Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Grotesque... | Page d'accueil | François Bayrou annonce la création d'un nouveau parti »

mardi, 24 avril 2007

Nous pouvons imposer 400 triangulaires

Voilà ce qu'il faut bien que le PS et l'UMp se disent. Et pour ma part, j'y suis favorable. Créons une situation de fait : il sera toujours possible de négocier au donnant-donnant ensuite, sachant que nous n'abandonnons nullement notre projet.

Commentaires

Eh oui, moi aussi je souhaite encore 'y' croire, mais certains UDF, de ceux qui continuent de vassaliser à droite cette lame de fond centriste, de ceux qui n'ont rien compris, ont fini de sonner l'hallali et se partagent déjà la dépouille en quartiers. Que dire de Michel Hunault, député UDF de Loire Atlantique, qui invitait hier sur son site "sans ambiguité, et sans tergiverser", à soutenir Sarkozy? il serait le 5ème parlementaire UDF à rallier l'UMP depuis dimanche soir....Hillmeyer, Jardé, Dubois,Cardon, tous se cramponnent à leur siège comme un seul homme. Loin de moi l'idée de jouer les Cassandre, mais le jeu des triangulaires sera sous peu un sport de combat...Qui se lance ds l'arène?

Écrit par : Dubitative décue | mardi, 24 avril 2007

Hunaut n'a rallié l'UDF qu'en 2004 et parce que l'UMP lui refusait une place de candidat.
En dehors de cela, je ne l'ai guère entendu et ne suis pas sûr qu'il soit si proche de nous que cela.

Pour les autres, nous verrons bien comment ils évoluent. A mon avis, ils ne pourront prendre place dans le grand parti démocratique que nous allons créer, mais, comme nous avons fait un long bout de chemin ensemble, nous pouvons conserver des relations amicales.

Pour Albertini, ce n'est pas simple : à Rouen, la gauche n'a jamais cessé de taper dessus. Comment voulez-vous ensuite qu'il se retienne de dire ce qu'il pense...

Écrit par : L'Hérétique | mercredi, 25 avril 2007

Certes, tout est toujours plus complexe qu'on ne se l'imagine, mais tout de même, pour les (au moins) 25% de sympathisants de gauche sur les 18,5% de dimanche, dont je suis, qui ont fait leur moitié du chemin vers le centre, voir ces députés UDF se mettre à couvert au moindre avis de gros temps, ça donne à réfléchir. Le centre, c'est inconfortable, c'est l'indécidabilité assumée -merci Derrida...- et ça demande un certain courage. Il n'y a plus de repli possible. il faut inventer autre chose; c'était bien le message, non?
Donc, qu'à tout le moins ils restent silencieux, et ne donnent pas de mots d'ordre comme si ce centre s'était déjà dissous.

Écrit par : Dubitative etc | mercredi, 25 avril 2007

Les commentaires sont fermés.