Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La fiscalité entre les principes et l'efficacité | Page d'accueil | Entre Versac et Meilcour »

jeudi, 07 janvier 2010

Philippe Séguin n'est plus

Sale coup pour le gaullisme social : Philippe Séguin n'est plus. Un sacré personnage. Ça m'a fait un choc. Je me suis replongé dans mes jeunes années, au temps où le courant des Rénovateurs cherchait de l'air au sein du RPR. Séguin, Noir, Carignon : aimablement, certains au RPR, à l'époque, comme le notait joyeusement le Canard Enchaîné, les avaient appelés, le Gros con, le Grand con et le Petit con, par colère envers leur iniative. Moi, j'ai vraiment commencé à m'intéresser à la politique à cette époque-là ; j'avais suivi leur iniatitive avec le plus grand intérêt.  Philippe Séguin, c'était l'un de ces personnages qui donnent un sens à la politique, l'un de de ceux aussi qui en constituent le socle le plus noble, parce qu'ils en représentent ce qu'elle porte de plus éthique. C'est un homme dont j'ai rarement parlé ici, mais que j'aimais bien et en qui j'avais confiance. Une grande perte pour la classe politique française et pour la France.

Commentaires

Oui d'accord avec toi. Je pense qu'il était assez sincère, et probablement plus honnête que beaucoup sur ses convictions.

Écrit par : LOmiG | jeudi, 07 janvier 2010

Tout à fait d'accord avec ce délicat hommage, rendu à un homme d'État comme ils se font de plus en plus rares aujourd'hui. S'il est possible, en pareille circonstance de faire un jeu de mots, la "chèvre" qui survit à son maître a du soucis à se faire. Le rouleau compresseur partisan semble bien décidé à ne pas permettre le moindre écart et à des hommes de la trempe de celui là. C'est l'apanage des temps modernes que de ne point laisser faire les "vieux" virtuoses en politique comme ailleurs. Pour exemple, l'on voudrait supprimer le Sénat et tous les sages, par trop gênants de tous ces courtiers politicards. Ces jeunes loups de la réalpolitique qui n'ont de réelles occupations, de buts inavoués que d'asservir l'État et le peuple à leurs propres intérêts. Où point de conviction ne peut-être supérieur à l'appareil et à son fonctionnement. Point d'homme à la bonne marche du système. Saluons Philippe Séguin pour ses défauts qui faisaient la grandeur et la stature de l'individu intrinsèque. Saluons son caractère qui le différenciait de tous les autres. Ses prises de position et son engagement qui le subjuguaient, grandissant ce qu'il représentait. Donnait sa grandeur à la France ; à la représentation même dont tout peuple a besoin. Xavier Moreau

Écrit par : Amexour | jeudi, 07 janvier 2010

Bel et juste hommage !
Philippe Seguin était un homme d'Etat de caractère et libre. Outre sa tentative de rénover le RPR, je retiendrai l'élan qu'il a donné à la Cour des Comptes et le poids qu'il a apporté à ses rapports et études.
Il n'avait pas la langue dans sa poche et n'hésitait pas à tirer haut et fort les conclusions des rapports quelques fois très sévères sur certains aspects de la politique des Pouvoirs publics. Je m’en suis fais l’écho plusieurs fois.
Espérons que son remplaçant aura également la personnalité, le courage et l’indépendance d'esprit nécessaire pour compenser le caractère non contraignant des rapports de la Cour.

Écrit par : Nicolas007bis | jeudi, 07 janvier 2010

Bye Bye Mr Seguin, on vous aimait bien !


Que laisserez-vous de plus marquant dans nos mémoires ?

Hommage sous forme de sondage original vu sur Pnyx:

http://www.pnyx.com/fr_fr/poll/486

associant les événements de sa carrière politique à ses traits de caractère: son gaullisme social et populaire, son opposition au Traité de Maastricht, son soutien à Chirac contre Balladur et Sarkozy, mais aussi sa barbe à la gainsbarre, ses clopes, ses coups de gueule, sa voix de baryton, etc

Qu'est-ce qui, de ces "grandes et petites choses", restera gravé, pour chacun d'entre nous ?

Écrit par : OrangeOrange | jeudi, 07 janvier 2010

Son intégrité était une exeception. Tchao !!!

Écrit par : seug8520 | vendredi, 08 janvier 2010

POuis-je vous proposer mon propre article sur M. Seguin ?

Dans ce cas, le voici:
http://lamauragne.blog.lemonde.fr/2010/01/07/adieu-monsieur-seguin/

Bien cordialement,

jf.

Écrit par : Jacques | dimanche, 10 janvier 2010

Les commentaires sont fermés.