Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Revue du foutage de gueule | Page d'accueil | L'Allemagne pourrait se lasser de l'euro »

jeudi, 18 avril 2013

Socialistes : les ennemis de l'entreprise

A chaque fois je sous-estime la propension naturelle des Socialistes à bâtir un environnement particulièrement hostile à l'esprit d'initiative et à l'entreprise.

Novelli avait mis en place une semi-réforme dont l'esprit était prometteur mais dont l'accomplissement était tout sauf abouti : l'auto-entrepreneurariat.

C'était là une formule qui permettait de créer une entreprise avec un minimum de tracasseries administratives.

Les Socialistes ont commencé par relever les cotisations sociales de l'auto-entreprise et maintenant ils veulent en limiter le régime dans le temps.

On a vraiment à la tête de ce pays une sacrée palanquée de bureaucrates incompétents et bornés. En pleine crise économique, on essaie généralement de relancer la machine, les Socialistes, eux, s'échinent à la bloquer. Ouf, pas de regret de ne pas avoir voté pour de tels incapables au second tour des législatives !

18:34 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : auto-entreprise |  Facebook | | |

Commentaires

Il n'y a pas UN mec au gouvernement ou à l'Elysée (et c'était déjà plus ou moins vrai du temps de Sarkozy) qui ait jamais foutu les pieds dans une entreprise. Pas un qui serait seulement capable de faire tourner correctement une pizzeria. Pour eux, c'est une simple vue de l'esprit, des souvenirs de cours et rien d'autre.

Je constate d'ailleurs la même chose dans l'enseignement : moi qui ai travaillé plus de vingt ans dans le marketing et la publicité, et qui suis depuis trois ans prof de marketing en terminale STG, je suis consterné par la teneur des programmes et surtout par l'académisme désuet et délirant des notions enseignées et demandées au bac. Des trucs totalement inutiles ou parfois totalement à côté de la plaque, mais que les exigences du bac m'obligent à transmettre à mes élèves sous peine de les voir recalés par des examinateurs scotchés au programme.

Pour peu que les politiciens aient appris de l'entreprise ce que les universitaires en enseignent, on en arrive à de la photocopie de photocopie. Ou, pour parler à l'amateur de lettres grecques que vous êtes, à la vision platonicienne de l'art : une imitation d'imitation de la vérité. Pas étonnant qu'on soit complètement dans le délire. Ce n'est même pas de l'idéologie, c'est juste de l'ignorance.

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 18 avril 2013

Bonsoir Chistian
A ce niveau-là, ça devient grave. Faut faire des quotas d'entrepreneurs à l'assemblée et au gouvernement, je ne vois plus que ça.
Ces types ont une propension incroyable à penser qu'ils savent mieux que les entrepreneurs eux-mêmes ce qui est bon pour l'entreprise ou non.

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 19 avril 2013

Je ne dirai pas tout le mal de ce statut d'auto-entrepreneur.. Je travaille dans un secteur qui à vu les auto-entrepreneurs affluer et beaucoup de mes collègues en nom-propre ou en SARL clore leur activité pour travailler au noir. N'en déplaise aux grincheux, c'est une réalitée. Effectivement l'intention semblait bonne mais pas aboutie.
Quant aux socialistes, c'est faux de dire qu'ils ne sont que des fonctionnaires, Cahuzac etait bien un entrepreneur!
Non, je crois que le véritable problème vient de la représentativitée syndicale, qui peut sérieusement soutenir que le MEDEF représente les entreprises françaises? Mais c'est ce même MEDEF qui négocie les textes en notre nom, des textes qui jamais ne nous concernent tant ils sont éloignés des préocupations des PME. J'en profite pour dire (seulement en mon nom) que ce ne sont pas des aides que je demande, seulement qu'on arrête de nous mettre des bâtons dans les roues, qu'on nous foute la paix!

Écrit par : michel | vendredi, 19 avril 2013

@ michel :

"... ce ne sont pas des aides que je demande, seulement qu'on arrête de nous mettre des bâtons dans les roues, qu'on nous foute la paix!"

Bien dit et vive le travail au noir. Au final on s'y retrouve toujours quand on fait disparaitre l'état de l'équation : meilleur salaire pour le travailleur, économie pour le client.
Je crois que vous êtes loin de ne parler que pour vous ^^

Écrit par : skunker | vendredi, 19 avril 2013

Tout a fait d'accord avec Michel un peu plus haut.
Le statut auto-entrepeneur était une bonne idée, mais il faudrait faire un bilan et voir ce qui ne marche pas (plus de 50% n'ont pas ou peu de chiffre d'affaire)
Et arrêtons de promouvoir des mesures uniquement en faveur des entreprises du CAC40.
Exemple: une mesure de droite: le Crédit d'impôt Recherche (qui a bénéficié principalement aux banques et assurances) et une de gauche: le Crédit d'impôts Compétivité (une usine à gaz).
En revanche une bonne mesure de la part de M.Ayrault: la suppression de l'obligation de déclarations de résultats pour les TPE. Chic moins de paperasse!! Continuez..
Mais lorsqu'on écoute le futur président du MEDEF, M .Gattaz, on retourne 30 ans en arrière: MEDEF-CGT même combat.

Écrit par : Sirius | vendredi, 19 avril 2013

Voui, Normal 1er est passé à CDG today Incognito, mais avec grand renfort de journalistes, bizarre^^^pour parler sécurité^^^Ouh lala!
En vérité, après avoir visionné les reportages il eut mieux valu parler sureté!
Et voui, les mots ont un sens.

Écrit par : Martine | vendredi, 19 avril 2013

Voui, Normal 1er est passé à CDG today Incognito, mais avec grand renfort de journalistes, bizarre^^^pour parler sécurité^^^Ouh lala!
En vérité, après avoir visionné les reportages il eut mieux valu parler sureté!
Et voui, les mots ont un sens.

Écrit par : Martine | vendredi, 19 avril 2013

Voyez l'héré,
Dans certains milieux les termes: "safety" sont traduits en Français par celui de sécurité.
Celui de "security" par celui de sureté, croyez moi ou pas, la différence est plus que notable! Cela permet de différiencer les pros des amateurs!

Écrit par : Martine | vendredi, 19 avril 2013

Oups, différencier bien sur.
Salut!

Écrit par : Martine | vendredi, 19 avril 2013

le crédit impôt recherche a été créé en...1983 !!!

Écrit par : estelle92 | samedi, 20 avril 2013

@ Skunker
"Bien dit et vive le travail au noir. Au final on s'y retrouve toujours quand on fait disparaître l'état de l'équation : meilleur salaire pour le travailleur, économie pour le client."
Bien que cela n'est pas ma conception de la société, cette réflexion mériterait qu'on s'y arrête, en effet, quand on voit ce que le libéralisme apporte comme avantages aux très grandes entreprises, le véritable libéralisme consisterait en effet à laisser chacun (même les petites entreprises) libre de décider de son choix et donc de "travailler au noir ou non" sinon, en l'état actuel, il n'a de libéralisme que le nom et est en fait un protectionnisme en faveur des plus gros…
@ Sirius
" En revanche une bonne mesure de la part de M.Ayrault: la suppression de l'obligation de déclarations de résultats pour les TPE. Chic moins de paperasse!! Continuez.."
J'ai eu la même réaction, "Chic, moins de paperasse" mais, cela n'est pas certain, dans certains articles, j'ai lu que la publication des comptes ne serait plus obligatoire, mais que la déclaration le resterait… Si c'est le cas, c'est un coup d'épée dans l'eau. wait and see.

Écrit par : michel | samedi, 20 avril 2013

@ Michel :

Pour certains statuts c'est franchement révoltant. Je connais des artisans qui après 10 ans de bons et loyaux services ont fini par crouler sous les taxes.
Résultat pas de chômage, des retraites minables, un endettement sur leurs fonds personnels ...
On dirait une vengeance mesquine : "Alors comme ça on a voulu du libéralisme ? pas de soucis tu va en avoir."
Les patrons du CAC40, plus ou moins nommés par l'état, peuvent quand à eux partir avec la caisse, pardon, le "parachute doré".
Et les gens de grincer des dents dès qu'on leur parle de libéralisme. C'est du capitalisme de connivences, pas du libéralisme, comme vous le remarquez justement.

Travailler au noir pour moi c'est tout simplement voler assez bas pour éviter l'atomisation fiscale. Comme je comprends ceux qui refusent de payer des services dont ils ne bénéficieront jamais. Quelle arnaque ...

Écrit par : skunker | samedi, 20 avril 2013

"Il faut que tout change pour que rien ne change" Je ne sais plus qui a dit ça, mais c'est exctement ce que nous jouent les socialistes. Je m'explique, après vérification (désolé j'ai perdu le lien), les comptes des TPE ne seront plus publiés, mais l'obligation de les déposer au greffe subsiste, amusant non? En clair, c'était fait pour faire économiser de l'argent et du temps et non seulement on va continuer comme avant, mais le paradoxe c'est que dans une période ou la transparence serait devenue une vertu cardinale, les comptes ne seront plus accessibles aux créanciers et divers. Je suis sidéré!

Écrit par : michel | samedi, 20 avril 2013

@ Michel

Je crois que la formule exacte est : "C'est à nous de changer les choses si nous voulons que tout reste pareil". C'est Tancrède, le neveu du Comte Salinas dans "Le Guépard" de Lampedusa (à l'écran, Alain Delon dans un de ses meilleurs rôles).

Écrit par : Ch. Romain | samedi, 20 avril 2013

Rhooo, les coms de l'apicculteur de sezrvice, me demande combien il peut etre rétribué lors de l'installation de ruches^^^ :o)) me font loller un max!

Écrit par : Martine | samedi, 20 avril 2013

@Ch. Romain, Merci pour la référence, cela va me motiver à lire un livre que je possède sans l'avoir jamais ouvert...

Écrit par : michel | dimanche, 21 avril 2013

Rectification : "Prince Salina", pas "Comte Salinas"...

Écrit par : Ch. Romain | dimanche, 21 avril 2013

Et pour bien faire c'est maintenant le palfond du C.A qui viebnt d'être baissé

Écrit par : Société espagne | jeudi, 30 janvier 2014

Les commentaires sont fermés.