Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« la BNP a bien raison de payer largement ses traders | Page d'accueil | Delanoë, Marie,le cimetière et les fleurs »

dimanche, 23 août 2009

Pas convaincu par DSK

Tiens, il paraît que DSK est très populaire, actuellement, au sein de l'électorat MoDem. Pas ici, en tout cas. Je pourrais avoir du mal à donner mon suffrage à DSK, même contre Sarkozy. Et pourtant, je corresponds très exactement à l'un de ses électeurs potentiels. Son programme économique (théorique) est proche  de mes propres options économiques, au moins en apparence, en tout cas.

Non, ce qui cloche à mes yeux, c'est son attitude vis-à-vis des femmes. Je ne vois pas un président de la République égratigner la dignité de la fonction par des comportements obsessionnels. Il n'y a qu'à voir Berlusconi en Italie. A la place des Italiens, j'aurais honte pour mon pays.

Il y a autre chose que tout le monde à droite et au centre semble avoir complètement oublié : les 35 heures, à l'origine, ce n'était pas une idée de Martine Aubry mais de DSK. Elle était même contre. Elle a finalement endossé la réforme et l'a incarnée, mais c'est bien DSK qui a repris et déformé l'idée originale de de Robien.

Il est aussi à l'origine des emplois-jeunes (complètement bidons) qui n'ont abouti à rien si ce n'est des emplois publics supplémentaires. Il a durci l'impôt sur l'ISF tout en multipliant les niches fiscales, c'est à dire exactement l'inverse de ce qu'il fallait faire. Et en ce qui concerne la dette de la France, il n'a absolument rien fait.*

On en fait souvent un économiste hors pair, mais je crois que le bilan est bien plus contrasté que les éloges flatteurs auxquels il a droit généralement. Je ne parle pas non plus des privatisations idiotes comme celle des autoroutes au moment où elles commençaient à rapporter (bêtise parachevée par Villepin au grand dam de Bayrou par la suite...)

Je ne parle pas de ses convictions dans le domaine éducatif qui ne sont que du blairisme déguisé : pseudo concurrence au sein du public conduisant à avaliser le pédagogisme bien-pensant mâtiné de bonne gestion et de "modernité"...

Bon, vous l'avez compris, moi, je n'aime pas DSK...

10:38 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : dsk, femmes, économie |  Facebook | | |

Commentaires

Comme je le disait chez Nemo : les absents ont toujours tort, sauf en politique

Écrit par : vincent15 | dimanche, 23 août 2009

Mais on s'en fiche de son comportement sexuel dès lors qu'il reste discret ! On ne va tout de même pas s'américaniser !

Écrit par : Nemo | dimanche, 23 août 2009

@ Némo
Oui,on s'en fiche dès lors qu'il n'use pas de ses prérogatives pour obtenir des faveurs. Je n'ai pas oublié les articles des journaux américains en ce sens.

@ Vincent
oui, c'est étrange...

Écrit par : L'hérétique | dimanche, 23 août 2009

Le côté sexuel, je m'en moque, mais concernant les mesures qu'il a mise en place lorsqu'il était à Bercy, je te rejoins. Finalement sa démission du ministère de l'Economie et des Finances pour cause de mise en examen (et un non lieu sera prononcé), nous a peut être évité d'autres mesures irrémédiables...

Écrit par : Michel Hinard | dimanche, 23 août 2009

Salut Michel

Oui, ce n'est absolument pas l'économiste de talent que l'on présente habituellement.
Une de ses anciennes élèves à l'IEP dit que ses cours n'étaient pas approfondis. Pas étonnant qu'il ait dit un jour que le métier de prof était l'un des moins pénibles...

Écrit par : L'hérétique | dimanche, 23 août 2009

On voit que tu es un fidèle lecteur de Marianne.

DSK est ambivalent. Excellent économiste, mais qui n'a pas hésité à prendre la direction du FMI et la confortable rémunération qui va avec, officiellement pour se donner une stature d'homme d'État et emmagasiner de l'expérience.

Officieusement pour se mettre à l'écart des querelles de parti et redorer ses finances.

Si j'apprécie de manière générale le ministre qu'il a été, sa présence au FMI et la politique qu'il applique à la tête de cette institution me dérange profondément.

Écrit par : Orange pressé | dimanche, 23 août 2009

moi non plus j'aime pas DSK ! mais il a cet avantage d'être capable de faire basculer l'électorat. Je connais beaucoup de gens de droite qui étaient près à voter PS s'il s'était présenté aux présidentielles ...

Écrit par : Mirabelle | dimanche, 23 août 2009

+1

ras-le-bol du bruit médiatique en sa faveur (ça me donne presque envie de voir ce qu'ils racontent dans Marianne)

Écrit par : florent | dimanche, 23 août 2009

Moi je suis mi-chèvre mi-chou vis-à-vis de lui. Face à Sarko, je pourrais me laisser tenter...
La ligne qu'il incarne au PS est intéressante et en tout cas le "mieux disante" dans le contexte actuel.
Sur ces idées et sa politique d'il y a dix ans, tu as raison, mais tu oublies le principal. Le talent qu'il a eu pour mener tout cela avec crédibilité et le retour de la confiance. DSK a été pour bcp dans la dream team de Jospin qui a su sortir la France du marasme psychologique de Juppé.
Et en économie, le moral et la confiance c'est essentiel.
Après ce qui me gène, ce ne sont pas ses galipettes. A ce sujet, pour avoir connu l'une de ses conquêtes (pas aussi bien que lui malheureusement), c'est bien le pouvoir de séduction qui prime et non le népotisme. Je ne crois pas qu'il soit un véritable adepte de la promo canapé.
Non, ce qui me gène, c'est bien plus l'affaire de la MNEF. Même s'il s'en est sorti, le simple fait qu'il ait été mêlé à cette mutuelle-tiroir-caisse démontre qu'il n'a certainement pas la probité que j'estime nécessaire pour exercer les plus hautes fonctions.

Écrit par : Bob | dimanche, 23 août 2009

Dommage ! on a failli être d'accord... moi non plus je n'aime pas DSK... (voir ici, notamment : http://gauchedecombat.wordpress.com/2009/08/23/sentences-et-maximes-de-robert-dupont-gauchiste-primaire/)


Mais tes arguments volent tellement haut (c'est à dire en dessous de la ceinture) que je ne m'y rangerai pas.

pour les emplois jeunes, je vois que tu n'as pas été de ceux qui en ont bénéficié sinon tu aurais été bien content qu'on te tire du chômage pendant cinq ans. Quant au blairisme de DSK, par contre, tout à fait d'accord.

Écrit par : gauchedecombat | dimanche, 23 août 2009

@ gauchedecombat sur les emplois-jeunes : en voilà un argument clientéliste, ou je ne m'y connais pas !

Il ne me semble pas nécessaire d'être "de ceux qui ont bénéficié" d'une mesure donnée pour avoir un avis sur elle, y compris sur son coût.

Le système des emplois-jeunes a été aberrant (disons plus net : scandaleux) à plein de points de vue :

* Emplois prétendument expérimentaux, normalement des emplois de service, ouverts pour 5 ans. Dans quel monde a-t-on besoin de 5 ans pour valider la pertinence d'un emploi dans les services ? La seule justification qu'on pouvait trouver à cette durée était de refiler le bébé ... au gouvernement suivant, plutôt que de devoir faire le bilan avant les législatives.

* Emplois subventionnés à 80% du SMIC (c'est-à-dire en pratique 80% du coût salarial, car ces e-j étaient généralement payés au SMIC) : quand l'employeur réel n'a que 20% d'un SMIC à payer, il n'est pratiquement pas incité à rendre le poste utile et efficace. La relation employeur/salarié étaient dénaturée. Beaucoup de jeunes sur ces postes ont été très sous-employés.

* Emplois prétendument destinés aux jeunes les plus "éloignés de l'emploi", en fait pourvus en majorité par des diplômés, qu'on a donc écartés, souvent pour 5 ans, du monde de l'emploi productif (privé ou public).

La seule vertu que je trouverais à la politique d'emplois aidés de ce gouvernement, c'est que, malgré la publicité sur les emplois-jeunes, le nombre d'emplois aidés a en réalité continué à décroître (il y a eu autour de 200000 emplois-jeunes dans les faits, il y avait eu beaucoup plus de CES ou TUC dix ans avant).

Le système des emplois aidés a sa valeur pour des postes ou des personnes qui ne peuvent pas démontrer à court terme leur efficacité dans l'emploi (personnes très marginalisées, emplois très expérimentaux, périodes de crise aigüe, etc.). Ce n'est pas une solution durable aux déficiences du marché de l'emploi - alors que c'est une charge très coûteuse pour les finances publiques.

Bref, si ça c'est un argument pro-DSK, ouille.

Écrit par : FrédéricLN | dimanche, 23 août 2009

Je suis comme vous, l'Hérétique,

et puis partir, se laisser nommer à un poste prestigieux par Sarko à 100 000 Euros par mois et être un pote ds la belle Gauchitude de madame Aubry, elle même "trés Gauche" comme tout le monde le constate, moi y a quelque chose qui m'échappe et qui n'échappera certainement pas à pas mal d'électeurs à l'avenir.

Et puis aussi un économiste qui se dit compétent "lui tout seul" c'est de la l'arnaque. Il semblerait qu'un économiste ne peut être jugé plus modestement qu'en corrélation avec une politique bien définie.

Si devait venir le temps des plus modestes, jugés par les faits et non l'image ou le baratin, ce ne serait certainement pas du temps pour lui !!

Écrit par : CK | dimanche, 23 août 2009

@ gauche de combat
Petite erreur d'url, je pense. Je suis allé sur ta page d'accueil, c'est là où tu parles de DSK.
La question, ce ne sont pas les frasques de DSK (ça, je m'en fous) c'est son attitude envers une subordonnée dont la carrière dépendait de ses décisions. Inadmissible. En plus, c'est un gros macho envers les femmes et je n'aime pas les gros machos.

Pour les emploi-jeunes, ils ont surtout enfoncé les jeunes à l'issue des 5 années. Il eût mieux valu alléger les charges des TPE pour leur permettre d'embaucher un jeune, par exemple.

Fred LN a très pertinemment répondu pour le reste.

Écrit par : L'hérétique | dimanche, 23 août 2009

Entièrement en accord avec toi l'Hérétique concernant l'argument (à mon avis révélateur) du malaise "DSK et les femmes" qui me semble incompatible avec une forme de pensée généreuse. Cela témoigne au contraire du système exclusivement individualiste recherché, recherche de profit du court terme au lieu du long terme.

Bravo Frédéric pour ton "ouille" aussi bien placé ! Du grand art ! Que je ne pourrai malheureusement pas réutiliser en tant que femme BCBG. Tiens tu devrais le "vendre" au Dr No ! ;-)

Écrit par : Françoise Boulanger | dimanche, 23 août 2009

Je précise quand même que pour moi le PS c'est un Beau Parti, mais vraiment pas du côté serre à Potiche (M. Aubry), côté Jardin où il y a des trous dans le grillage, mieux pour parler entre voisins.

Écrit par : CK | dimanche, 23 août 2009

Les commentaires sont fermés.