Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 19 janvier 2014

La coulée verte, c'est Avenue Foch, pas sur les Champs-Élysées !

Je me suis fié à l'annonce du JDD hier mais les termes en étaient peut-être ambigus puisque l'hebdomadaire parlait de "Champs-Élysées pour piétons" et "d'UNE artère".

Eh bien avec la version papier d'aujourd'hui, il s'avère que c'est l'Avenue Foch qui est visée par ce projet. Bien que je connaisse bien l'endroit, j'ai un peu de mal à me représenter son trafic. 1500 véhicules par heures d'après le calcul de la municipalité.

Il est vrai que cette avenue m'a toujours paru curieusement agencée, désertique, en effet, et sous-exploitée. Pour mieux se rendre compte des caractéristiques de cette avenue, le mieux est encore de jeter un oeil sur Google Maps.

C'est à Laocoon, le prêtre d'Apollon à Troie, que l'on doit cette formule fameuse quand les Troyens découvrent le Cheval de Troie dans l'Énéïde : timeo danaos et dona ferentes (je crains les Grecs, même lorsqu'ils font des présents). Vous me comprendrez si je pastiche Virgile et que j'écris "timeo socialistos et dona ferentes" ?

L'avenue Foch est la seule voie d'accès directe entre l'Étoile et la Porte Dauphine. Tous ceux qui voudront gagner ce secteur seront contraints à des contorsions improbables en automobile. Et c'est tout à fait évident que le report se fera sur les petites rues, pour l'instant plutôt tranquilles dans ce quartier.

La seule autre solution sera sinon d'emprunter l'Avenue Bugeaud puis de reprendre l'Avenue Victor Hugo, à partir de la place Victor Hugo alors qu'elle est déjà empruntée et que c'est un axe commerçant et vivant.

Dans le détail, 50% de l'Avenue Foch serait transformée serait destinée à la construction d'immeubles, mais il faut voir lesquels : hôtels de luxe, grands magasins, commerces en rez-de-chaussée et des bureaux. Les logements se feraient rares, évidemment, dans un tel ensemble. L'autre partie de l'avenue deviendrait un parc. Une sorte de grande passerelle surplomberait la Porte Dauphine comportant des espaces de conférence, un restaurant et peut-être une bibliothèque.

La gentrification dans toute son ampleur. Le Paris des bobos, quoi. 

Mais ce n'est pas tout : il y a une bande verte qui sépare le Bois de Boulogne des premiers immeubles d'habitation. Nos esprits fertiles en projets délirants proposent d'y construire des milliers de logements dont une grande partie sociaux. Dans cette zone jusqu'ici très tranquille, le Bois de Boulogne deviendra ainsi invisible. On ne sait pas trop ce que Marc Rozenblat, le promoteur immobilier du projet désigne par une bande de 2.4km2 de libre le long du Bois de Boulogne. J'imagine que la tentation de mordre dessus est très forte...

Goasguen a réagi, et pour une fois, je suis d'accord avec lui. Il y a une hargne incroyable du Soviet suprême socialiste à Paris contre le 16ème arrondissement. Faites le compte : un morceau du Jardin d'Acclimatation revendu, les Serres d'Auteuil réduites de moitié et rendues impraticables, le stade Jean Bouin enlevé aux Parisiens et donné à des clubs privés, la piscine Molitor en voie de privatisation, le stade Georges Hébert donné pour l'entraînement de Roland Garros, et ce n'est pas tout, il y a d'autres projets de démantèlement.

J'avais bien dit hier que le projet me rappelait quelque chose : je m'étais juste trompé d'avenue. Le guen, le député PS du 13ème avait fait une première proposition en ce sens il y a deux ans.

Le guen appartient à cette caste de technocrates réformistes que j'abhorre. Ces gens se passent bien des consultations populaires. Ils n'ont de yeux doux que pour les promoteurs immobiliers, les cabinets d'architecture et sociétés internationales, les fonctionnaires du FMI ou de Bruxelles, le microcosme médiatique et de manière générale pour toute cette oligarchie que je déteste, à titre personnel. Ces gens qui se connaissent et se délivrent des passe-droits auxquels le commun des mortels n'aura jamais le moindre accès. Quand ils sont socialistes, ils le font honteusement, en cachette, afin que le petit peuple qu'ils méprisent ne voient pas leurs turpitudes et l'étendue du mépris qu'ils lui portent.

Et quand on leur oppose la raison ils n'ont que la modernité et le progrès à la bouche, comme si on pouvait donner aux mots les plus creux la force de la réalité.

 Évidemment, tout le monde aime bien les coulées vertes. Je ne suis pas hostile à un réaménagement de l'avenue Foch mais je suis vent debout contre l'actuel projet socialiste et je demande, de toutes façons, une étude plus sérieuse que celles qui sont réalisées par des cabinets d'experts amis pour ne pas dire engagés.

Et puis ce qui m'énerve, c'est l'insupportable méthode socialiste : il y a une volonté systématique de mettre devant le fait accompli les habitants et les élus locaux. C'est, depuis 2001, le même mépris systématique de la démocratie locale, alors que ce projet, on aurait pu en discuter et aboutir peut-être à une proposition commune.

11:10 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : avenue foch, le guen |  Facebook | | |