Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La version UMPS du droit au logement | Page d'accueil | Crèches à Paris, les solutions du MoDem »

vendredi, 21 décembre 2007

Haro sur Bolufer, le bras droit de Christine Boutin ?

Le billet qui suit n'est pas de moi, mais de Bertrand, un sympathisant MoDem émérite qui vient assez souvent sur mon blog, et dont la pertinence et l'acuité dans les analyses me soufflent à chaque fois. D'ailleurs, s'il est preneur, je l'engagerais bien pour co-rédiger des notes sur mon blog, moi, le Bertrand...

« Sur le cas Bolufer, son analyse distanciée mérite le détour. Il me l'a laissée en commentaire, j'en fais un billet :

ouai.... en même temps, la véritable curée à laquelle on assiste, et à laquelle participe (ah, la belle hypocrisie !) jusqu'au chef de gouvernement met mal à l'aise... même si je n'ai aucune sympathie pour ce Mr Bolufer, et son éthique à géométrie variable.

Il serait peut-être temps qu'on gouverne autrement que par symboles ou réactions. Le peuple veut une mise à mort symbolique mais publique, et de pauvres gouvernants, paniqués à l'approche des élections, la lui accordent dans l'heure. Espérons que la prochaine fois le peuple ne réclamera pas une mise à mort réelle...

Et tout cela arrange tout le monde :

- le peuple qui se croit vengé (de quoi ?) parce que ce monsieur va quitter sous les huées son logement, pour intégrer probablement un logement de fonction plus discret, eu égard à son statut de préfet. Mais ça le peuple n'en saura rien... Et d'ailleurs il s'en fout. Sa colère sera oubliée d'ici peu, et le nom même de ce monsieur d'ici deux jours n'évoquera plus rien.

- les responsables politiques, tous bords confondus, qui encore une fois auront coupé la tête d'un sous-fifre dans l'espoir que le peuple, ainsi rassasié, n'ait pas l'idée saugrenue de se demander qui a organisé les choses de telle façon que ces privilèges pré-révolutionnaires existent encore.

Il n'a pas tord ce Monsieur Bolufer. Quitte à revoir les avantages des uns et des autres, faisons-le, mais complètement. Et regardons aussi les avantages dont bénéficient certains "serviteurs" de l'Etat. Regardons les avantages de nos élus, de nos ministres, de nos parlementaires, des président de conseils généraux ou régionaux, des présidents d'offices divers et variés, des "chargés de mission", des conseillers officiels ou officieux, de certains membres du corps diplomatique, voire des "copains", etc etc...

Et établissons, là aussi des règles ! On légifère pour tout et n'importe quoi, alors pourquoi ne pas légiférer pour moraliser la vie publique ?

On nous promettait une nouvelle gouvernance "modèle", on assiste à un Premier Ministre qui participe au lynchage médiatique du chef de cabinet de sa propre Ministre ! Pas glorieux. »

PS, et comme Bertrand observe avec une grande finesse l'actualité politique et sociétale, je pense que ce n'est pas la dernière fois que je publie l'un de ses commentaires. Attendez-vous donc à d'autres billets exposant son point de vue. J'en ai un notamment sur le Nouveau centre qui n'est pas piqué des vers... 

07:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : Bolufer, HLM, Boutin |  Facebook | | |

Commentaires

Petit commentaire sur la question : Mr Bolufer n'a aucune intention de quitter son actuel logement, selon ce que j'ai pu lire ce matin dans le 20 minutes.
Il se contentera de démissionner.
Mais quelque part, il n'a pas tort : pourquoi lui quitterait son logement, alors que les autres eux ne vont pas bouger d'un pouce ?

Écrit par : Kaloo | vendredi, 21 décembre 2007

Le principe du bouc émissaire. C'est vrai que c'est une facilité. D'un autre côté, il est allé assez loin pour critiquer publiquement ce qu'il faisait lui-même en privé.

Mais plutôt d'accord.

Quant à la "nouvelle gouvernance", les observations sont très justes. Dépêchons-nous d'en rire de peur d'avoir à en pleurer.

Écrit par : Hervé Torchet | vendredi, 21 décembre 2007

@ kaloo,

Ben oui, voyons, pourquoi il se priverait...

@ Hervé

Euh, je n'ai pas compris. A quoi tu fais allusion ?

Écrit par : L'Hérétique | vendredi, 21 décembre 2007

Quand le courrier des lecteurs se retrouve en Une, le lecteur épistolier, forcément, en est heureux, et trouve subitement que les choix éditoriaux du rédac. chef sont d'une pertinence rarement égalée ! ;-))

Écrit par : Bertrand | vendredi, 21 décembre 2007

@ Bertrand,


Mais j'ai bien l'intention de publier aussi les deux analyses sur le Nouveau centre que je trouve très intéressantes également :-)

Écrit par : L'Hérétique | vendredi, 21 décembre 2007

Laisse moi un peu de temps ....
Je suis en train de réfléchir à une encyclopédie sur le NC, un vague projet....

Bon, non je déconne, mais un truc sous une autre forme. Sans doute plutôt en 2008 qu'en 2007.

Écrit par : Bertrand | vendredi, 21 décembre 2007

Ce qu'il fait est assez clair:
-il démissionne, et à 61 ans, va pouvoir réclamer à partir à la retraite avec 75% de son dernier salaire sur les 6 derniers mois (directeur de cabinet d'un ministre)
-comme tout bénéficiare de logement social, il s'incruste. La Ville de Paris ne va pas expulser un pauvre retraité tout de même? En tout cas pas avant le 15 mars, fin de la trève hivernale. C'est toujours cela de gagné.

S'il veut se défendre en pointant les autres bénéficiaires, il a droit de le faire. En tant que haut fonctionnaire spécialiste du logement public, il n'a pas une liste?

Écrit par : XS | dimanche, 23 décembre 2007

@ XS

à mon avis oui, et il y a des people et des politiques qui vont être délogés d'ici peu...

Écrit par : L'Hérétique | lundi, 24 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.