Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le Musée de la Contrefaçon | Page d'accueil | Chine : pas de jeux olympiques sans démocratie ! »

dimanche, 25 novembre 2007

La Dalle d'Epidaure

Là, j'ai adoré ! adoré cette comparaison. François Bayrou, dans un entretien aussi enrichissant que surprenant, évoque par une métaphore saisissante la destin du Mouvement Démocrate.

François Bayrou analyse le parcours de sa famille politique et le chemin vers l'indépendance tracé depuis longtemps : "les mentalités sont beaucoup plus difficiles à changer que les appareils".

 
Pour plus d'informations sur les aspects techniques on peut aussi se rendre à l'article François Bayrou évoque l'acoustique d'Epidaure sur le site du Portique .

08:10 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : MoDem, Bayrou, UDF, Epidaure, théâtre |  Facebook | | |

Commentaires

Il est surtout complétement mégalo!

Écrit par : gerard | dimanche, 25 novembre 2007

Je ne vois pas en quoi il est mégalo : j'aime beaucoup l'image de la dalle d'Epidaure et l'effet de résonance.

C'est une très belle image.

Écrit par : L'Hérétique | dimanche, 25 novembre 2007

En gros il explique qu'il est le centre du monde!

Il est vrai que dans le genre mégalo, S Royal n'était pas mal non plus et que Sarkozy bat tous les records

Pour vouloir être président de la république il faut être mégalo mais je n'ai pas le sentiment que les dandidats précédents l'étaient à ce point. Par ex Jacques Chirac ne m'a jamais donné cette impression

Écrit par : gerard | dimanche, 25 novembre 2007

Chirac, d'accord, mais alors les précédents, vous avez le sens de l'humour, Gérard !

Miterrand et VGE étaient d'authentiques mégalo, et ont fait construire pour s'inscrire dans la ligne de Louis XIV de grands monuments (plus ou moins réussis, d'ailleurs).

Franchement, Bayrou n'est pas pire que ceux-là.

Écrit par : L'Hérétique | dimanche, 25 novembre 2007

Cette image est enregistrée pendant la coupe du monde de rugby ; curieusement, il y a deux drapeaux derrière Bayrou : l'Anglais et l'Américain.

Je ne trouve pas que Bayrou s'exprime en mégalo, peut-être en alchimiste ou en admirateur du "nombre d'or".

Si on voulait creuser cette idée de se croire le centre du monde, ça me fait penser plutôt au syndrome de l'enfant unique. Bayrou est-il enfant unique ?

Mais sa métaphore est assez élégante et exprime sa visions d'un monde interactif en 3D.

Écrit par : Hervé Torchet | dimanche, 25 novembre 2007

@ Hervé

Ahem : enfant unique ? Il vient d'une famille nombreuses, et il s'en est retrouvé prématurément le soutien en raison de la mort accidentelle de son père.

Écrit par : L'Hérétique | dimanche, 25 novembre 2007

Oui, VGE et Mitterrand étaient bien mégalos, mais surtout au bout de quelques années de mandat, pas aussi visiblement avant
Et Barre, Balladur ou Jospin ne l'étaient pas de cette façon

En y réfléchissant, Sarkozy ne l'est pas de la même manière: il dit je en permanece, il veut passer à l'action, il est dans le concret

Bayrou en fait est comme Ségolène, il a un discours quasi mystique, essayant de nous faire croire qu'il y aura un avant et un après en France (et pour quoi pas dans le monde pendant qu'ils y sont!)

Par certains aspects, tous les deux ont une posture qui pourrait virer à celui de gourou d'une secte. D'ailleurs, Bayrou passe son temps à être trahi par ses anciens amis qui ne comprennent pas la profondeur du changement

Celui des comportements, rien que cela, mais qu'a t'il fait depuis 30 ans de si singuliers, a 'til eu une attitude si différente des autres pour légitimer son discours, A t'il été un misinistre remarquable , A t'il été le seul à ne jamais versé dans le cumul des mandats et dans la médiocrité?

Écrit par : gerard | dimanche, 25 novembre 2007

Bayrou est surtout un carriériste opportuniste.

Écrit par : Aurélien | jeudi, 29 novembre 2007

@ Aurélien

Voyons, Aurélien, ce que vous dites ne tient pas la route : si Bayrou était à la fois carriériste et opportuniste, il aurait saisi la formidable occasion de l'entre deux tours des présidentielles pour devenir 1er ministre.

Il ne l'a pas fait parce que c'est un homme de convictions. C'est d'ailleurs ce que lui reproche Cavada quand il parle de romantisme à son sujet.

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 29 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.