse.

Il y a un côté Halloween perse, ou au moins carnavalesque, dans cette fête, puisque dans la nuit du mardi au Mercredi Rouge, les Iraniens se déguisent et portent des tchadors, puis frappent de porte en porte pour proposer un mélange de noix et de mûres. D'ailleurs, à l'origine, c'était la fête des Âmes qu'on célébrait ainsi en Perse : anges-gardien et esprits des morts se donnaient rendez-vous pour un concile parmi les vivants.

L'opposition compte bien exploiter cette fête très populaire pour contester le pouvoir, or, comme ce dernier a la trouille, Khamenei a déclaré non-conforme à l'Islam cette pratique. Bien vu, il est assuré de se mettre à dos la population puisque cette fête est très populaire, particulièrement au sein de la jeunesse.

D'après les Iraniens, il paraît que la période est propice aux pratiques divinatoires de toute sorte ; moi, je peux en faire une au régime en place : vu l'ampleur de la contestation en Iran, ses jours sont comptés.

Je me suis posé à vrai dire une question : diseur de bonne aventure se dit falgir, en perse ; je me demande si c'est la même étymologie que fakir en sanscrit. C'est juste une remarque en passant, je ne suis pas qualifié en linguistique pour pouvoir valider ou invalider cette hypothèse.

 

 

 

 

23:55 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : iran, fête du feu |  Facebook | | |

Commentaires

Je ne sais trop mais probable, il y a une communauté Parsi importante à Bombay. :)

Écrit par : Martine | jeudi, 18 mars 2010

@Martine
hop, une petite lettre en sanscrit pour leur poser la question :-)

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 18 mars 2010

Bah, si vous le maitrisez...
A défaut, l'option anglais fonctionnera je pense et pour "l'élite" vous avez aussi l'option chinois, certes il faut le maitriser.

Écrit par : Martine | jeudi, 18 mars 2010

Bonjour,

"vu l'ampleur de la contestation en Iran, ses jours sont comptés"

si l'on compte en années... en longues années... peut-être... mais si l'on compte en mois... j'en doute fort (à mon humble avis, l'évolution sera lente et progressive et n'arrivera pas d'un seul coup, par une "révolution des oeillets"...)
m'enfin,

Écrit par : snoop | jeudi, 18 mars 2010

Les commentaires sont fermés.